Previous month:
août 2013
Next month:
octobre 2013

septembre 2013

Le maire de Puteaux, Joëlle Ceccaldi, admet fouiller mes poubelles

Joelle-Ceccaldi-Ra_2033965c

"Nous avons des documents sur vos poubelles, Monsieur Grébert", a lancé le maire de Puteaux, Joëlle Ceccaldi-Raynaud, à la fin du conseil municipal, jeudi dernier.

J'apprends donc au détour d'un débat sur le gaspillage que la majorité UMP espionne... jusqu'à mes ordures. Dimanche, je croise un conseiller municipal UMP qui m'en dit plus : "Nous avons des photos de vos poubelles".

Dans les Hauts-de-Seine et à Puteaux, la politique de caniveau est à prendre au sens propre quand il s'agit de l'UMP.

A LIRE MON DOSSIER HARCELEMENT

(photo : Joëlle Ceccaldi-Raynaud, fouilleuse de poubelles)


Municipales 2014 : "Puteaux pour vous", avec Christophe Grébert, lance sa campagne

Publié sur le site PUTEAUX POUR VOUS :

Marché des Bergères, Puteaux pour vous Rue Jean Jaurès, Puteaux pour vous Puteaux pour vous, marché Eichenberger Puteaux pour vous, braderie

Nous avons lancé ce week-end notre campagne municipale "Puteaux pour vous" en distribuant notre 1er tract sur le marché des Bergères samedi matin, rue Jean Jaurès l'après-midi, sur le marché Eichenberger dimanche matin et sur la Braderie l'après-midi.

L'accueil des Putéoliens a été très majoritairement bon. Nous sentons dans la ville un ras-le-bol de la dynastie, du gaspillage et une envie de changement profond. Puteaux est une ville agréable qui mérite mieux que la guerre familiale encore décrite samedi dans Le Parisien des Hauts-de-Seine.

Nous incarnons le changement. Tout ce week-end, nous avons présenté aux habitants les priorités de notre liste :

  • pour une saine gestion des ressources de notre ville et pour en finir avec les gaspillages,

  • pour une ville solidaire qui agit pour ceux qui en ont besoin avec responsabilité, transparence et équité,

  • pour une ville moderne et dynamique qui respecte sa population et son environnement,

  • pour un dialogue apaisé et pour donner du sens à la démocratie locale.

Notre site de campagne est ouvert : Puteaux2014.fr. Vous pouvez y lire nos premières propositions, contribuer et participer.

Retrouvez-nous aussi sur Facebook et Twitter.
D'autres photos de l'équipe Puteaux pour vous sur Flickr.


Marché des Bergères à Puteaux : la mairie ferme le parking sans prévenir personne

9980497614_ff2c0e8bd0_z

Surprise ce matin des commerçants et des acheteurs qui ont l'habitude de se rendre en voiture au marché des Bergères sur le haut de Puteaux : ils découvrent que le parking du marché couvert est fermé. Les grilles sont tirées. Même l'accès piéton est cadenassé. Personne n'avait été prévenu !

Des panneaux ont été installés semble-t-il seulement hier pour annoncer cette fermeture. Il faut désormais se stationner sur le parking de la rue des Fontaines à 400 m de là. Pas pratique quand on transporte des courses, et encore moins pour les personnes à mobilité réduite.

Dans la matinée, les commerçants font circuler une pétition. Aussitôt alertés, des membres des services municipaux arrivent en nombre et face à la fronde décident de rouvrir le parking. "Un raté", reconnait un responsable de l'administation.

Il n'en reste pas moins que le parking devra effectivement fermer, puisque le terrain a été alloué au promoteur d'un chantier voisin, comme l'indique l'arrêté ci-dessous signé par le maire. Un "raté" effectivement encore... ou plutôt une habitude à Puteaux où la municipalité a pour règle de placer les gens devant le fait accompli.

9980766714_488939e6ed_b

(photos : Flickr)


Urbanisme à Puteaux : préserver notre patrimoine, plutôt que de faire du "Disneyland"

Publié sur le site de Christophe Grébert :

17797_presentation_1_600_1Lors du conseil municipal de Puteaux du jeudi 26 septembre 2013, plusieurs décisions soumises aux élus concernaient le PLU (plan local d'urbanisme) et la ZAC des Bergères. Où l'on voit que la majorité UMP mène sur pratiquement l'ensemble de la ville une politique de table rase du patrimoine urbain pour le remplacer par une architecture au style "Disneyland" marqué. Pratiquement, car un secteur est préservé : le quartier de la Coline, derrière l'Hôtel-de-Ville, où habite le maire.

A quelques mois de l'élection municipale, comme par hasard, la majorité UMP a décidé de modifier le PLU pour limiter un peu la hauteur des tours sur le secteur de la Rose de Cherbourg en lisière de La Défense : 200 m au lieu de 300. Le projet de Jean Nouvel, décidément malchanceux avec La Défense, se trouve donc limité. Mais remarquez que rien n'empêchera l'UMP de revenir sur sa décision après l'élection, puisque ce chantier de tour est loin d'être engagé. Cette limitation a surtout pour objectif de calmer l'inquiétude des riverains avant un scrutin municipal qui s'annonce difficile pour le maire sortant Joëlle Ceccaldi. Ensuite... qui nous garantit que l'UMP locale, qui modifie le PLU en fonction de chaque projet immobilier, ne changera pas encore d'avis. Rien, sauf à les sortir en mars prochain.

J'ai fait plusieurs interventions jeudi en séance. Les voici :

Question 8. Autorisation au Maire de déposer une demande de permis de démolir un bien situé 20 rue Pierre Curie à Puteaux (quartier des Bergères)

Nous nous ABSTENONS.

Il s'agit d'un immeuble de 4 étages en brique et pierre meulière. Dommage de le détruire ! Dans la ZAC des Bergères, le renouvellement urbain se fait par une politique de table rase. Ce n'est pas comme si on détruisait des entrepôts industriels sans âme. Ici on a détruit et on va encore détruire des bâtiments avec des commerces et des logements. Combien de logements ont été détruits dans cette opération de destruction massive ? Des centaines ! Quelques bâtiments auraient pu être conservés : on aurait pu les rénover, les surélever, faire des extensions. Ce sont d'autres manières de faire de la densification, que nous savons par ailleurs nécessaire. On aurait pu imaginer des quartiers neufs, mais qui conservent quelques traces du passé mis en valeur : des pépites qui servent de signe, de repère pour les nouvelles constructions.

Bergeres-fusilles-basrogersQuestion 13. Cession amiable d’un terrain nu sis 2-4 rue des Fusillés de la Résistance.

Nous nous ABSTENONS.

Ce quartier entre la place des Bergères et la rue des Bas-Rogers (à la limite de Suresnes), va subir la politique de table rase de la majorité municipale : on détruit tout et on recommence. On détruit du logement et des commerces, des immeubles et des pavillons. C’est vrai que l'incapacité de la maire et présidente de l'office communal HLM à gérer la rénovation de la résidence HLM des Bergères démontre que cela aurait difficile pour elle d'imaginer une alternative.

Ici, on cède du terrain municipal au conseil général des Hauts-de-Seine pour permettre l'élargissement à 20m de la rue des Fusillés, afin de la caler sur l’alignement de Suresnes. Pourquoi ? Parce que les bâtiments que la municipalité va construire sur cette rue vont être beaucoup plus hauts que ceux qui existent : jusqu’à 30 mètres ! alors qu’au moment de l'adoption du PLU en 2011, le maire Joëlle Ceccaldi s'était engagée auprès des habitants à limiter les hauteurs des immeubles  sur ce secteur à... 21 mètres.

De plus, lorsqu’on voit les premiers permis de construire signés ou en cours de signature, on a de quoi s’inquiéter : on passe du style néo-haussmannien avec toiture en ardoise (projet Godedim) au néo-normand avec faux colombages, rotondes et toiture en tuile (ilot K&B, rue des Bas-Rogers), en passant par du style néo-italien (îlot Seger, rue Pierre Curie) avec rivière intérieure et donjon médiéval ! Le summum du mauvais goût, du Disneyland sur 9 étages. Une accumulation de styles pastiches, sans cohérence, ni entre eux, ni avec l’environnement existant. Ces projets sont vendus sous le signe de l’authenticité, alors qu’il n’en est rien.

Sur la place des Bergères, le PLU voté par la majorité UMP prévoit même des hauteurs de 75 mètres (Zones C sur la zone UPM4) !

Plu-carte-bergeres
Malgré les transitions de hauteurs vers les pavillons avoisinants, rue des Bas-Rogers, et une petite augmentation vers le nord de la zone UD, ces projets vont changer l’échelle du quartier de façon significative. Contrairement à ce que prescrit le PLU de Puteaux, tout cela porte atteinte au caractère pavillonnaire de ce secteur du haut de Puteaux (rue Pasteur et rue des Bas-Rogers).

Pourquoi densifier autant ce quartier aux portes de la ZAC des Bergères qui sera déjà un secteur de forte densification ? On aurait pu imaginer une progressivité dans la hauteur des bâtiments depuis l’entrée de ville jusqu’à la nouvelle place des Bergères. Comment le maire peut-il justifier la hauteur de 30 mètres adopté par tous les promoteurs, alors qu'il avait promis aux riverains une limitation à 21 mètres ?

BergeresNous réclamons un document faisant le point sur l'état d'avancement de cette opération des Bergères : quel est son phasage, son calendrier prévisionnel, quelles sont les parcelles en voie d'acquisition, etc.

Pour notre part, sur la ZAC des Bergères, nous tenterons de réorienter le projet architectural. Nous veillerons à la qualité des immeubles réalisés, à la qualité des espaces publics et à l'ouverture de ce quartier sur la ville.

Question 16. Prescription de la modification n°2 du Plan Local d’Urbanisme et mise en enquête publique.

Nous nous ABSTENONS.

Faute de participer réellement au développement de La Défense, la municipalité UMP n'a finalement qu'un rôle de limiteur des hauteurs de tours. L'architecte Jean Nouvel remarquait récemment que la skyline de La Défense est dissymétrique : les grandes tours sont au Nord, côté Courbevoie. C'est vrai si on considère les derniers projets construits ou à construire : First, Ermitage.. Le nouveau projet de la Rose de Cherbourg, à Puteaux, est une façon d'impulser une dynamique sur l'autre versant de La Défense. Nous y serions favorables si un vrai débat public, transparent et démocratique avait eu lieu et si nous avions le sentiment que la ville de Puteaux avait la capacité et l’envie de se faire entendre des décideurs publics (EPADESA) pour garantir une bonne intégration des projets dans l'environnement urbain.

Pour le quartier Colline, derrière l'Hôtel-de-Ville : la majorité UMP décide de fixer des hauteurs inférieures à celles de quartier pavillonnaire Pasteur-Bas-Rogers proche des Bergères. Les immeubles ne pourront pas dépasser 5 ou 6 étages contre 8 ou 9 aux Bergères. La pente n'est pas un élément qui pourrait justifier des hauteurs limitées puisque précisément les immeubles sont plus dégagés. Pourquoi ce traitement de faveur ? A mon sens, la réponse vient essentiellement de la volonté de préserver ce quartier au contraire de celui de l’entrée des Bergères par Suresnes. Donc pas de densification, ni d'élargissement de voirie. Cela montre une certaine injustice, qui ne s’explique pas, bien entendu, par le fait que le maire habite ce quartier de la Colline.

(photos : quelques projets d'immeubles sur la rue des Fusillés et Bas-Rogers)

A LIRE EGALEMENT : Conseil municipal du 26 septembre à Puteaux : Questions sur le Plan local d'urbanisme, sur le site de Nadine Jeanne, conseillère municipale PS de Puteaux