2 cérémonies du 8 mai à Puteaux pour les 2 candidats de droite à la députation
Marie Brannens est la candidate du PS pour les législatives à Puteaux et Neuilly

Avant de partir, François Hollande lègue le quartier de la Défense (et sa rénovation) aux collectivités locales

30134664345_9a09afd1a4_z

C'est l'une des dernières décisions du gouvernement et de la présidence Hollande. Lors du conseil des ministres, mercredi 10 mai, la ministre du logement, Emmanuelle Cosse, a présenté la création par ordonnance de l'établissement public "Paris la Défense". A partir du 1er janvier 2018, le quartier d'affaires sera géré non plus par l'Etat mais par les collectivités locales. Le département des Hauts-de-Seine, Puteaux et Courbevoie devront alors assumer une première facture de 360 millions d'euros pour un vaste chantier de rénovation... 

Le gouvernement a décidé de regrouper l'Epadesa et Defacto, les deux établissements en charge de l'aménagement et de la gestion de La Défense. Ce nouvel établissement, baptisé "Paris la Défense", sera administré par un conseil d'administration composé majoritairement de représentants du conseil départemental des Hauts-de-Seine auxquels s'ajouteront des représentants d'autres collectivités locales (Courbevoie, Nanterre, Paris et Puteaux, la Région Ile-de-France et la Métropole du Grand Paris) et des personnalités qualifiées.

Le préfet de la région Ile-de-France assistera aux séances du conseil d'administration et disposera de pouvoirs spécifiques afin de préserver les intérêts patrimoniaux de l'Etat.

Puteaux devra payer pour la rénovation de la Défense

Une convention entre les collectivités locales déterminera les contributions financières de chacune d'elles aux charges de gestion de l'établissement. A défaut d'accord, ces charges seront réparties dans des conditions fixées par décret entre le département des Hauts-de-Seine et les communes de Courbevoie et Puteaux.

Dans les 6 mois suivant sa création, prévue au 1er janvier 2018, l'établissement adoptera un premier programme d'investissement d'au moins 360 millions d'euros. Ce programme portera en particulier sur la réalisation des travaux de modernisation et de mise aux normes des ouvrages souterrains de la dalle du quartier d'affaires.

Les biens et droits de l'Epadesa seront transférés au nouvel établissement, à l'exception de l'ensemble des parcs de stationnement qui restera propriété de l'Etat. Ils seront mis à disposition du nouvel établissement gratuitement pour une durée de 60 ans.

Cela fait des années que ce projet est dans les cartons de Bercy. Le ministère de l'économie ne voulait plus assumer la charge financière du quartier d'affaires. A partir de 2018, ce sont donc les villes de Puteaux et de Courbevoie et le département des Hauts-de-Seine qui deviendront les co-propriétaires de la Défense et auront à assumer le fonctionnement et l'entretien de ses infrastructures. Un audit a fixé à 360 millions d'euros la somme nécessaire pour une simple mise aux normes !
Cela fait également des années que nous prévenons de cette révolution : après nous avoir enrichi durant 50 ans, le quartier de la Défense va maintenant nous coûter de l'argent. Or, la ville de Puteaux, qui continue de dépenser sans compter, n'est pas du tout préparée à cela : une grande partie de ce que nous touchons de la Défense sert au fonctionnement de nos "palais". Ce sont des charges fixes. Elles risquent de nous ruiner demain.
Le jour où les caisses seront vides, croyez-le bien, les Ceccaldi partiront très vite, sans s'inquiéter de ce que nous deviendrons.

Christophe Grébert

(photo : Flickr)

Commentaires