Previous month:
février 2012
Next month:
avril 2012

mars 2012

Le champion Alain Bernard samedi à la piscine de Puteaux pour la 5e Nuit de l'eau

Publié sur le site de Nadine Jeanne :

Alain_bernard_198x298La 5e Nuit de l'eau, organisée par la Fédération française de natation et l'UNICEF, se déroule samedi 31 mars dans 227 piscines en France.
Les dons reçus dans le cadre de cette opération caritative permettront à des enfants du Togo d'accéder à l'eau potable.
Alain Bernard, le parrain de l'événement, sera présent à Puteaux, à partir de 20h - Piscine du Palais des sports, 2 allée Georges Hassoux - Ile de Puteaux.

Champion Olympique en titre de la distance reine de la natation, le 100m nage libre, Alain Bernard viendra épauler notre relai afin de nous permettre de dépasser les 100km, objectif que nous nous sommes fixés, précisent les responsables du Club de Natation de Puteaux

Voir le site du CSM Puteaux-Natation


Attribution des logements HLM à Puteaux : l'ancien maire UMP parle dans Le Point

198195339_8c8e8b3399Dans une interview publiée cette semaine dans l'hebdomadaire Le Point ("Dallas dans le 9-2"), Charles Ceccaldi-Raynaud, ancien maire UMP de Puteaux, et père de l'actuel maire Joëlle Ceccaldi-Raynaud, révèle une part du système d'attribution aux "amis" des logements HLM de la commune : 

Suite à la succession au poste de maire entre le père et fille, celle-ci "s'est comportée comme quelqu'un qui aurait eu la mairie par ses propres moyens" explique Charles Ceccaldi-Raynaud. "Je ne comptais plus ! J'étais prié de ne me mêler de rien. Certains de mes amis venaient me demander un logement, je ne pouvais pas leur donner ; il fallait passer par ma fille. Un comble !", déclare l'ancien maire.

En novembre 2011, dans une interview à France 3 Ile-de-France, Charles Ceccaldi-Raynaud avait accusé sa fille d'avoir constitué sa liste municipale en 2008 avec des gens auxquels elle avait promis des logements sociaux.

En octobre 2005, dans une interview à l'Express, Charles Ceccaldi revendiquait sa politique "clientéliste" d'attribution des logements sociaux. Le magazine dévoilant l'intérêt électoraliste d'un tel système toujours en cours :

"(..) avec 5 600 logements sociaux, l'office HLM de la ville est l'une des clefs de voûte du système. Ceccaldi-Raynaud le contrôle depuis quarante-cinq ans! Inutile de préciser que ses employés sont des fidèles et que les familles qui y sont logées votent souvent en faveur de «Monsieur Ceccaldi». L'heureux locataire devient alors, presque mécaniquement, un obligé du maire.
Dans les HLM de la ville sont ainsi logés de très nombreux employés municipaux : c'est l'autre pilier du système. A Puteaux, ville de 41.000 habitants, la mairie emploie, entre l'office HLM et l'hôtel de ville, quelque 2.000 personnes. A Nanterre, ville voisine - et communiste - ils ne sont que 2.800 pour 80.000 habitants (..)".

(photo : Flickr)


"Dallas dans le 9-2" : la guerre des Ceccaldi-Raynaud relancée dans Le Point

ApJokFwCEAADzqtLe magazine Le Point publie cette semaine (n°2063 du jeudi 29 mars 2012) 3 pleines pages sur la guerre entre Charles et Joëlle Ceccaldi-Raynaud. "Dallas dans le 9-2", titre l'hebdomadaire.

La journaliste Emilie Trévert a rencontré l'ancien maire de Puteaux, Charles Ceccaldi-Raynaud, dans sa maison, près de Toulouse. Celui-ci, âgé de 86 ans, continue de jurer la perte de sa fille : "je suis là pour faire barrage", affirme-t-il. CCR ne trouve désormais que des défauts à sa fille : "(Tout) ce qu'elle sait faire, c'est inviter à boire et à manger", résume celui qui a cédé sa place à Joëlle Ceccaldi en 2004, les médecins lui ayant annoncé sa fin proche.

Mis en examen en 2007 pour trafic d'influence, abus de biens sociaux et corruption passive dans l'affaire de l'attribution du marché du chauffage de La Défense, Charles Ceccaldi-Raynaud met tout à la charge de sa fille : selon lui, c'est elle qui a touché les pots-de-vin. "Il veut m'exterminer", aurait répondu au juge Joëlle Ceccaldi-Raynaud. Cette dernière a refusé d'accorder une interview au Point.

Le magazine raconte enfin mon expulsion manu militari du conseil municipal le 16 février dernier.

Conclusion du journaliste : Joëlle Ceccaldi-Raynaud, qui a renoncé à se présenter à l'élection législative en juin, "n'a plus vraiment d'avenir politique en dehors de sa forteresse municipale" (commentaire perso : même plus !)

TÉLÉCHARGEZ L'ARTICLE : Téléchargement Lepoint-mars2012 (PDF)

TOUT SUR LA GUERRE DES CECCALDI


L'association "Reporters sans frontières" apporte son soutien à MonPuteaux

Logo-frL'association Reporters sans frontières, qui lutte dans le monde pour la défense de la liberté de l'information, a décidé d'apporter son soutien à MonPuteaux.com. Pour une fois, RSF ne s'inquiète pas du sort d'un internaute d'Asie ou du Moyen-orient, mais d'un blogueur français. Comme quoi notre pays n'est pas épargné par les tentatives de censure sur Internet.

Extrait du communiqué de RSF :

Reporters sans frontières apporte son soutien au blogueur Christophe Grébert, victime d’un véritable harcèlement judiciaire. L’auteur du blog monputeaux.com, également conseiller municipal d’opposition de la ville de Puteaux (Hauts-de-Seine), a reçu, le 16 mars 2012, une assignation en justice, qui s’ajoute aux quatre procès en cours et aux deux plaintes déjà déposées contre lui. Cette énième procédure judiciaire pourrait, selon Christophe Grébert, sonner le glas du blog monputeaux.com pour cause d’asphyxie financière.

“L’acharnement judiciaire dont Christophe Grébert fait l’objet est très inquiétant, et symptomatique d’une forme de censure pernicieuse. Il est facile de faire taire un blogueur citoyen à coups d’intimidations, de pressions et de procès. Face à des adversaires plus puissants et mieux armés, les blogueurs n’ont plus d’autre choix que l’autocensure”, s’est inquiétée l’organisation.

Cette dernière assignation fait suite à la plainte de dix-neuf élus UMP, qui réclament au blogueur un total de 76 000 euros de dommages et intérêts. Ils invoquent l’article 9 du code civil, arguant que le blogueur a violé leur vie privée en révélant qu’ils profitaient ou avaient profité de logements sociaux dans un article publié le 10 novembre 2011. L’assignation en justice réclame également le retrait de l’article en question, intitulé “48,6% des élus UMP de Puteaux habitent des logements sociaux : la liste, résidence par résidence”.

Blogueur citoyen de la première heure (il a créé monputeaux.com en 2002), Christophe Grébert fait l’objet de poursuites judiciaires récurrentes depuis des années. S’il a été relaxé par le passé, reste que l’accumulation des frais de justice le conduit aujourd’hui à ce qu’il désigne comme une “autocensure imposée”, et à envisager de fermer son blog.

Contacté par Reporters sans frontières, Christophe Grébert a fait part de son découragement face à ce harcèlement judiciaire et aux charges financières qui lui sont imposées. “Je n’ai plus les moyens de m’exprimer librement. Je dois actuellement 20 000 euros de frais d’avocats et de dommages et intérêts”, a-t-il témoigné.

En plus des frais de justice, le montant des dommages et intérêts réclamés par les plaignants est extrêmement élevé pour un particulier. Les blogs étant soumis à la loi sur la presse, ils tombent sous les mêmes sanctions que les grands groupes de médias. Or, ces derniers peuvent assumer des dommages et intérêts qui conduiraient en revanche un blogueur à la ruine. “La loi sur la presse n’est plus adaptée à la réalité numérique. Il faut la réformer pour respecter la liberté d’expression du citoyen”, a déclaré Christophe Grébert.

LA SUITE SUR LE SITE DE RSF


Vente caritative de l'association Le Navire ce week-end : achetez le lapin Lalique

6559727897_4c9ea2696c

Ce petit lapin en cristal de la marque Lalique est le principal cadeau offert à Noël dernier par le maire de Puteaux, Joëlle Ceccaldi, à tous les membres du conseil municipal. Sylvie Cancelloni, membre de l'opposition, a décidé de faire don de son exemplaire à l'association putéolienne Le Navire. Cette association d'accueil social, animée par une communauté catholique, organise ce week-end sa vente caritative annuelle. Vous pourrez y trouver le lapin sur le stand des bijoux.
Rendez-vous aujourd'hui et demain au 18 rue des Pavillons.

(j'ai aussi un exemplaire de ce lapin. je le mettrai en vente prochainement pour financer mes procès contre le maire de Puteaux. Christophe)

Photo : Flickr