VIDÉO : en séance du conseil, les élus UMP de Puteaux protestent lorsqu'on leur suggère de rendre leurs HLM
Eglise repeinte par la mairie : le curé de Puteaux s'exprime sur France 3

Eglise repeinte à Puteaux : les enquêteurs de la DRAC se sont rendus sur place (MISE A JOUR : les couleurs vont être retirées)

6a00d8341c339153ef0176159cf86d970c-800wiDes enquêteurs de la DRAC, qui représente le ministère de la culture en Ile-de-France, se sont rendus ce matin à Puteaux pour constater les dégâts occasionnés par les travaux de peinture réalisés par la municipalité à l'intérieur de la vieille église. Ce n'est pas la première fois que la mairie de Puteaux s'en prend à ce monument classé du 16e siècle. 

MISE A JOUR À LIRE PLUS BAS : la mairie annonce que les couleurs vont être retirées, afin que l'église retrouve son aspect initial.

Pour les travaux de peinture, la municipalité explique avoir agi dans le cadre d’« une mesure de sauvegarde, d’entretien et de réfection à la suite d’infiltrations d’eau ». Mais selon Jean-Pascal Lanuit, directeur adjoint à la direction régionale des affaires culturelles (Drac) d’Île-de-France, interrogé par l'AFP  : « Traiter une fuite d’eau et repeindre en vermillon, c’est différent ! Surtout pour un monument historique ! » .

Ayant été réalisés « sans autorisation, ces travaux sont illégaux », selon Jean-Pascal Lanuit. Selon que la peinture est réversible ou pas, qu’elle risque d’attaquer la pierre ou le plâtre, la Drac verra « quelle remise en état est possible », explique le responsable de la Direction régionale qui entend faire un signalement au procureur de la République pour « violation du code du patrimoine ». Pour autant, il n’y aura pas forcément de poursuite par le procureur s’il n’y a pas eu « intentionnalité délictueuse ». La mairie a surtout fait preuve, selon Jean-Pascal Lanuit, « de mauvais goût, de manque de courtoisie et de précipitation ».

De son côté, la Conférence des évêques de France (CEF), sollicitée par le journal La Croix, regrette que ces couleurs vives ne soient « pas en conformité avec le style de l’église et avec son utilisation liturgique », selon Maud Cassanet, responsable du département d’Art sacré au sein de la CEF.

CE N'EST PAS LA PREMIÈRE ATTEINTE A CE MONUMENT CLASSÉ

La mairie de Puteaux n'en est pas à son premier coup d'essai. Cela fait des années que des travaux sont effectués dans ou autour de cette église, sans concertation avec la paroisse. En 2005, des grilles sont installées autour de l'édifice, l'enfermant totalement et empêchant les promeneurs de l'approcher. En 2012, une tour surmontée d'une cloche est construite devant le monument classé, sans que le curé ne soit consulté ou même prévenu. Les travaux ont coûté 150.000 euros. La cloche, qui sonnait les heures, n'a fonctionné que quelques semaines, les voisins se plaignant du bruit.

Le maire de Puteaux, Joëlle Ceccaldi-Raynaud, suit ainsi le chemin de son prédécesseur et père : En 2003, Charles Ceccaldi-Raynaud avait lancé un appel d'offre pour "l'édification d'un signal mettant en valeur la Vieille Eglise". "De forme élancé", ce signal devait mesurer 30 mètres de haut. Comme cette hauteur n'était pas autorisée par le POS, celui-ci devait être modifié. L'appel d'offre précisait que les matériaux employés devaient être le verre et le métal... le tout "de première qualité afin d'en assurer la pérennité". "Si des dessins ou des inscriptions sont portées sur l'oeuvre, ils pourront être réalisés ou réhaussés avec de la feuille d'or", indiquait encore la mairie ! L'"oeuvre" devait être étudiée pour que "de nuit, elle soit lumineuse, sans effacer l'édifice qu'elle doit mettre en valeur". Coût estimé de ce "phare du futur" (l'expression est de Charles) : 500.000 euros. La société Eiffel était pressentie pour réaliser cette flèche lumineuse. Fort heureusement, les services de l'architecture et des bâtiments de France avaient coupé court à ce projet délirant.

 

MISE A JOUR 17H30 :

Sur place, les experts ont pu relever les types de peintures utilisées et l'heure est désormais à l'analyse de leurs composantes, annonce MetroNews. Les spécialistes devront déterminer quels effets ces peintures ont pu avoir sur la pierre multiséculaire de l'édifice, et élaborer une stratégie : retirer cette couche ou enduire par dessus avec un ton "plus proche de l'état initial". 

La mairie a annoncé à France 3 qu'elle allait rénover les couleurs de l'église à l'identique. Le rouge et le mauve sur les murs seront donc retirés, tout comme le beige sur les statues. 

SUR LE PARISIEN : Puteaux (92) : l’église repeinte en rouge va perdre ses couleurs

Questions : Qui est responsable ? Combien ont coûté ces travaux de peinture et combien ça va coûter de les retirer ?

A la question "Qui va payer ?", j'ai déjà la réponse :  les contribuables bien entendu...

Commentaires