NON-SENS : Puteaux détruit son cinéma centenaire, mais va dépenser 6 millions d'euros pour transformer un banal pavillon en lieu public
La municipalité de Puteaux jugée pour diffamation le mardi 9 janvier 2018

Plus d'un mois de panne pour l'escalier mécanique du boulevard Wallace à Puteaux

DQEVvUOWsAAoQMN

L'escalator qui permet de rejoindre la gare de Puteaux depuis le boulevard Richard Wallace est en panne depuis fin octobre. Cette panne fait "suite à une pièce importante défectueuse, pièce qui est aujourd’hui en rupture de stock chez le constructeur. La réparation devrait avoir lieu fin décembre 2017", m'écrit la mairie.

Quand une collectivité (ou une entreprise) passe un contrat de maintenance avec un prestataire - par exemple un réparateur d'escalier mécanique - celui-ci s'engage par contrat à assurer le fonctionnement du matériel, en respectant des délais de remise en route en cas de panne. S'il ne respecte pas ses engagements, le prestataire risque des pénalités et même une rupture du contrat.

Normalement, cela se passe partout comme ça. Mais à Puteaux, et de manière récurrente, la municipalité semble incapable de faire respecter ses obligations à son prestataire. Les escalators restent en panne des semaines, voire des mois.

Pourquoi cette situation ? La corruption, sous toutes ses formes, peut notamment produire ce genre de conséquence. Que peut-on en effet exiger d'un prestataire qui n'a pas été choisi pour ses compétences... mais pour d'autres raisons.

En attendant, et "afin de pallier à cette panne" (dixit le courrier du maire), la municipalité met une voiture avec chauffeur à disposition des personnes âgées les dimanches entre 8h30 et 13h15 (jour de marché).

On garde donc un réparateur qui ne répare rien... et on paye en plus un chauffeur... pour un escalator en panne depuis plus d'1 mois et qui le restera encore plusieurs semaines.

(photo : Twitter)

Commentaires