Previous month:
novembre 2012
Next month:
janvier 2013

décembre 2012

L'année 2012 à Puteaux en 12 images

Retour sur l'année 2012 à Puteaux en 12 images... de janvier à décembre :

En janvier, l'année commence bien. La mairie envoie 25.000 cartes de voeux... avec une faute :

Ai-MaeECQAAmEFh

En février, Puteaux fait encore la Une de la Presse : le maire m'expulse manu militari du conseil municipal :

Al77ON6CIAEdXqq

En mars, 19 élus UMP de Puteaux m'attaquent en justice. J'ai eu le tort de révéler qu'ils profitent de HLM :

ASSIGNATION-ELUS-UMP

En avril, au 1er tour de l'élection présidentielle, la droite est localement minoritaire :

7069029587_2994f7608d

En mai, Joëlle Ceccaldi-Raynaud, qui a renoncé à se présenter à la législative, vient narguer le futur député, Jean-Christophe Fromantin, lors d'une réunion de campagne :

Fromantin-puteaux

En juin, une série de négligences dans une crèche privatisée de Puteaux est révélée par des parents :

Refectoirenonentretenu

En juillet, la majorité étend l'utilisation de voitures de fonction à tous les conseillers ayant une délégation. Le maire s'achète une C6 à 50.000 euros :

Citroen_c6

En août, l'opposition révèle la fermeture de la seule structure locale accueillant des handicapés :

7415921296_88c6023c94

En septembre, des parents d'élèves musulmans manifestent devant la mairie, après l'expulsion de leurs locaux :

8035339865_a1f8e5f4d4

En octobre, série de révélations sur le déficit de l'EPADESA, l'établissement public de La Défense. Il manquerait 250 millions d'euros sur les ventes de 2 tours :

6363523093_af7d1f0930

En novembre, le maire "remercie" sa 1ère adjointe :

PARISIEN281112

En décembre, Puteaux fête Noël avec une patinoire géante et un sapin de 20 m de haut. Montant de la facture : 4 millions d'euros :

8234942011_90c598c1b7


CCAS, Office HLM, Interco : la majorité de Puteaux se répartit les postes

Lors du dernier conseil municipal de Puteaux, le 28 novembre 2012, la 1ère adjointe Maryse Chavrier a été démise de ses différentes déléguations et responsabilités. La majorité s'est donc répartie les postes.

Nouveau tableau des adjoints :

1er Adjoint : Michel DUEZ
2ème Adjoint : Jean-Philippe LOTTEAU
3ème Adjoint : Josiane ABKARI
4ème  Adjoint : Bernard GAHNASSIA
5ème Adjoint : Anne-Marie AMSELLEM
6ème Adjoint : Jean-Marie BALLET
7ème Adjoint : Brigitte PALAT
8ème Adjoint : Vincent FRANCHI
9ème Adjoint : Isabelle GIRARD
10ème Adjoint : Franck CAVAYE
11ème Adjoint : Pascal CAUMONT
12ème Adjoint : Emmanuelle HEURTEUX

- Représentants à l'Office Public de l’Habitat :

Joëlle CECCALDI-RAYNAUD
MADRID
MARCHIONI
Vincent FRANCHI
BERNASCONI
MOREAU-LUCHAIRE

(aucun membre de l'opposition)

- Représentants au Centre Communal d’Action Sociale :

Michel DUEZ
MADRID
LACONTAL

et Nadine JEANNE (seule représentante de l'opposition, remplace Sylvie Cancelloni)

- Représentants à la Communauté d’Agglomération Seine Défense (interco Puteaux/Courbevoie) :

 Titulaires et Suppléants

CECCALDI-RAYNAUD / REIN
DUEZ / GRAZIANI
LOTTEAU / MADRID
ABKARI / MARTIN
GAHNASSIA / MARCHIONI
AMSELLEM / LACONTAL
BALLET / TROPENAT
PALAT / BATISTA
FRANCHI / CHAMBAULT
CAVAYE / SMADJA
GIRARD / STURBOIS
BERNASCONI / FEDON-TRESTOURNEL
CAUMONT / PERRAULT
WAKIM / ANDRE
HEURTEUX / LEBRETON

(aucune membre de l'opposition)


Quelle démocratie à Puteaux ? (Nadine Jeanne)

Tribune du Parti socialiste signée par Nadine Jeanne à paraître en janvier 2013 dans le numéro spécial de "Puteaux infos" dans lequel la majorité UMP vantera ses réalisations depuis le début de son mandat :

100_4052Depuis le début du nouveau mandat du maire, nous ne constatons que des reculs en matière de démocratie.

Outre les procès à répétitions qui continuent d'être intentés à des élus d'opposition, nous dénonçons l'abandon de l'enregistrement vidéo des conseils municipaux et de leur diffusion sur le site de la ville ainsi que le contenu des procès-verbaux de conseils qui après avoir donné des comptes-rendus tronqués de l'intervention des élus n'en contient plus du tout.

Comment les Putéoliens pourront-ils désormais juger des idées défendues par leurs élus ?

Nous demandons également à être considérés comme des élus à part entière : outre le fait que nous ne soyons jamais invités aux évènements organisés par la ville, nous avons constaté que la municipalité avait eu l'audace de lancer une opération "Les élus à votre écoute" réservée aux seuls élus de la Majorité !

Nous faire respecter, c'est vous faire respecter.

Nous continuerons d'agir en ce sens et nous vous souhaitons à tous et à toutes une très bonne année 2013.

Nadine JEANNE pour le Groupe Vivre ensemble à Puteaux


Joyeux Noël avec les commerçants de Puteaux

LegrandmagasinComme chaque fin d'année, les commerçants de Puteaux sont en fête : leur association, l’APAC, lance son Grand jeu de Noël. Jusqu'au 31 décembre, 20.000 tickets sont distribués à déposer dans l’une des 9 urnes de la ville. A gagner par tirage au sort : un séjour de 8 jours à La Clusaz pour 2 personnes, téléviseurs, petit électro-ménager, des bons d'achat de 30 euros et de 50 euros.

Déposer les tickets dans les urnes :

Nathalie Coiffure : 46 rue Saulnier
Aphrodite Beauty : 1 rue Nelaton
Capelli Studio : 16 rue Marcelin Berthelot
Gitem : boulevard Richard Wallace
Sirop Grenadine : 4 rue de l’Oasis
Attache Coeur : 150 rue Jean Jaurès
De Gaulle Pressing : 75 avenue du Général de Gaulle
Retoucherie : square Léon Blum galerie du France
Bib O' Bain by Olsy: 87 rue Jean Jaurès

Retrouvez la liste des commerçants participants sur www.legrandmagasindeputeaux.com


Un nouveau DGS à la mairie de Puteaux : Didier Cressot, un ancien collaborateur de Manuel Aeschlimann

0000116248-0La maire UMP de Puteaux, Joëlle Ceccaldi-Raynaud, a de plus en plus de mal à recruter et à conserver des directeurs pour gérer la ville. Le turn-over est ici important. Le dernier Directeur général des services a remis sa démission cet été... Depuis, il n'avait pas été remplacé.
Un nouveau DGS a enfin été trouvé : Didier Cressot occupait les mêmes fonctions à Pornichet, une commune bretonne de 10.500 habitants dirigée par un maire UMP.

Didier Cressot connait déjà les Hauts-de-Seine : il a autrefois travaillé à Asnières, pour l'ancien maire UMP Manuel Aeschlimann, en tant que directeur du "service de la culture et du service des manifestations et des relations publiques".

Ce fonctionnaire semble avoir une très grande préférence pour les communes UMP.

Il rejoindra Puteaux le 4 février. Son principal rôle sera de mettre la mairie en ordre de marche pour l'élection municipale de mars 2014.

Dans un mail adressé à l'ensemble des agents de la ville de Pornichet, Didier Cressot annonce son départ et son arrivée prochaine à Puteaux :

"Chers collaborateurs, chères collaboratrices,
En accord avec Monsieur le Maire avec qui je me suis entretenu ce matin, j'ai l'honneur de vous informer de ma prochaine mutation pour la Région Parisienne.
En effet, l'opportunité d'un nouveau poste avec la mise en oeuvre de responsabilités et de projets importants m'a été proposé par Madame le Maire de Puteaux, Présidente de l'Etablissement Public de la Défense. Je rejoindrai ses équipes autour du 4 février prochain.
L'expérience vécue à Pornichet à vos cotés et les nombreux projets menés, partagés ensemble, ont contribué à la qualité de ma candidature retenue et je vous en remercie tous.
Je tenais à vous remercier toutes et tous pour ces presque quatre années de collaboration effective, dynamique et enrichissante, et pour la qualité de votre professionnalisme et de votre dévouement au service public chaque jour.
Je tenais à saluer particulièrement le travail d'animation des services, et de management de qualité de mes proches collaborateurs, cadres et chefs de services aux compétences avérées.
Et je souhaitais exprimer à Monsieur le Maire et à toute l'équipe municipale, le plaisir qui avait été le miens de partager au quotidien cette vie municipale toujours très active et enrichissante.
Je resterai toujours très attaché à Pornichet où la qualité et le cadre de vie restent incomparables, et conserverai de vous tous un souvenir précieux.
Et j'espère, des relations amicales entretenues.
L'organisation d'un prochain pot de départ en janvier sera pour moi l'occasion de vous le témoigner en direct.
Dans cette attente, et vous remerciant encore pour ces quelques années très enrichissantes à vos cotés.
Bien cordialement à toutes et tous,
Didier CRESSOT
Directeur Général des Services de la Commune de PORNICHET".

Recherchant sur Google quelques éléments biographiques sur Didier Cressot, j'ai trouvé plusieurs articles de presse. Ce fonctionnaire semble s'impliquer politiquement dans ses postes. A Pornichet notamment.

Sur les blogueurs, son opinion est faite :

"Je ne blogue pas sur la sphère chimérique des illusions perdues. Cette planète nébuleuse est peuplée de défaillants narcissiques qui s'épanchent et se répandent sur la toile, dans de grossières banalités et leurs rancœurs dont ils sont les seuls à croire qu'elles sont intelligentes et pleines de sens" (source : L'Union).

Ca promet !

(photo : L'Union)


Aménagement d'un nouveau quartier à la Rose de Cherbourg : attention, danger ! (Sylvie Cancelloni)

Publié sur le site de Sylvie Cancelloni :

Ph60970 Malgré l’impeccable présentation par l’EPADESA de son projet de la Rose de Cherbourg (zone située en bas de l’avenue du Général Leclerc, comprise entre les 4 Temps et les résidences de La Défense, Boieldieu, Eve et Défense 2000), le dysfonctionnement « structurel » du mille-feuille Puteaux /EPADESA/DEFACTO sautait aux yeux lors de la réunion qui s’est tenue lundi 17 décembre 2012 au Palais de la Culture en présence du maire de Puteaux.

Bien qu’à la fois ancienne député (ayant donc eu la capacité d’intervenir pour changer la loi…), présidente de l’EPADESA et vice-présidente DEFACTO, il était clair que la marge de manœuvre de Joëlle Ceccaldi dans ce dispositif est extrêmement (anormalement ?) limité. A la plupart des questions traitant de la vie courante de ce quartier, elle ne pouvait répondre que d’une seule façon : « ce n’est pas de ma compétence ».

Oui, on l’entend bien, mais que faire et qui croire ? La vérité n’était pas dite ! A peine effleurée lorsqu’il a été reconnu que l’ensemble des aménagements du quartier ne pourrait être financé que par la construction de nouvelles tours et de nouveaux immeubles. Ce qui veut dire qu’il faudra donc attendre le chiffrage des aménagements pour connaître la taille et le nombre des nouvelles constructions qui viendront les financer…

Certains ont essayé d’obtenir des réponses : quelle hauteur des immeubles, et combien ? Le maire, qui connaît parfaitement bien la situation financière très incertaine de l’EPADESA, s’est esquivée en parlant de « préconisation » : « je préconise une hauteur de 200 m maximum »… Mais si le coût des aménagements rend nécessaire la construction de tours de 300 mètres, quelle est la valeur de la préconisation ? Le Plan d’Aménagement urbain de Puteaux (PLU) l’autorise ! Le maire ne pourra alors pas s’y opposer, sauf à se mettre « hors-la-loi » ! La solution, et l’unique solution, serait alors d’apporter aux riverains une garantie en changeant le PLU, ce qui est possible, mais l’hypothèse a été aussitôt balayée par le maire…

On voit bien le « piège » dans lequel cette consultation enferme les riverains : une fois l’accord passé sur l’aménagement d’un nouveau quartier, la boîte de Pandore est ouverte : il faudra trouver le financement correspondant à cet investissement dans des constructions nouvelles. Ce qu’on aura « préconisé » au départ risque fort de s’envoler dans la fumée de promesses intenables. Attendre des garanties et des engagements précis en la matière est une chimère.

J’attire d’autant plus l’attention sur ce point qu’il m’a semblé que l’attente des riverains ne portait en réalité pas sur une demande d’aménagement d’un nouveau quartier, mais sur l’entretien de ce qui existe … De façon tout à fait surprenante, l’EPADESA - et DEFACTO par conséquence - ont fait d'ailleurs un inventaire accablant de ce qui avait été laissé par eux à l’abandon : inaccessibilité partielle pour poussettes et handicapés, difficile cohabitation avec les 2 roues, sentiment d’insécurité, panne ou mauvais entretien des éclairages, étanchéités à l’abandon, délabrement des structures commerciales… On leur répond par « nouvelle centralité de proximité, nouvelle urbanité du quartier, future gare (dans 20 à 25 ans) du RER, boulodrome, lieux culturels »… Mais est-ce la demande qui s’est exprimée ? Et si, en période de crise, on commençait par réparer, surveiller et améliorer ? Car l’aménagement d’un nouveau quartier (dont on comprend qu’il peut faire rêver car qui ne rêve pas d’avoir au pied de chez soi un cinéma, des boutiques, un parc paysager et un musée ?) n’est-il pas tout simplement un prétexte commode pour développer des droits à construire dont l’EPADESA a sans cesse besoin pour financer sa « fuite en avant » financière ?

Attention donc de ne pas devenir « otage » d’une ambition qui ne serait pas la nôtre et qui pourrait, à terme, se retourner contre les riverains.

La question du bruit, du parking sauvage, de la sur-utilisation par les voitures des rues adjacentes ne risque-t-il pas d’être plus aigu encore avec ce nouveau projet ?

La Défense et ses développements ont des logiques… que les riverains ne trouveront pas nécessairement à leur goût une fois une fois les accords obtenus ; au fond, pour vivre heureux, vivons cachés ! Le caractère résidentiel des différentes résidences concernées par le projet d’aménagement, son charme, ses jardins, ne gagneraient-ils pas à être protégés longtemps encore du gigantisme des 4 Temps et du futur (et tout aussi géant) aménagement des Bergères ? Qui pourrait croire sérieusement que de mettre l’expansion de La Défense au coeur de Boieldieu et de Défense 2000 améliorerait l’identité et la qualité de vie de ce quartier ?

La crédibilité d’un maire qui porte plusieurs « casquettes » souvent contradictoires doit s’évaluer avant. Après, il est trop tard et de nombreux intérêts sont en jeu dans cette affaire…

J’encouragerais volontiers, pour ma part, chaque riverain à se poser en vérité la question de la sagesse d’un engagement limité à la « préconisation » d’une ville qui, jusqu’à présent, n’a pas démontré qu’elle pouvait imposer à ses partenaires, EPADESA comme DEFACTO, le respect des devoirs minima d’entretien, de réparation et d’amélioration d’un quartier incorporé à La Défense.

L’histoire récente, à travers les expropriations des Damiers à Courbevoie ou de la Tour Majunga aux Platanes (initialement prévue comme une tour végétalisée) ont prouvé, s’il en était besoin, que les promesses n’engagent au fond que ceux qui les croient.

Sylvie Cancelloni

Conseillère municipale de Puteaux,
suppléante du député UDI de Neuilly-Puteaux