Previous month:
mai 2013
Next month:
juillet 2013

juin 2013

"On est entré dans le post-ceccaldisme" (Sylvie Cancelloni)

6a00e5500cd8a0883401901c63b8db970b-150wiSur son site, la conseillère municipale Sylvie Cancelloni publie un compte-rendu du conseil municipal de jeudi. "On est entré avec ce conseil dans le post-ceccaldisme", écrit-elle.

Extrait :

"(..) Le non-dit aura pesé très lourd : l’affaire pendante de « marchés truqués » évoquée par la presse pour Puteaux et Levallois, la ponction exorbitante sur le budget de la politique de réceptions et de cadeaux lancée tous azimuts  par la ville ces derniers mois, les rumeurs de départ de la Directrice de cabinet accélérant la fuite des compétences au service de la ville, la valse des postes au sein de l’administration et l’alerte lancée par de nombreux agents municipaux sur le fait qu’il n’y a plus d’argent dans les caisses… (..)".


Le quartier HLM Lorilleux de Puteaux derrière des grilles, l'épicier perd la moitié de ses clients

Publié sur le site de Christophe Grébert :

IMG_0122
Devant le chantier du parking souterrain à Lorilleux

IMG_0140
La traversée de la RD17 qui coupe le haut de Puteaux en 2

Samedi, avec des membres de l'équipe Pour Puteaux, nous effectuons une nouvelle visite de quartier. Nous nous rendons dans les résidences HLM de Lorilleux, Berthelot, Carré Vert et les Rosiers, sur le haut de la commune.

L'objectif de ces visites est tout d'abord d'observer : les aménagements urbains, l'habitat, le commerce... pour voir ce qui est fait et ce qui pourrait être amélioré, changé et/ou réalisé. Durant ces visites, nous rencontrons des habitants et des commerçants, qui nous apportent leur propre vision.

A Lorilleux, nous nous rendons chez le marchand de journaux qui va fermer le 12 juillet après avoir été racheté par la mairie. Nous croisons des habitants scandalisés et catastrophés par cette fermeture incompréhensible.

8648472219_cacb0becbfNous nous rendons également chez l'épicier installé dans la résidence côté rue de la République. Cette partie de Lorilleux a été récemment entièrement grillagée. Les grilles sont fermées depuis une semaine et un gardien a été installé à l'entrée (photo-ci-contre).
Conséquence, les habitants du quartier, en dehors de la résidence, ne peuvent plus accéder aux commerces de Lorilleux et notamment à cet épicier, le seul du secteur.
Ce commerçant a perdu plus de la moitié de son chiffre d'affaires et menace de fermer ! La mairie et l'office communal HLM n'ont pas prévenu et encore moins consulté ces commerçants. Il semblerait pourtant logique de laisser ouvert les accès piétons en journée, aux mêmes horaires que pour le square du Moulin.

6a00d8341c339153ef01901e0b50ac970b-800wi

IMG_5388 A Lorilleux, comme aux Rosiers et à Carré Vert, nous constatons de nouvelles installations réalisées par l'office communal HLM géré par la ville : des grilles, des barrières et des portes avec codes ont été installées sur tous les passages publics. L'impression d'enfermement est très important. Certains aménagement frisent le ridicule, comme ce grillage sur cette photo (ci-contre) dont on se demande à quoi il sert.

Il faudra cetainement revoir certains de ces aménagements pour permettre une meilleure circulation des piétons, une meilleure accéssibilité pour les personnes âgées et les personnes à mobilité réduire et un meilleur partage entre automobiles et circulations douces.

Notre équipe compte des spécialistes de l'urbanisme et de l'aménagement qui feront des propositions en ce sens. A la rentrée, nous soumettrons ces propositions aux habitants.

Christophe Grébert

DSC_0014
Un grillage contre une grille, on n'est jamais trop en sécurité !

(photo : ED & AT)


A vous la parole : "Peut on planter des arbres en été ?" Exemple dans un square de Puteaux

DSCN1943Vous qui venez nombreux le soir sur les bancs des espaces verts pour vous retrouver entre amis, pourriez-vous respecter l'espace que vous fréquentez ? Et notamment dans le square de l'allée des Valettes, le long du circulaire de La Défense, à Puteaux.

Des poubelles y ont été installées. L'une est juste à côté du banc. Pourriez vous avoir la gentillesse d'y déposer la totalité de vos déchets ? Pourquoi laisser chaque soir ces lieux encore plus sales que la veille ?
Pour marquer votre territoire ?
Pour l'enlaidir et vous assurer que personne ne viendra s'y installer à votre place ?
Pour vous exprimer ? Pour contester la société ?

Qui sait, il y en a peut être parmi vous qui apprécieraient un espace plus soigné. Ils n'osent peut être pas vous le dire.

DSCN1948Pourtant la mairie s'occupe de vous. Ses jeunes agents nettoient, vident les poubelles patiemment, mi-découragés, mi-résignés. Ils sont venus planter six ou sept arbres, jeudi et vendredi, pour agrémenter votre lieu de réunion. Est-ce que vous pourriez donner un sens à  leur travail en renonçant à étaler par terre vos canettes, cartons, sacs en plastique, mégots...

Souhaitons bonne chance à ces jeunes plantes et beaucoup de pluie pour leur permettre de se développer. La nuit, ce serait bien... On entend habituellement que les plantations se font à l'automne et au printemps. La municipalité a pris le risque d'exposer ces tout jeunes arbres à la sécheresse de l'été pour vous être agréables.

Une habitante de La Défense qui aimerait vivre en harmonie avec les autres. Et qui s'étonne que des arbres soient plantés en cette saison estivale.

Le maire de Puteaux confirme la fermeture du marchand de journaux à Lorilleux

9007729746_52498020baLors du conseil municipal jeudi soir, la maire a tenté très maladroitement de se justifier, après le rachat par la ville de Puteaux du marchand de journaux du quartier Lorilleux. Selon Joëlle Ceccaldi-Raynaud, la ville a trouvé un repreneur, mais le magasin va tout de même fermer, "car nous sommes obligés d'attendre le départ de l'actuel exploitant".

1 - Cette affirmation est tout simplement fausse. En effet, dans le cas d'un transfert de fonds de commerce, tout l'intérêt du repreneur est que l'activité ne cesse pas. L'actuel propriétaire avait d'ailleurs trouvé un repreneur qui aurait pris immédiatement la suite sans fermeture.

2 - "Ce repreneur ne présentait pas toutes les garanties", a affirmé hier soir le maire : "Il tenait un bar-tabac-brasserie à Paris. Qui nous dit que son intention n'était pas d'ouvrir ensuite un bar ?", tente Joëlle Ceccaldi. Et bien, tout simplement parce que l'activité d'un magasin est fixée dans le contrat de bail et que pour ouvrir un bar il faut une licence IV ! Le maire donne donc une nouvelle fausse explication.

3 - "Nous voulions nous assurer que le rayon papeterie soit conservé, parce qu'il y a une école à côté", avance ensuite Joëlle Ceccaldi. Mais quel marchand de journaux ne vend pas aussi de la papeterie ? C'est tout son intérêt de multiplier les services proposés à sa clientèle, à partir du moment où il y a de la demande. C'est pour cette raison que la ville de Puteaux a dépensé près de 400.000 euros ? Ce n'est pas plausible. Nouvelle justiticiation fausse. La 3e sur les 3 données pour expliquer la préemption.

Le 12 juillet, le marchand de journaux de Lorilleux fermera donc bien ses portes. La municipalité était prévenue depuis des mois par le propriétaire. Celle-ci n'a pas cherché à le voir durant tout ce temps pour organiser la reprise. C'est seulement à la suite de la publication de mon article que le maire a mobilisé ses services, ainsi que la chambre de commerce des Hauts-de-Seine, pour tenter de trouver en urgence un repreneur. Nous sommes contents que la ville se bouge enfin grâce à notre alerte. Mais le mal est fait : même si un repreneur était trouvé aujourd'hui (ce qui n'est pour l'instant qu'une promesse du maire, mais nous savons ce que valent ses promesses), le tabac-presse de Lorilleux ferme et ne rouvrira pas avant des semaines, voire des mois.

Dans toute cette affaire, la gestion de la municipalité met à mal la qualité de vie du quartier Lorilleux ; elle met en péril le commerce de proximité ; et elle coûte beaucoup d'argent à la collectivité, puisque le magasin, racheté 360.000 euros, ne pourra pas être revendu par la ville à ce prix : sa valeur aura été grandement dévaluée par un arrêt prolongé de l'activité. Pour les habitants et pour les contribuables, la décision du maire - dont elle seule à la clée - aura été négative.
J'ai avancé dans mon précédent article une hypothèse sur la vraie raison de cette préemption. Tout cela serait lié à la disparition du Canard Enchaîné des kiosques de Puteaux. Les dates concordent. L'acharnement du maire de Puteaux, hier soir, a justifier l'injustifiable me dit que je ne dois pas être loin de la vérité.
Christophe Grébert

MISE À JOUR : J'AI EU LE MARCHAND DE JOURNAUX DE LORILLEUX AU TÉLÉPHONE. IL ME DIT DE PAS ÊTRE INFORMÉ PAR LA MAIRIE D'UN EVENTUEL REPRENEUR. Dans Métro, le marchand explique que tous les agréments (pour pouvoir vendre du tabac, du loto et de la presse) ont été résiliés : "Il faudra des mois au nouveau propriétaire pour redémarrer une activité presse sans ces papiers", affirme-t-il.

Par ailleurs, le commerçant estimant avoir été lésé a saisi le Tribunal administratif pour faire annuler la procédure de préemption. Si celle-ci est annulée, la ville pourrait devoir payer d'importantes indemnités de réparation. L'arrêt du Tribunal administratif sera rendu dans les prochaines semaines. L'affaire est donc loin d'être terminée.


Elus UMP logés en HLM : le maire de Puteaux censure ma question au conseil municipal

Censure-mairie-puteaux

Je viens de recevoir un mail (ci-dessus) de la mairie de Puteaux. Le maire UMP Joëlle Ceccecaldi me fait savoir via le directeur général des services qu'elle ne répondra pas à ma question sur le logement en HLM des élus de sa majorité lors du conseil municipal de ce soir. Le prétexte est faux, car cette question (ci-dessous) ne s'adresse pas à l'office HLM mais aux élus UMP : 

Madame le maire, ma question est la suivante : quand les élus de votre majorité, qui ont les moyens d’habiter dans le privé (par exemple : un maire adjoint haut fonctionnaire, un autre qui est un directeur financier dans une grosse société ou un 3e élu qui est propriétaire d’une maison qu’il loue) libéreront-ils leurs logements HLM, pour que des familles putéoliennes, qui habitent actuellement dans des logements insalubres et qui payent des montants de loyers mobilisant la quasi-intégralité de leurs ressources, puissent emménager à leur place et bénéficier d’un toit digne et au loyer modéré ?

A lire :

- mes 3 questions orales pour le conseil municipal de ce soir.

- 50% des élus UMP de Puteaux sont logés en HLM.

- Ces élus UMP me font un procès pour "atteinte à la vie privée".

Bien entendu, refusant cette censure, je compte bien malgré tout poser cette question ce soir au maire dès le début de la séance du conseil municipal.
Christophe Grébert