Il y a 50 ans à Puteaux : la répression policière contre les algériens
Paradis fiscaux : la députée-maire de Puteaux a fait acheter tous les exemplaires du Canard Enchaîné

Le député-maire UMP de Puteaux, Joëlle Ceccaldi-Raynaud, a déposé des millions d'euros dans des paradis fiscaux

IMG_1014

Dans son édition de mercredi 19 octobre 2011, le Canard Enchaîné consacre un long article à Joëlle Ceccaldi-Raynaud. Selon l'hebdomadaire, la député-maire UMP de Puteaux, présidente de l'EPADESA (l'établissement public qui gère le quartier d'affaires de La Défense) a possédé jusqu'en avril 2009 des comptes au Luxembourg et dans des paradis fiscaux sur lesquels ont été déposés au moins 4 millions d'euros. En 2009, ces comptes ont été brusquement fermés et l'argent a disparu.

En août dernier, révèle le Canard, Joëlle Ceccaldi-Raynaud a été entendue comme témoin assisté par Richard Pallain, juge d'instruction de Nanterre chargé de l'enquête sur les malversations financières liées à l'attribution du marché du chauffage de La Défense.
Charles Ceccaldi-Raynayd, lui même mis en examen dans ce dossier, accuse sa fille d'avoir touché des commissions occultes lors de l'attribution de ce marché. En septembre 2010, le juge a lancé une commission rogatoire au Grand Duché. Il en ressort que Joëlle Ceccaldi-Raynaud a effectivement ouvert un compte au Luxembourg en 1996 sur lequel ont transité d'importantes sommes via des paradis fiscaux. En 2005, le compte contenait plus de 4 millions d'euros. Ces comptes portaient également les noms de ses enfants, Emilie et Vincent Franchi.
Mais en avril 2009, les comptes sont brusquement fermés et l'argent est "transféré vers une destination inconnue", écrit le Canard.
Devant le juge, Joëlle Ceccaldi-Raynaud a nié que cet argent provenait de commissions occultes. Selon elle, il s'agit de "fonds qui se trouvaient en Suisse et qui appartenaient à sa grand-mère". Ce que Charles Ceccaldi-Raynaud, bien décidé à torpiller la défense de sa fille, a démenti au juge, déclaration de succession à l'appui. Selon Charles Ceccaldi, sa fille n'a pas touché un tel héritage. L'origine de cet argent resterait donc mystérieuse.
L'enquête judiciaire en reste là pour l'instant... car le juge Pallain a été muté le mois dernier du tribunal de Nanterre à... Tahiti !
Contacté par un journaliste du Canard, la député-maire UMP de Puteaux a refusé de répondre à ses questions.

A suivre...

Lire mon dossier sur cette Affaire du chauffage urbain de La Défense.

La dépêche AFP sur les révélations du canard.
L'article du Parisien des Hauts-de-Seine.
Un article sur Mediapart.

Ces accusations sont gravissimes. En tant que citoyen et conseiller municipal de Puteaux, je suis particulièrement choqué par ces révélations. Surtout que celles-ci ne sont peut-être qu'une petite partie de la réalité.
La justice doit aller au bout de son enquête. Toute la lumière doit être faite. Et si des élus ont commis des malversations, ils doivent en répondre. Je suis pour ma part favorable à l'inéligibilité définitive des élus condamnés pour ce type de faits.

"Il faut nettoyer les écuries d'Augias" du 92, avait dit Patrick Devedjian lors de sa 1ère élection à la présidence du conseil général des Hauts-de-Seine. Ce travail reste visiblement à faire. A Puteaux nous sommes malheureusement bien placés pour le savoir.
Christophe Grébert

Commentaires