10 ans de procès du maire UMP de Puteaux contre MonPuteaux
Ce sont des citoyens informés et engagés qui font la démocratie #Puteaux

Affaire Bygmalion : le président de l'interco de Puteaux-Courbevoie, Eric Cesari, au coeur du système UMP

0

Eric Cesari est pris à son tour dans l'affaire Bygmalion. Selon le journal Libération, ce proche de Nicolas Sarkozy et de Jean-François Copé est le seul à apparaître sur les devis envoyés de la société Event & Cie, filiale de Bygmalion, portant sur une cinquantaine de conventions bidons pour un montant de près de 13 millions d’euros.

Débarqué de son poste de directeur général de l'UMP par la nouvelle équipe dirigeante du parti, Eric Cesari venait justement de se faire élire président du conseil communautaire de Puteaux-Courbevoie. Une fonction rémunérée à hauteur de 5.000 euros par mois... pour diriger une coquille vide. En mai, j'ai dénoncé le montant des indemnités qu'Eric Cesari s'accordait et accordait à ses 14 (sic) vice-présidents, dont quelques proches de l'UMP.

Dans cette longue liste de vice-présidents, rémunérés à 1.400 euros/mois, on retrouve en effet non seulement le maire de Puteaux et son fils, mais également :

- José Do Nascimento, responsable des "fédérations" à la direction de l'UMP, comme on peut le voir sur l'organigramme ci-dessous, et dont le nom a aussi été évoqué lors de l'élection contestée de Jean-François Copé à la tête du parti.

2012-01-03_-_organigramme_ump

- et Caroline Cornu, ancien membre du cabinet de Nicolas Sarkozy à l'Elysée et recasée après 2012 à la direction de la communication d'EDF :

Caroline-cornu_dvd.original

A ce jour, et 2 mois après leur élection, je ne sais pas de quoi sont chargés ces "vice-présidents" au sein de l'interco de Puteaux-Courbevoie. Quelles sont leurs délégations ? Mystère complet. Sans doute leur faut-il du temps pour trouver une occupation réaliste à chacun.

En attendant, est-ce la fonction des contribuables putéoliens et courbevoisiens d'indemniser des militants de l'UMP ?

A LIRE SUR MEDIAPART : Affaire Bygmalion: Eric Cesari, l'homme des «coups montés» de Sarkozy

Commentaires