Previous month:
mars 2013
Next month:
mai 2013

avril 2013

Le 10e festival BD de Puteaux, les 24, 25 et 26 mai 2013

8681955118_25f737ee16Puteaux accueille les 24, 25 et 26 mai la 10e édition de son festival de la BD, au palais de la médiathèque.

De nombreux auteurs seront présents pour des rencontres et des dédicaces : Arleston (Lanfeust de Troy), Chabbert (Uchronies), Dodier (Jérôme K. Jérôme Bloche), Jailloux (Alix), Rodrigue (Cubitus), Sobral (Les Légendaires) ou encore Achdé (Lucky Luke) qui a dessiné l’affiche du Festival.

Horaires : vendredi de 17h à 21h,
samedi et dimanche de 10h à 18h.

Voici le programme complet :

Lire la suite "Le 10e festival BD de Puteaux, les 24, 25 et 26 mai 2013" »


Le week-end à Puteaux en images

Publié sur le site de Christophe Grébert :

8686750830_38d1e15619-1
(photos : Flickr - au salon des artistes, avec Séverine Zollinger et Vincent Brack)

L'Hôtel-de-Ville de Puteaux accueille jusqu'au 23 mai le salon des artistes. Nous nous y sommes rendus samedi. Une trentaine de peintres, sculpteurs et photographes exposent leurs oeuvres. On regrette que les artistes putéoliens ne soient pas clairement signalés et mis en valeur. Il y en a pourtant plusieurs et de grande qualité, comme Kika, une peintre espagnole qui vit et travaille dans notre commune. J'ai beaucoup aimé l'humanité qui se dégage de ses tableaux. Nadine Jeanne en parle aussi sur son site.

8685643393_f8c2d34dde

Samedi après-midi, la médiathèque de Puteaux accueille le philosophe et écrivain putéolien Fabrice Midal. C'est un spécialiste du bouddhisme. Il est aussi l'un des promoteurs en France de la pratique de la méditation. Nous assistons avec grand intérêt à sa conférence sur "la connaissance qui nous transforme", à l'occasion de la sortie de son dernier livre : "La tendresse du monde, l'art d'être vulnérable" (éditions Flammarion). Quand il évoque les hommes politiques qui devraient s'intéresser plus à l'humain, j'y vois comme un clin d'oeil.

  BI8XujFCcAAICTd
(photo : les JPP - à la cérémonie du souvenir, avec Olivier Kalousdian et Paul Schmite, animateur des Jeunes Pour Puteaux)

Enfin, dimanche matin, avec ma collègue du conseil municipal Nicole Berlemont, le responsable local d'EELV Olivier Kalousdian et d'autres membres de l'équipe qui se construit en vue de l'élection municipale, nous assistons à la cérémonie en souvenir des victimes de la déportation, square des Martyrs de la Résistance, au-dessus de la gare de Puteaux.

Cette cérémonie du souvenir résonne avec l'actualité. Un message, rédigé par les associations nationales des déportés, est lu par un élu du conseil communal des jeunes : "(..) Tant que nous pourrons prendre la parole, nous devons dire aux générations nouvelles que c’est surtout dans les moments de crise que resurgissent les discours antidémocratiques, xénophobes, racistes et antisémites, dans lesquels elles doivent discerner les thèses de ceux qui ont exterminé les juifs d’Europe, massacré les Tziganes, déporté et fusillé les Résistants. Aujourd’hui, il est essentiel qu’elles reconnaissent, dans d’autres discours, les vociférations d’Adolf Hitler et la voix soumise de Philippe Pétain. Ainsi averties, pourront-elles combattre le danger s’il se présente. Nous lançons aujourd’hui, un appel à la vigilance, au respect de l’être humain, de sa dignité et du droit à la différence. Ce message que nous adressons aux jeunes générations se veut partie prenante de la construction de l’avenir".

Des créations d'artistes à une cérémonie du souvenir, en passant par la parole d'un philosophe... Tout cela nous parle de la même chose : intéressons-nous à l'autre, ouvrons-nous et veillons à ne pas être indifférents  à ce qui se passe au plus loin comme au plus près de nous.
Christophe Grébert


Développement durable à Puteaux : "Faites ce que je dis, pas ce que je fais" (EELV)

Eelv1Dans un nouvel article sur son site, le groupe Europe Ecologie les Verts de Puteaux compare les conseils "pour un développement durable" publiés dans le journal municipal "Puteaux infos" en avril et la politique menée effectivement par la ville. "Faites ce que je dis, ne dites pas ce que je fais !", titre EELV.

Extrait :

"C’est avec un peu de désabusement, notamment pour l’équipe volontaire et dévouée en charge de l’Agenda 21 de Puteaux que démarre ce petit inventaire contradictoire des conseils pour un développement durable, listés par le Puteaux Info d’avril 2013. Si l’effort de toutes ces personnes a déjà été notifié dans un article précédent, comment fermer les yeux sur les paradoxes, contradictions et même hypocrisies de la mairie de Puteaux concernant son exemplarité en termes de développement durable ?

Un petit tour d’horizon des efforts (nécessaires et quasiment vitaux à l’heure où nous parlons) que la ville et la majorité UMP vous demandent de faire, mais qu’elles, se gardent bien de s’appliquer à elle même !"

LA SUITE SUR LE SITE EELV DE PUTEAUX


Le 3e Salon des artistes, à la mairie de Puteaux

Salon-des-Artistes_actualitehomeLa 3e édition du salon des artistes ouvre ce week-end à la mairie de Puteaux. Une trentaine d'artistes - peintres, sculpteurs et photographes - exposent leurs oeuvres et vous font partager leur passion et leur travail.

Jusqu'au 23 mai 2013
Salons d'honneur de l'Hôtel de Ville
Entrée libre, de 10h à 19h, tous les jours y compris le dimanche et jours fériés. Le mardi de 13h30 à 19h30.

Le vrai prix du nouveau conservatoire de Puteaux : 70 millions d'euros !

8648325537_f0633b7360

Au départ, en 2010, la municipalité de Puteaux annonce la réalisation d'un nouveau conservatoire pour 31 millions d'euros. En octobre 2010, devant le conseil municipal, je dis : "Avec les dépassements habituels à Puteaux et les différents frais d’équipement, c’est un projet à 50 millions d’euros". "Non, n'importe quoi, vous n'y connaissez rien", me répond la maire. 3 ans plus tard, ma prévision est même largement dépassée !

Depuis, en effet, le coût du projet est passé à 44,5 millions d'euros, soit une hausse de 46%. Mais ce chiffre est encore loin de la réalité. D'autres dépenses s'ajoutent à ce seul bâtiment.

Le conservatoire est construit dans un quartier résidentiel fait de petites rues, souvent à sens unique. Pour faire face à l'afflux supplémentaire de véhicules (les parents qui viendront déposer leurs enfants au conservatoire et les spectateurs qui viendront assister aux concerts), d'importants travaux de voirie sont  menés. Ce qui représentent au moins 500.000 EUROS de dépenses. Comme les places en surface sont presque toutes supprimées, un parking souterrain est construit face au conservatoire. Coût du parking : 9.663.289 EUROS. Sur la dalle de ce parking (photo), un jardin va être réalisé. Coût du jardin : 2.605.702 EUROS !

45,5 + 0,5 + 9,6 + 2,6 + = 58,2 millions d'euros HT, soit 70 millions d'euros TTC ! Voilà le vrai coût de ce nouvel aménagement.

Une tel niveau de dépense était-il vraiment nécessaire ? Sur son site, l'élue PS Nadine Jeanne indique que la ville de Clichy, dans les Hauts-de-Seine, a réalisé un conservatoire pour... 17 millions d'euros.

(photo : Flickr)


Le rugby de Puteaux remonte lentement la pente

8664903251_5ca041ea16

L'équipe de rugby de Puteaux accède à la Promotion d'Honneur, après sa victoire sur Chalons-en-Champagne 26-13, le 14 avril, au stade de Suresnes. Puteaux se retrouve aussi en finale du championnat d'Île de France 1ère série, en l'emportant le week-end dernier sur son terrain 21/14 face à l'équipe de Tremblay !

"Il aura fallu dix ans pour que le club putéolien de rugby renaisse de ses cendres !", écrit Nadine Jeanne, conseillère municipale de Puteaux, sur son site. Quel gachis et que de temps perdu !

Rugby11En effet, l'équipe actuelle est née de la dissolution du club historique de la commune : en 2003, les dirigeants du CSM Rugby, fondé en 1955, annoncent la mort du club, après la décision du maire de supprimer leur subvention. La raison est politique : les dirigeants du CSM avaient trop marqué leur indépendance. Et dans le système actuel, soit vous êtes avec les ceccaldistes et vous avez le droit de vivre, soit vous n'êtes pas soumis à eux et c'est la mort.

Libérer les clubs de sport de cette emprise malsaine sera l'une des premières actions à mener par la nouvelle majorité municipale. Les clubs devront être soutenus par la mairie : mise à disposition des installations et des équipements, versement de subventions nécessaires à leur fonctionnement et leur développement, soutient des projets et développement de partenariats extérieurs s'ils le souhaitent...
Pourquoi la ville interdit-elle aux clubs de faire appel à des sponsors, si ce n'est pour les mantenir dans son entière dépendance ? Qui désigne les présidents des clubs ? Le maire ou les adhérents ? Quand la survie d'un club dépend de la seule subvention versée par le maire, la question ne se pose pas. Enfin, le loisir et la compétition ne sont pas des ennemis. L'un entraîne l'autre. La ville doit encourager et soutenir, et pas verrouiller et contraindre.
Réfléchissons à tout cela ensemble.


LIRE MON DOSSIER SUR LA REPRISE EN MAIN DES CLUBS DE SPORT PAR LE MAIRE DE PUTEAUX EN 2002/2003

LE SITE DU CLUB DE RUBGY DE PUTEAUX

(photo : l'équipe 2, sur le terrain de rugby de Puteaux, Flickr)