Les tours de La Défense ébranlées par l'Inspection des finances (Canard Enchaîné)
Joelle Ceccaldi-Raynaud et Didier Barbelivien illuminent Puteaux

Journée mondiale contre le sida à Puteaux : le maire homophobe tente de se racheter

Ae2aij8CQAAM-QCDepuis sa condamnation pour homophobie en 2006, le maire UMP de Puteaux Joëlle Ceccaldi-Raynaud multiplie les actes de contrition : la ville de Puteaux participe donc depuis 6 ans à la journée mondiale de lutte contre le sida, en collaboration avec l’association des "Elus Locaux Contre le SIDA" présidée par Jean-Luc Romero et le Banana Café, à travers l’opération «Histoire de...».

Des peintures de Serge Tamagnot seront exposées du 1er au 4 décembre dans le hall de l'Hôtel de Ville. Les toiles représentant des personnalités seront vendues aux enchères. Le profit de la vente sera reversé à l’Institut Fournier.

Par ailleurs, jeudi 1er décembre, Hélène Ségara sera au Théâtre des Hauts-de-Seine pour un "concert contre le sida". Il reste des places à vendre.

Ce n'est pas en subventionnant (avec de l'argent public) quelques associations et en payant (avec ce même argent public) des banquets à des personnalités invitées par ELCS que Joëlle Ceccaldi-Raynaud fera oublier sa condamnation en s'achetant une bonne conscience.
Je tiens à souligner que la maire de Puteaux n'a jamais exprimé d'excuses publiques suite à sa double condamnation judiciaire. Au contraire, en conseil municipal, elle a affirmé qu'elle recommencerait au nom de la  "défense des enfants" (sic). Car en effet pour un homophobe, un homosexuel est dangereux pour les enfants ! Honteux.

Christophe Grébert

SUITE A SA CONDAMNATION POUR HOMOPHOBIE, JOELLE CECCALDI EN CONSEIL MUNICIPAL EXPLIQUE QUE SI C'ÉTAIT A REFAIRE ELLE LE REFERAIT AU NOM DE LA DÉFENSE DES ENFANTS (honte à elle !) :  Téléchargement Ceccaldihomophobie (mp3)

A lire sur le même sujet :

- En 2007, lors des élections législatives, l'Interassociative lesbienne, gaie, bi et trans (Inter-LGBT), qui rassemble une cinquantaine d'associations, avait appelé à faire battre Joëlle Ceccaldi-Raynaud en raison de ses positions homophobes.

- En 2005, en plein procès pour diffamaton homophobe, Joëlle Ceccaldi avait détourné une campagne de l'association AIDES pour se faire mousser dans le journal municipal. L'artiste piraté a porté plainte et réclamé 200.000 euros de dommages et intérêts contre le maire de Puteaux.

- Sur les attaques homophobes répétées à Puteaux

Commentaires