Jeu de piste : cherchez la rubrique de l'opposition sur le site de la ville de Puteaux (vidéo)
L'opposition n'est pas invitée aux voeux du maire LR de Puteaux

Justice : Le gros mensonge du maire LR dans le Puteaux infos de janvier

Tribunes-majorite-janvier-2016

Manipulation et/ou rêve éveillé du maire ? Dans le magazine "Puteaux infos" de janvier, Joëlle Ceccaldi-Raynaud publie une tribune dans laquelle je me retrouve "condamné (par la justice) à lui verser personnellement la somme de 5.000 euros". Cette affirmation est bien entendu totalement fausse. Je n'ai jamais été condamné face au maire malgré ses plaintes à répétition. Et encore moins à lui verser de l'argent.

La maire de Puteaux avait porté plainte contre moi pour diffamation dans l'affaire du Canard Enchaîné (elle avait fait racheter tous les exemplaires du Canard parce qu'il révélait l'existence de son compte caché au Luxembourg). La cour d'appel de Versailles m'a relaxé et a condamné le maire à me verser 5.000 euros pour procédure abusive. Le maire a alors fait cassation et la cour a effectivement annulé sa condamnation à me payer ces 5.000 euros, tout en confirmant ma relaxe. Par conséquent, je n'ai jamais été condamné à lui verser cette somme. C'est elle qui l'a été, avant que sa condamnation ne soit annulée.

TOUTES LES PIÈCES DE CETTE AFFAIRE SONT CONSULTABLES ICI.

Joëlle Ceccaldi ment donc et manipule les faits, considérant comme une victoire judiciaire de n'avoir pas à me verser des indemnités alors que c'est elle qui avait porté plainte contre moi ! Elle a les victoires qu'elle peut.

Tout aussi diffamatoire, dans cette tribune, la maire affirme que j'ai lancé un appel aux dons pour lui payer ces 5.000 euros imaginaires.

J'ai effectivement lancé un appel aux dons mais pour payer mon avocat Maître Jean-Marcel Nataf qui me défend depuis 13 ans face aux procédures à répétition du maire de Puteaux. Ces appels aux dons sont organisés chaque année par mon comité de soutien.

Ce qui est vrai, c'est que les plaintes du maire sont prises en charge par la ville et donc par les contribuables putéoliens : plus de 200.000 euros ont déjà été prélevés sur le budget communal pour essayer de me faire taire. Cette tribune montre que le maire de Puteaux abuse de ses pouvoirs pour m'attaquer. Une habitude depuis sa condamnation pour diffamation homophobe confirmée en 1ère instance, en appel et en cassation.

Christophe Grébert

« Quand on est emmerdé par une affaire, il faut susciter une affaire dans l’affaire, et si nécessaire une autre affaire dans l’affaire de l’affaire, jusqu’à ce que personne n’y comprenne rien ». La phrase est de Charles Pasqua. Joëlle Ceccaldi en a fait son modèle.

ARCHIVE : CE N'EST PAS LA PREMIERE FOIS QUE LE MAIRE DE PUTEAUX UTILISE LE JOURNAL MUNICIPAL POUR M'ACCUSER DE CONDAMNATIONS INEXISTANTES.

Commentaires