Previous month:
février 2012
Next month:
avril 2012

mars 2012

Le champion Alain Bernard samedi à la piscine de Puteaux pour la 5e Nuit de l'eau

Publié sur le site de Nadine Jeanne :

Alain_bernard_198x298La 5e Nuit de l'eau, organisée par la Fédération française de natation et l'UNICEF, se déroule samedi 31 mars dans 227 piscines en France.
Les dons reçus dans le cadre de cette opération caritative permettront à des enfants du Togo d'accéder à l'eau potable.
Alain Bernard, le parrain de l'événement, sera présent à Puteaux, à partir de 20h - Piscine du Palais des sports, 2 allée Georges Hassoux - Ile de Puteaux.

Champion Olympique en titre de la distance reine de la natation, le 100m nage libre, Alain Bernard viendra épauler notre relai afin de nous permettre de dépasser les 100km, objectif que nous nous sommes fixés, précisent les responsables du Club de Natation de Puteaux

Voir le site du CSM Puteaux-Natation


Attribution des logements HLM à Puteaux : l'ancien maire UMP parle dans Le Point

198195339_8c8e8b3399Dans une interview publiée cette semaine dans l'hebdomadaire Le Point ("Dallas dans le 9-2"), Charles Ceccaldi-Raynaud, ancien maire UMP de Puteaux, et père de l'actuel maire Joëlle Ceccaldi-Raynaud, révèle une part du système d'attribution aux "amis" des logements HLM de la commune : 

Suite à la succession au poste de maire entre le père et fille, celle-ci "s'est comportée comme quelqu'un qui aurait eu la mairie par ses propres moyens" explique Charles Ceccaldi-Raynaud. "Je ne comptais plus ! J'étais prié de ne me mêler de rien. Certains de mes amis venaient me demander un logement, je ne pouvais pas leur donner ; il fallait passer par ma fille. Un comble !", déclare l'ancien maire.

En novembre 2011, dans une interview à France 3 Ile-de-France, Charles Ceccaldi-Raynaud avait accusé sa fille d'avoir constitué sa liste municipale en 2008 avec des gens auxquels elle avait promis des logements sociaux.

En octobre 2005, dans une interview à l'Express, Charles Ceccaldi revendiquait sa politique "clientéliste" d'attribution des logements sociaux. Le magazine dévoilant l'intérêt électoraliste d'un tel système toujours en cours :

"(..) avec 5 600 logements sociaux, l'office HLM de la ville est l'une des clefs de voûte du système. Ceccaldi-Raynaud le contrôle depuis quarante-cinq ans! Inutile de préciser que ses employés sont des fidèles et que les familles qui y sont logées votent souvent en faveur de «Monsieur Ceccaldi». L'heureux locataire devient alors, presque mécaniquement, un obligé du maire.
Dans les HLM de la ville sont ainsi logés de très nombreux employés municipaux : c'est l'autre pilier du système. A Puteaux, ville de 41.000 habitants, la mairie emploie, entre l'office HLM et l'hôtel de ville, quelque 2.000 personnes. A Nanterre, ville voisine - et communiste - ils ne sont que 2.800 pour 80.000 habitants (..)".

(photo : Flickr)


"Dallas dans le 9-2" : la guerre des Ceccaldi-Raynaud relancée dans Le Point

ApJokFwCEAADzqtLe magazine Le Point publie cette semaine (n°2063 du jeudi 29 mars 2012) 3 pleines pages sur la guerre entre Charles et Joëlle Ceccaldi-Raynaud. "Dallas dans le 9-2", titre l'hebdomadaire.

La journaliste Emilie Trévert a rencontré l'ancien maire de Puteaux, Charles Ceccaldi-Raynaud, dans sa maison, près de Toulouse. Celui-ci, âgé de 86 ans, continue de jurer la perte de sa fille : "je suis là pour faire barrage", affirme-t-il. CCR ne trouve désormais que des défauts à sa fille : "(Tout) ce qu'elle sait faire, c'est inviter à boire et à manger", résume celui qui a cédé sa place à Joëlle Ceccaldi en 2004, les médecins lui ayant annoncé sa fin proche.

Mis en examen en 2007 pour trafic d'influence, abus de biens sociaux et corruption passive dans l'affaire de l'attribution du marché du chauffage de La Défense, Charles Ceccaldi-Raynaud met tout à la charge de sa fille : selon lui, c'est elle qui a touché les pots-de-vin. "Il veut m'exterminer", aurait répondu au juge Joëlle Ceccaldi-Raynaud. Cette dernière a refusé d'accorder une interview au Point.

Le magazine raconte enfin mon expulsion manu militari du conseil municipal le 16 février dernier.

Conclusion du journaliste : Joëlle Ceccaldi-Raynaud, qui a renoncé à se présenter à l'élection législative en juin, "n'a plus vraiment d'avenir politique en dehors de sa forteresse municipale" (commentaire perso : même plus !)

TÉLÉCHARGEZ L'ARTICLE : Téléchargement Lepoint-mars2012 (PDF)

TOUT SUR LA GUERRE DES CECCALDI