Previous month:
septembre 2013
Next month:
novembre 2013

octobre 2013

"Garantir la prise en compte de l'humain" à la Défense. Christophe Grébert dans Objectif Grand Paris

Publié sur le site Ma Défense :

BXrpcprCcAEaUtDChristophe Grébert, le président de l'association Ma Défense, est interviewé dans le magazine "Objectif Grand Paris" d'octobre 2013, qui publie un dossier spécial sur le quartier d'affaires. L'élu de Puteaux y expose sa vision de l'évolution de la Défense : il faut "garantir une prise en compte de l'humain", déclare-t-il. Il insiste sur la nécessité, face à l'Etat qui décide seul, de regrouper toutes les communes de la Défense pour définir un même projet, parler d'une seule voix et peser sur les décisions.

 Extrait :

"Il faut mettre en place un contre-pouvoir, non pas de nuisance, mais de collaboration avec l'Etat. Il ne s'agit pas d'empêcher l'aménagement de la Défense - elle apporte des richesses locales et nationales - mais de garantir, face à la technocratie qui voit la Défense de manière économique, fiscale, chiffrée, une prise en compte de l'humain, de la territorialité, de l'intérêt des habitants afin de trouver un bon équilibre entre les deux (..). Il faut inventer un autre avenir à la Défense. Je voudrais un quartier plus soucieux de l'environnement (..) un quartier plus humain, multifonctions, reposer les choses au sol et embellir l'existant".

IMG_6431


DOCUMENTS EXCLUSIFS Troublant marché du conservatoire de Puteaux : seul le constructeur BATEG répond à l'appel d'offres !

Comment cracher sur 31 millions d'euros en pleine période de crise économique ? Voici une anomalie qui intéressera sans doute les journalistes enquêtant sur les liens entre les entreprises de BTP et les collectivités locales : en 2011, la mairie UMP de Puteaux lance un appel d'offres pour la construction d'un nouveau conservatoire. Le marché de départ est de 31 millions d'euros. Alléchant contrat donc. Pourtant, extraordinairement, une seule société répond à cet appel d'offres... et obtiendra le marché public : il s'agit de BATEG, une filiale de Vinci travaillant souvent avec Puteaux.

A l'époque, j'ai interpellé le maire Joëlle Ceccaldi-Raynaud : comment se fait-il qu'une seule société nous réponde ? Silence et réponse gênée du maire : les autres sociétés du BTP n'étaient pas intéressées...
Pour preuve ces 4 lettres, ci-dessous, qui sont presque identiques entre elles et qui feront rire plus d'un spécialiste de la question (cliquez sur les images pour les agrandir).

Eiffage :

Eiffage

Fayolle :

Fayolle

Hervé-SA (groupe Spie SCGPM) :

Herve-sa

Spie Batignolles :

Spie-batignolles

Toutes ces sociétés avaient une surcharge de travail telle qu'elles ne pouvaient pas répondre à l'appel d'offres. Vraiment ? Où savaient-elles par avance que postuler à ce marché était inutile ? Ces 4 courriers, comme des justificatifs produits après coup, sont au minimum troublants.

 

ILS EN PARLENT :

IMG_6426

CANARD ENCHAINE DU MERCREDI 30 OCTOBRE 2013


Les animateurs des centres de loisirs de Puteaux m'alertent sur leurs mauvaises conditions de travail

Clueless-UK-Prime-Minister-Labels-Ask-fm-quot-Vile-quot-374899-2"Je suis animateur en centre de loisirs à Puteaux. Les conditions de travail se sont dégradées : manque d'animateurs, quotas d'enfants délirant... Et en plus, on n'a pas le droit de se plaindre, sinon c'est la porte".

Les animateurs des centres de loisirs de Puteaux m'alertent sur ASK.FM.

Je leur réponds :

On m’a en effet plusieurs fois signalé vos problèmes. Sachez que je suis attentif à votre situation.

Pour l’embauche et la gestion des animateurs des centres de loisirs, la municipalité a jusqu’ici fait le choix de la précarité. Précarité à la fois des statuts, des horaires et des rémunérations (CDD, vacations, horaires aménagés, rémunération rapportée au faible niveau de qualification des recrutements, etc…).

Or, avec la réforme des rythmes scolaires, la mairie aura besoin de faire encore plus appel aux animateurs. Le système tel qu’il est ne peut qu’imploser.

Il faudra donc repenser la politique de la filière animation, en la considérant comme un vrai métier. Cela implique une certaine « permanisation » des personnels qui exercent à temps plein, de la formation professionnelle et des moyens pour mettre en place de véritables projets pédagogiques en faveur des enfants.

Le système doit reposer sur des responsables pédagogiques qualifiés avec différents domaines de connaissances, avec des équipes de terrain capable de porter un discours éducatif (même le week-end), et des agents en charge de l'encadrement des enfants (emplois tremplins vers d'autres métiers, cycle de formation, emplois d'avenir, réinsertion professionnelle). N'ayons pas peur non plus des statuts : un cdd est une expérience dans le CV d’un jeune.

Notre ville a les moyens d'employer des personnels qualifiés en nombre suffisant et bien rémunérés, mais aussi de débloquer les moyens matériels nécessaires aux activités de loisirs.

Les thèmes ne manquent pas :

* découverte des arts (peinture ateliers + musées, musique au Conservatoire, danse, théâtre, sculpture, cinéma, photos…),

* découverte de l'environnement (on a la chance d'avoir la Seine, un bois à côté et le Naturoscope qui propose des activités ),

* initiations aux sports (avec les multiples installations de l’île),
etc…

L’argent est là, les ressources humaines aussi… ne manque plus que la volonté politique !

Tout cela s'inscrit parfaitement dans le projet ambitieux pour la jeunesse porté par notre liste Puteaux Pour Vous : http://puteaux2014.fr/thematiques/scolarite-et-formation/2/

VOUS AUSSI POSEZ VOS QUESTIONS SUR ASK.FM


La Défense : Joëlle Ceccaldi perd la présidence de l'EPADESA (Le Parisien)

ALeqM5iD5vQsuR-uVY8GLGjQ7vO6SUQAmADans son édition de samedi, le Parisien des Hauts-de-Seine est revenu sur son annonce trop rapide de la réélection de Joëlle Ceccaldi-Raynaud à la tête de la présidence du quartier d'affaires de la Défense.

Le nouveau président de l'EPADESA sera finalement élu au cours d'un conseil d'administration de l'établissement public fixé au 5 décembre, selon le journal. Le maire de Nanterre Patrick Jarry devrait être élu.

Même le président du conseil général des Hauts-de-Seine, Patrick Devedjian, ne soutient plus le maire de Puteaux  :
"L’arrivée possible de Patrick Jarry à la tête de l’Epadesa n’inquiète pas Patrick Devedjian, qui considère que le poste « doit être confié à un élu »", écrit Le Parisien. On a déjà vu plus de solidarité entre élus UMP du 92 !

Exit donc Joëlle Ceccadi-Raynaud qui avait accédé à ce poste suite au retrait de la candidature de Jean Sarkozy.

(photo : dr)

Elu local = élu de terrain. Voici la carte géolocalisée de mes déplacements dans Puteaux

Publié sur le site de Christophe Grébert :

Photos

Voilà une image qui vaut pour mon compte rendu de mandat. Chaque point rouge représente un lieu dans Puteaux où je me suis rendu et où j'ai pris une photo avec mon iPhone, au cours des 2 dernieres années. Cela montre que j'ai parcouru chaque quartier et chaque rue de Puteaux. Présent sur les réseaux sociaux, je suis aussi quotidiennement sur le terrain.
Christophe Grébert