Previous month:
novembre 2010
Next month:
janvier 2011

décembre 2010

La ville de Puteaux achète 64 revolvers "38 special" et 4 flash-balls pour sa police municipale

82s_pol_2a Mardi 28 décembre, la ville de Puteaux a publié un appel d'offres afin d'équiper ses policiers municipaux en armes diverses. Elle compte acheter notamment 64 revolvers 38 special, 4 flash-balls et 16 bâtons "tonfa".

Voici les intitulés des lots de l'appel d'offres :

"Lot 1 : Acquisition de revolvers 38 spécial 4ème catégorie
Lot 2 : Acquisition de cartouches pour 38 spécial
Lot 3 : Acquisition de bâtons de défense à poignée latérale « tonfa » (6ème catégorie)
Lot 4 : Acquisition d’une armoire forte
Lot 5 : Acquisition d’armes à feu d’épaule « flash-ball super-pro » et d’accessoires
Lot 6 : Acquisition de petits équipements pour les policiers municipaux
Lot 7 : Acquisition de chasubles d’intervention
Lot 8 : Acquisition de bombes de défense aérosol poivre de 500 ml (6ème catégorie)
Lot 9 : Acquisition de munitions pour armes à feu d’épaules « flash-ball super-pro »".

Rappelons que le maire est chargé, sous le contrôle administratif du représentant de l'Etat dans le département, de la police municipale. Il est responsable du bon ordre, de la sécurité, de la tranquillité et salubrité publique (article L 2212-2 CGCT). On peut toutefois s'étonner que cet appel d'offres pour armer la police municipale soit lancé en pleine vacances et sans aucune discussion préalable en conseil municipal. Comme à Puteaux l'opposition est exclue du Conseil local de sécurité, les citoyens n'ont aucune chance d'être informés objectivement de la politique de sécurité menée par la majorité UMP. En tant que conseiller municipal d'opposition de Puteaux, je ne sais pas pourquoi le maire a décidé d'armer de revolvers et de flash-balls la police municipale. Le maire n'a fait aucune intervention sur le sujet en séance publique. Aucune discussion publique n'a été organisée. C'est évidement une situation que je regrette. Un maire, s'il a la responsabilité de la sécurité, a aussi un devoir d'information des citoyens et d'explication de ses décisions. N'est-ce pas ainsi que les choses devraient fonctionner dans une démocratie évoluée ?


L'année 2010 au conseil municipal de Puteaux

3105559668_88cbd4456eEn 2008, j'ai été élu dans l'opposition à Puteaux. C'est mon tout premier mandat. La tâche n'est pas simple, mais je le savais. Depuis 3 ans, je maintiens le cap.

Pendant la campagne municipale, avec mes colistiers, je m'étais notamment engagé, par la signature d'une charte éthique, à rendre compte de mon travail de conseiller.
C'est ce que je fais à travers mon blog d'élu. Vous y trouverez l'ensemble des dossiers des conseils municipaux de cette année 2010, avec toutes mes interventions faites en séance.

LA SUITE SUR GREBERT.NET


Conseil municipal de Puteaux : les dossiers de la séance du mardi 14 décembre 2010

Parisien141210

Comme chaque mois, je mets à votre disposition les dossiers que la mairie de Puteaux m'envoie avant chaque séance du conseil municipal. Je fais ce que la municipalité ne fait pas, puisque vous ne trouverez pas ces éléments sur le site officiel de la ville.

Voici les dossiers de la séance du mardi 14 décembre 2010.

via www.grebert.net


Le reportage de France 2 sur le clan Ceccaldi-Raynaud de Puteaux

Le magazine d'investigation de France 2 "Complément d'enquête" a diffusé le mois dernier un reportage sur les "fils de...". L'un des sujets était consacré à Charles et Joëlle Ceccaldi-Raynaud, l'ancien et l'actuel maire de Puteaux, ainsi qu'au fils de cette dernière, Vincent Franchi, qui a été choisi par l'UMP pour se présenter à l'élection cantonale de mars 2011.

A voir ou revoir :


Le Noël de Joëlle ! Le coût des fêtes de fin d'année à Puteaux

5249641272_42aef79427

Comme l'explique souvent Laurent Méliz sur son blog : Jowëlle nous aime et nous, grands ingrats, n'en sommes pas simplement reconnaissants. Il faut qu'on conteste. Pour preuve, cette nouvelle note listant quelques dépenses effectuées par le député-maire UMP pour les fêtes de fin d'année. Mais il faut rappeler que si c'est Joëlle Ceccaldi-Raynaud qui remplit les chèques, c'est bien avec notre argent (nos impôts) que les factures sont au final honorées.

Puteaux dépensera cette année 785.000 euros pour ses illuminations de Noël, a annoncé le maire lors du dernier conseil municipal, sans préciser s'il s'agit du coût TTC ou Hors taxes. C'est un peu moins que voté par la majorité UMP en septembre. Et Joëlle Ceccaldi de se féliciter de faire des économies, en oubliant que le montant final est largement supérieur à tout ce qui se fait ailleurs. Ainsi 785.000 euros, c'est en gros ce que coûte à la municipalité de Lyon la célèbre fête des lumières connue internationalement (le reste étant pris en charge par des sponsors) !

Pour l'opération "Puteaux en neige", jusqu'au 2 janvier sur l'île de Puteaux, ajoutez 350.000 euros rien que pour le prestataire extérieur. Si vous invitez des amis non putéoliens, ajoutez pour eux 3 euros d'entrée.

Pour les petits cadeaux (chocolats, agendas, bibelots...) que Joëlle Ceccaldi-Raynaud distribuera à discrétion durant ces fêtes, comptez 140.170 euros. Pour la première fois, une partie de ces dépenses sera prélevée sur le budget du CCAS et sur la caisse des écoles, à hauteur de 46.440 euros pour le premier et de 29.898 euros pour le second. Ainsi les parents sauront pourquoi les profs leur demanderont 10 euros en cours d'année pour faires des photocopies : il a fallu financer les chocolats de Noël offerts par madame le maire. A Puteaux, les cadeaux se payent doublement.

Pour la fameuse carte de Noël distribuée chaque année dans nos boites aux lettres, comptez 63.555 euros. Cette année, elle est sur le thème de la Russie, comme les illuminations.

La fête ne serait pas la fête sans Champagne. La ville de Puteaux, qui ne connait pas la crise, en a commandé pour 100.000 euros cette année.

A ces sommes, il faudrait ajouter les innombrables banquets, goûters, cocktails et dîners offerts par madame le maire tout le long de ce mois de décembre. Vous n'avez pas été invité ? Attendez ! Vous le serez peut-être lors des innombrables banquets, goûters, cocktails et dîners offerts par madame le maire tout le long du mois de janvier. Même si souvent, ce sont les mêmes qui y retournent. Comptez quelques centaines de milliers d'euros de plus...

Au total, la ville de Puteaux dépensera aux alentours 2 millions d'euros pour ce Noël 2010. Soit la somme de 90 euros par famille putéolienne. Une incroyable gabegie expliquée très simplement par le maire : J'ai été élue par une majorité de Putéoliens. Je fais ce que je veux.

Joyeuses fêtes !

(photo : Flickr)


Puteaux et Courbevoie s'engagent dans une intercommunalité : qui est au courant ?

6a00d8341c339153ef013484b85b95970c-800wi Lors du conseil municipal de Puteaux du mardi 14 décembre 2010, 3 questions portaient sur la  communauté d’agglomération de Puteaux-Courbevoie qui se crée le 1er janvier 2011. Le député-maire UMP, Joëlle Ceccaldi-Raynaud, l’a présentée de façon expéditive, répétant à plusieurs reprises qu’elle n’y "connaissait rien". Bel aveu !
Vous n’étiez pas au courant de la création de cette intercommunalité entre Puteaux et Courbevoie  ? C'est normal : les 2 villes n'ont organisé ni débat, ni réunion, ni concertation. Pourtant, ce vote engage l’avenir de notre commune... Et financièrement la note risque d'être très salée.

Voici un extrait de l'intervention de Sylvie Cancelloni, élue Modem de Puteaux, devant le conseil :

"Le projet d’intercommunalité que (Joëlle Ceccaldi-Raynaud) nous présente vérifie ce que nous dénonçons au MoDem de La Défense depuis un certain temps : le projet "Seine-La Défense" est une intercommunalité imposée par les circonstances et traitée par nos 2 villes sur le mode « a minima ».

Vous dites d’abord qu’elle est « voulue » par le Préfet des Hauts-de-Seine. Ce n’est pas exact : si le mouvement de l’intercommunalité est bien « voulu » par le Préfet, vous l’avez réduit avec Courbevoie à son expression la plus insignifiante tant en terme de territoire  qu’en terme de mise en commun de compétences. Résultat : nous avons à la fois un projet inconsistant, sans envergure, qui expose nos villes à une redoutable péréquation, et qui crée une situation sans précédent dans le département 92 puisque nous voyons naître la 1ère intercommunalité sans aucun représentant de l’opposition. 47% des votants aux dernières élections municipales ne seront pas représentés dans le futur Conseil intercommunal.

Vous ne serez donc pas étonnée que nous considérions votre proposition comme un véritable "hold up de la démocratie" ! Faisant cela, vous vous mettez en contradiction avec la réforme territoriale du gouvernement qui, consciente des lacunes du dispositif électoral actuel, a choisi d’introduire une dose de proportionnelle aux élections de 2014. Pourquoi attendre 2014 ? Qu’y a-t-il donc à cacher dans cette intercommunalité pour la faire à huis-clos ? Nous ne félicitons donc pas les Députés que vous êtes qui ne respectez pas l’esprit de la loi…"

La suite sur le site de Sylvie Cancelloni