Previous month:
juin 2013
Next month:
août 2013

juillet 2013

Chantier HLM des Bergères à Puteaux : l'opposition parle d'une seule voix

9316088936_067dcdb0eeL'opposition putéolienne se mobilise en faveur des locataires de la résidence HLM des Bergères obligés de vivre depuis près d'un an au milieu d'un chantier. Christophe Grébert, conseiller Modem, et Stéphane Vazia, président du groupe PS au conseil municipal, co-signent une lettre ouverte au maire de Puteaux :

Lettre ouverte des conseillers municipaux Stéphane Vazia (PS) et Christophe Grébert (MoDem) à Mme le Maire, présidente de l’OPAH de Puteaux

Résidence HLM des Bergères : une situation inacceptable qui doit cesser

Puteaux, le 25 juillet 2013

Madame le Maire,

Lors du dernier Conseil Municipal, le 27 juin dernier, Stéphane Vazia vous alertait sur la situation inacceptable des habitants de la résidence HLM des Bergères. En tant que présidente de l’OPAH de Puteaux, vous auriez dû vous saisir du dossier pour mettre un coup d’arrêt aux aberrations provoquées par le chantier.

Et pourtant, aucune date n’a été proposée à Stéphane Vazia suite à ses demandes de rendez-vous avec la directrice de l’office.

Devant votre absence de réaction, des habitants de la résidence sont revenus vers nous, et c’est avec leur aval que nous vous écrivons aujourd’hui.

Nous ne pouvons que constater les conditions de vie désastreuses des habitants du fait des travaux. Ce n’est pas le chantier que nous dénonçons aujourd’hui mais les conditions de vie inacceptables qui en résultent, et la conduite désastreuse du chantier. Les travaux, qui ont mis à rude épreuve la santé des habitants, n’ont été accompagnés d’aucune rénovation des appartements, et ne conduiront qu’à une dégradation de leurs conditions de vie.

Face à ce constat, les habitants demandent que des mesures soient prises. Voici une liste de leurs revendications qui nous soutenons :

- Une protection efficace et immédiate du chantier afin que plus aucune poussière toxique, poussière de ciment ne soit projetées dans les zones ou circulent les habitants. La sécurité passe aussi par une sécurisation des espaces donnant sur le vide, et une mise à l’abri des zones coupantes dans les zones de passage.

- L’examen des cas des habitants de la résidence de manière individuelle, afin de procéder au relogement des personnes les plus fragiles (problèmes de santé, personnes à mobilité réduite, familles avec enfants en bas âge, etc.).

- L’installation par la mairie de commerce de proximité au rez-de-chaussée donnant sur la rue comme cela a été promis.

- Le remboursement des frais de chauffage et d’électricité engendrés suite aux travaux, la « bunkerisation » des cuisines ayant engendré des frais d’électricité anormaux.

- La réduction future des charges locatives, les travaux devant permettre une meilleure consommation d’énergie.

- La mise en place de conditions sanitaires minimum : le coffrage des tuyaux passant dans leur cuisine, l’installation d’un air conditionné effectif dans les salles de bain et toilettes.

- Une restitution des charges que les habitants ont payé durant 10 mois de travaux éprouvants qui ont mis leur santé et leur moral à rude épreuve, avec une restitution de 150 euros par mois de travaux, soit 1.500€ par appartement.

- Une baisse de loyer de 150 euros pour chaque nouveau mois de travaux. C’est une mesure symbolique, afin de montrer que la mairie est sensible à la dégradation de leurs conditions de vie, mais qui n’effacera certainement pas ce qui a été enduré.

- L’engagement ferme que le montant des charges n’augmentera pas une fois les travaux terminés.

Les habitants attendent de vous des actions concrètes pour améliorer leur quotidien. Nous comptons sur votre intervention rapide en faveur de ces Putéoliens.

Stéphane Vazia (PS) - Christophe Grébert (Modem)

(photo : Flickr)


Un nouvel article du Canard sur le maire UMP de Puteaux et ses comptes dans des paradis fiscaux

IMG_5876
Dans un article publié le mercredi 31 juillet, le Canard Enchaîné a fait de nouvelles révélations sur les millions au Luxembourg de Joëlle Ceccaldi-Raynaud.

Le 12 juin au tribunal de Nanterre, la maire UMP de Puteaux a été entendue comme témoin assisté par le juge d'instruction Jean-Michel Berges. Celui-ci voulait en savoir plus sur l'origine des 4 millions d'euros découverts sur un compte d'une banque luxembourgeoise sur lequel apparaissait des transferts depuis les îles vierges britanniques. Après avoir affirmé que cet argent provenait de sa grand-mère, qui fut institutrice en Corse, Joëlle Ceccaldi évoque maintenant un "arrière-grand-père carthaginois".
Au juge, le maire de Puteaux aurait affirmé avoir fait don de ces 4 millions d'euros en 2004 à sa fille Emilie. Après avoir dénoncé le père, elle se décharge sur sa fille. Quelle famille !
Enfin, selon le Canard, au cours de son audition, Joëlle Ceccaldi s'en est prise à son père, accusant ce dernier d'être devenu son "bourreau". "Je vais t'exterminer", lui aurait dit Charles Ceccaldi.

Le Canard était disponible (pour cette fois !) dans les kiosques à journaux de Puteaux.


L'ex-1ère adjointe suspendue de l'UMP pour avoir lâché le maire de Puteaux

6a01116850d554970c01901e52921f970b-800wi
"Vous avez publiquement manifesté votre souhait de quitter la majorité municipale UMP et de faire campagne contre l'UMP dans la perspective des élections municipales de mars 2014 (..) Votre comportement porte préjudice à l'image de notre famille politique (..). Le bureau politique (de l'UMP) a décidé de vous suspendre et d'engager à votre encontre une procédure d'exclusion". La lettre est adressée à Maryse Chavrier, ex-1ère adjointe du maire de Puteaux, et est signée par Jean-François Copé, président de l'UMP.

La mesure n'est pas surprenante en soit : L'UMP a accordé son investiture à Joëlle Ceccaldi-Raynaud pour la municipale... le parti ne peut pas en même temps soutenir Maryse Chavrier, qui a décidé de quitter la majorité municipale de Puteaux après en avoir fait la critique publique. L'UMP a fait un choix entre 2 personnes, il l'assume. Ce qui est troublant, c'est ce choix !

"Votre comportement porte préjudice à notre famille politique", argumente Jean-François Copé. En revanche, le fait que Joëlle Ceccaldi ait placé 4 millions d'euros dans un paradis fiscal sans les déclarer préalablement aux services fiscaux ne pose pas de problème à l'UMP et à son président. 

L'UMP et Jean-François Copé ont l'exclusion sélective... Ce qui est certain, c'est que ce n'est pas basé sur la probité de l'adhérent concerné.


Enquête sur des marchés truqués à Puteaux : le maire se porte partie civile

5001570570_fd41204c75Un juge parisien enquête sur de possibles marchés truqués dans les communes de Levallois-Peret et Puteaux, respectivement dirigées par Patrick Balkany et Joëlle Ceccaldi. Cette dernière indique s'être portée partie civile. Ce qui lui permet d'avoir accès au dossier d'instruction.

L'affaire a été révélée en juin par le Canard Enchaîné. L'hebdomadaire affirmait qu'un ancien directeur technique de Levallois a été mis en examen le 17 avril par la juge Claire Thépaut pour "favoritisme, corruption passive, abus de confiance et prise illégale d'intérêt". Selon le Canard, ce fonctionnaire aurait validé des "travaux fantômes" au bénéfice d'un sous-traitant de la société de BTP Fayolle. "Apparemment, un système analogue aurait prospéré à la mairie de Puteaux", précisait le Canard.

Sur les 3 dernières années, l'entreprise Fayolle a facturé à la ville de Puteaux pour plus de 25 millons d'euros de travaux de voirie.


Les habitants du HLM des Bergères, à Puteaux, subissent la canicule en plus des travaux

Photo0514Emballés dans leur HLM en travaux, les habitants de la résidence des Bergères subissent - en plus du bruit, de la poussière et des odeurs - la météo caniculaire.

"Il fait 29° le soir dans les appartements et impossible d'aérer la journée avec les travaux", m'alerte un habitant.

La semaine dernière, la maire en personne est venue distribuer des ventilateurs (sic!). Des brumisateurs et des bouteilles d'eau minérale ont également été offerts aux locataires.

Ce sont des climatiseurs qui auraient dû au minimum être installés dans les appartements confinés derrière des baches et des cloisons en bois.

EN LIRE PLUS DANS MON DOSSIER LOGEMENT

(photo : MB)