Les voeux du Modem de Puteaux, mardi 10 janvier 2012
Festival Chorus des Hauts-de-Seine : Grand Corps Malade à l'affiche à Puteaux

Améliorer le commerce de centre-ville à Puteaux : nos questions restées sans réponse

Publié sur le blog de Sylvie Cancelloni, conseillère municipale d'opposition de Puteaux :

5086253952_0585f5426fUn grand nombre de points de l’ordre du jour du Conseil municipal de Puteaux du 16 décembre 2011 ont porté sur l’amélioration du commerce en centre-ville. Sur cette question, chacun est conscient qu’il faut agir… Mais comme d’habitude, ce sont les méthodes qui vont nous séparer de l'actuelle majorité municipale.

Toute action raisonnée commence par l’énoncé d’une stratégie : « je veux faire cela pour cette raison ». A Puteaux, on se contente de l’hyper-désir du Maire, dont la réflexion oscille entre le chemin des vanités et les rêves de maisons de poupées… Il y a quelques années pourtant, la ville a fait faire une étude par un cabinet conseil, Albert Consultants : une étude décevante, truffée de généralités qui pourraient s’appliquer à une multitude de villes… Une étude et une dépense de plus, me direz-vous… Qui n’a donné lieu à aucun débat, - il n’y avait pas matière - et s’est perdue depuis dans les limbes…

La machine municipale s’est donc mise en route au gré des intuitions du Maire, autour d’un objectif exprimé non sans cynisme durant le dernier Conseil : que toute la mise en scène du commerce soit prête avant les municipales de 2014, comme le Conservatoire ! C’est de bonne guerre. Sauf qu’on ne sait pas vers quoi on court…

Quand on demande au Maire : « Madame, vous préemptez des locaux commerciaux à tour de bras, vous construisez plus de 2.000 m2 de commerces à la ZAC du Théâtre, vous avancez sans qu’une logique d’ensemble apparaisse : avez-vous idée au moins du potentiel marchand de la ville ? », le sens même de la question n’est pas compris ! Elle ne ne sait quoi nous répondre…

Les nouvelles formes de préemption commerciales ouvertes par la loi sont un outil intelligent pour remodeler le paysage du commerce en centre-ville. C’est en même temps aussi un dispositif qui coûte de l’argent et génère toute une série de frais de fonctionnement (notaires, charges, travaux divers…) ; Il faut donc l’utiliser dans un cadre précis et rigoureux…

On en est loin : le responsable du commerce de centre-ville a démissionné du jour au lendemain. Ce jeune professionnel aurait été écœuré des pressions et volte-face de la municipalité et aurait mesuré que, rester à la ville de Puteaux après l’affaire du Canard Enchainé, nuirait à son crédit professionnel. Il n’est d’ailleurs pas le seul à passer à l’acte, puisque la ville est minée par toute une série de départs !

LA SUITE SUR LE BLOG DE SYLVIE CANCELLONI

Commentaires