Previous month:
novembre 2015
Next month:
janvier 2016

décembre 2015

Le vieux Puteaux en voie de piétonnisation... sans consultation des habitants

PlanPlusieurs rues du quartier du vieux Puteaux viennent d'être fermées en partie à la circulation automobile par des bornes : rue Saulnier, rue de l'Appel du 18 juin, rue Henri Martin et rue Mars et Roty. Ces réaménagements ont été seulement annoncés dans le magazine municipal et par des circulaires distribuées dans les boites aux lettres du quartier, mais ils n'ont fait l'objet d'aucune consultation : pas de réunion avec les riverains pour présenter les projets, pas d'appel à idées, pas de choix alternatifs. Les habitants ont été placés devant le fait accompli.

Dans notre projet municipal "Puteaux pour vous" consacré à l'urbanisation, nous propositions le développement de liaisons douces entre les quartiers. Nous envisagions donc ce même type d'aménagement. Mais nous nous engagions aussi sur une "concertation systématique du public pour les projets urbains". 

Des chaussées toutes neuves détruites et refaites !

Par ailleurs ici, on peut s'étonner que la mairie détruise des chaussées qui venaient d'être refaites. Les nouveaux aménagements auraient du être anticipés. D'autre part, le choix des enrobés noirs pour des rues piétonnisées est vraiment discutable. Par exemple, l'aménagement de la rue Saulnier, au niveau de la maison des associations, est vraiment affreux.
La rue Henri Martin est mieux aménagée, mais dommage d'avoir gaspillé autant d'argent dans des premiers travaux pour tout détruire et refaire 2 ans après ! Un formidable gaspillage d'argent public... une fois encore à Puteaux.

Enfin, qu'en est-il de l'accès des riverains ? Ont-ils la possibilité de baisser les bornes afin d'accéder en voiture jusqu'à leur immeuble ?  D'après ce que j'ai constaté, il faut avoir une clé. Qui en dispose ? Selon quelle règle ? Si vous êtes concernés, merci de votre témoignage. 

Je note que le conseil municipal n'a pas été informé de ces aménagements. D'autres rues seront-elles fermées ? Je n'en sais rien. Le maire semble prendre ses décisions selon son humeur et en surprenant tout le monde jusqu'au service urbanisme de la ville incapable de nous dire ce qui se passera dans 6 mois.

Conclusion : il est bien de développer des circulations douces et de réaménager en conséquence les rues, mais pourquoi détruire des chaussées et des trottoirs qui venaient d'être refaits ? Pourquoi aucune consultation des riverains ? Pourquoi ces travaux improvisés et aucun plan global sur le réaménagement des circulations ?

Rue Saulnier, avant/après :

Saulnier

SaulnierAP

Rue Henri Martin, avant/après :

MartinAV

HmartinAP

Rue Appel du 18 juin, avant/après :

Rue18juinAP

Rue18juinAV

Rue Mars et Roty :

MarsetrotyAP

Puteaux, rue Saulnier fermée à la circulation

La remise en état de l'église de Puteaux, repeinte en rouge par la mairie, coûtera 500.000 euros

B70KN88IEAE29PNA la veille de Noël, Le Parisien des Hauts-de-Seine publie un article sur la remise en état de la vieille église de Puteaux dont les murs avaient été repeints en rouge par la mairie. Les travaux de restauration coûteront 500.000 euros, annonce la municipalité citée par le journal ! Une sacrée somme pour une grosse bourde.

Pendant les vacances de Noël 2014, Le monument du 16e siècle avait été repeint en rouge, en violet et en bleu, sans autorisation du ministère de la culture, ni même du curé. Ce dernier avait découvert les dégâts à son retour de vacances.
"A la mairie, l’instigateur de la décoration n’a pas été réprimandé", écrit Le Parisien. Et pour cause, le responsable n'est autre que Vincent Franchi, maire-adjoint à la culture... et fils du maire Joëlle Ceccaldi-Raynaud.
Remarquez que 500.000 euros, cela ne fait que 16 kilos d'or. Une broutille pour les Ceccaldi. Mais là ce sont les contribuables qui vont payer...

Les travaux de restauration commenceront en septembre 2016 et devraient durer 1 an. 


La mairie de Puteaux obligée de renoncer à augmenter les tarifs du conservatoire pour les non putéoliens

9738905853_375a2e340e_z

Fin septembre, alors que les inscriptions au conservatoire de Puteaux sont déjà enregistrées, la maire signe un arrêté multipliant par 2 (et par 4 sur 1 an) les tarifs pour les "hors Puteaux" ! Mais suite à un recours déposé par l'opposition devant le Tribunal administratif, la mairie renonce finalement à ces hausses illégales.

Ce recours devant le TA a été déposé par Francis Poézévara, élu PS de Puteaux

"Ce recours a pour objectif l’annulation de l’arrêté du 22 septembre doublant les tarifs des non-Putéoliens pour les motifs suivants :
- La décision aurait dû être prise par le Conseil municipal et non par la Maire elle-même,
- Les tarifs ne peuvent pas être fixés après la rentrée, rétroactivement,
- La différence très importante entre les Putéoliens et les non-Putéoliens a pour effet une discrimination injustifiable".

La mairie, se rendant compte qu'elle n'était pas dans son droit, a donc reculé : les adhérents hors Puteaux ont reçu ces derniers jours un appel téléphonique du conservatoire les informant qu'ils allaient être remboursés.

"J'ai reçu avant les vacances de Noël un appel du conservatoire qui m'a informé que j'allais être remboursé de 400€ sur les 800€ facturés en octobre et payés", m'indique un adhérent. 
"Lorsqu'on annonce un prix dans un catalogue, on le respecte. Dans cette affaire, on nous a pris un peu pour des imbéciles. Tout cela donne une mauvaise image de l'équipe dirigeante du conservatoire et de la mairie", réagit un parent d'élève.

"Je regrette que Mme Ceccaldi-Raynaud n’ait pas tenu compte de nos avertissements quant à l’illégalité de sa décision, écrit l'élu PS Francis Poézévara sur son site. En persistant sur cette voie, elle nous force à ouvrir une procédure pour faire respecter le bon droit des adhérents du Conservatoire. Une position qu’elle assume totalement (cf. sa déclaration en Conseil municipal – VIDEO), mais qui fait perdre plusieurs semaines aux élèves du Conservatoire et des frais de justice à la commune".

Finalement, grâce à l'intervention de Francis Poézévara, tout rentre dans l'ordre. Mais on ne cesse de s'étonner des erreurs de gestion autour du conservatoire communal de Puteaux.


La ville de Puteaux dépense 115.500 euros pour sa carte de voeux

1

Cette année encore, les Putéoliens vont recevoir dans leur boîte aux lettres une carte de voeux du maire LR de Puteaux. Imprimée à près de 30.000 exemplaires, la carte 2016 représente l'Hôtel-de-ville. Son coût : 115.500 euros.

Ce qui fait une dépense d'argent public de 4 euros 50 par famille putéolienne. Un peu cher peut-être ?

A comparer avec le budget consacré aux cartes de voeux par le maire de Neuilly-sur-Seine : 3.000 euros, soit 40 fois moins que Puteaux !

2

3

(photo : TH)


A Puteaux, la maire LR refuse d'informer l'opposition

21437748514_25af5f69c3_z

Il n'y a pas de démocratie "sans droit d'accès aux informations des pouvoirs publics". On parle de transparence démocratique. A Puteaux, la maire LR tente par tous les moyens de contourner cette règle fondamentale en réduisant au maximum l'accès à l'information communale. Lors du conseil municipal du 15 décembre, Joëlle Ceccaldi a ainsi déclaré qu'elle attendrait désormais les décisions des juges administratifs et de la Cada (commission d'accès aux documents administratifs) avant de répondre aux demandes d'informations de l'opposition. 

Si l'opposition doit passer par le tribunal administratif pour obtenir une information, étant donné les délais de la justice, cela veut dire qu'entre une question de l'opposition et la réponse du maire, une année et plus pourront s'écouler ! Comment assurer une transparence démocratique normale avec un maire pareil ?

Voici la question au maire posée en séance par l'élu PS Francis Poézévara

"Mme la Maire, on reconnaît la maturité d’une démocratie à la place qu’elle consacre à l’opposition. Que votre majorité soit politiquement immature, nous n’en doutions pas. Mais il n’est jamais trop tard pour bien faire, et je ne peux à nouveau que vous inviter à prendre connaissance du rapport du Conseil de l’Europe sur le rôle d’une opposition démocratique. Ce rôle est de réaliser un contrôle sur la gestion de la commune par la majorité. Afin de pouvoir mener cette mission à bien, tous les élus ont un droit inaliénable à l’information. Aussi, lorsque vous refusez obstinément de répondre à nos demandes d’information, qu’elles soient par mail, par courrier, par recommandé, vous vous placez en dehors de la loi. Vous nous placez dans l’obligation de faire intervenir des acteurs extérieurs pour vous rappeler à vos devoirs, qu’il s’agisse de la CADA ou du Tribunal administratif. Le fait que ceux-ci nous donnent systématiquement raison ne vous empêche pourtant pas de persévérer dans vos comportements antidémocratiques. Pouvez-vous nous indiquer, ici et ce soir, une procédure qui nous permette de poser des questions à votre administration ou bien à vous-même, et qui fera éviter à Puteaux les frais liés aux recours que vous perdez ?".

Comme d'habitude, la maire n'a pas répondu à la question que nous lui posions. Dans la vidéo ci-dessous, on l'entend se plaindre, polémiquer, embrouiller la question et accuser l'opposition, de manière délirante et fausse, de vouloir "espionner" les employés municipaux (sic !), pour finalement affirmer qu'elle ne "cédera pas" et qu'elle continuera donc d'empêcher l'opposition de faire son travail :

La maire Les Républicains de Puteaux, élue par des électeurs clientélisés, est le symbole de ces professionnels de la politique détestés par une partie de plus en plus importante de la population qui vote extrême, blanc ou ne vote plus du tout. L'arrogance, le non respect des principes fondamentaux de la démocratie, le sentiment d'impunité sont quelques unes des caractéristiques de ces élus qui mènent tranquillement mais surement notre République vers sa fin. Les Putéoliens ont heureusement une opposition qui se bat pour faire vivre, malgré tous les empêchements et les menaces subies, nos valeurs démocratiques. 
Christophe Grébert


Notre compte de campagne validé, après l'élection municipale partielle de juin 2015

18076148439_ea03280956_z

La démocratie a un coût. Lors de l'élection municipale partielle de juin 2015, notre campagne Le Rassemblement a totalisé 26.463 euros de dépenses, alors que le plafond pour ce scrutin était fixé à 58.686 euros.

Il faut savoir que le candidat paye toutes les dépenses : les tracts, le catalogue programme, les affiches, les professions de foi et jusqu'aux bulletins de vote dans les bureaux. S'il fait plus de 5% des voix, l'Etat lui rembourse jusqu'à la moitié du plafond qui est fixé pour chaque commune en fonction du nombre d'électeurs.

6 mois après le scrutin, notre compte de campagne vient d'être validé par la commission chargée de les vérifier. Déduction faite des dons et des apports en nature, l'Etat va donc pouvoir nous rembourser la somme de 22.612 euros que nous avions empruntés pour pouvoir nous présenter devant les électeurs de Puteaux et leur proposer une alternative au système en place.

Christophe Grébert

IMG_0545

IMG_0546