Une seule journée dédiée au développement durable à Puteaux
10 ans de procès du maire UMP de Puteaux contre MonPuteaux

La chasse aux scooters stationnés sur les trottoirs a repris à Puteaux

IMG_20140528_100528Toute l'année 2013 et jusqu'à l'élection municipale de mars dernier, la police municipale avait pour instruction de lever le pied sur les PV : il ne fallait pas contrarier les conducteurs-électeurs. La municipalité de Puteaux n'avait même pas renouvelé de contrat avec un service de fourrière ! D'où la surprise de certains automobilistes et motards : depuis le mois d'avril, les amendes tombent à nouveau.

Voici le témoignage d'Eric :

Mon scooter a été mis en fourrière cette semaine, bien que garé au même endroit depuis 2 ans. Il s'avère qu'une politique de répression est mise en oeuvre : un véhicule de la fourrière sillonne la Ville derrière les policiers municipaux pour enlever tous les scooters garés sur des trottoirs, qu'ils gênent ou non, sans discernement, sur "instruction de la mairie", selon les dires de la police municipale.

Ceci conduit à 2 scandales :

1. il n'y a pas assez de place pour les scooters dans la Ville. Réponse de la police municipale : garez-vous sur les places de stationnement des voitures. OK, mais si tous les scooters font ainsi, où vont se garer les voitures ? Avant de mettre en fourrière à tour de bras, ne faudrait-il pas construire de nouvelles places pour les 2 roues ? On parvient à créer en quelques mois des places pour les autolib', que ne le fait-on massivement pour les scooters ? Ce n'est pas par plaisir que les scooters se garent sur les trottoirs (à des places non gênantes, dans l'immense majorité des cas) : c'est parce qu'il n'y a pas d'autre solution !

2. Le Topcase de mon scooter a été fracturé entre sa mise en fourrière et son retrait. Je suis en train de porter plainte auprès de la Police Nationale (particulièrement à l'écoute, il faut les saluer). La Police Nationale m'a indiqué avoir de multiples plaintes de même nature. Ce n'est pas surprenant : j'ai pu constater à la fourrière que 80% des topase étaient fracturés ! et ce n'est certainement pas parce que la police municipale ne fait enlever que les topcase ayant un topcase déjà fracturés !

Eric

Ce sont les mêmes témoignages après chaque élection locale : on a laissé faire pendant des mois pour ne pas déplaire, puis on recommence à réprimer une fois le scrutin passé. 1/ c'est une politique injuste et parfaitement clientéliste 2/ cela suscite logiquement l'incompréhension.
Je suis d'accord avec Eric : on ne peut pas se contenter de réprimer. Il faut aussi permettre aux conducteurs de 2 roues de se garer correctement, en créant des places de stationnement.
Assurer un meilleur partage de l'espace public, promouvoir des circulations plus douces, tout cela était au coeur de notre programme municipal.

Christophe Grébert

Commentaires