Previous month:
août 2010
Next month:
octobre 2010

septembre 2010

A Puteaux, l'élection des locataires HLM 2006 avait tourné au western

IMG_0166 En novembre 2010, comme tous les 4 ans, se déroulent dans toute la France les élections des représentants des locataires au sein des conseils d'administration des offices HLM. Le rôle de ces représentants est de défendre les intérêts des locataires, notamment en s'opposant aux hausses de loyers et de charges.

A Puteaux, les 5.200 familles des HLM de la ville vont donc aussi être appelées aux urnes. Et pour la première fois, la CNL, principale association nationale du logement, a décidé de présenter une liste de locataires à Puteaux. Une petite révolution, alors que jusqu'ici, seule une liste locale, composée de militants ou de sympathisants UMP, se présentait sous l'étiquette UNLI (Union nationale des locataires indépendants), avec d'étranges méthodes constatées dans le procès-verbal de la dernière élection en 2006.

Dans ce document, contre-signé par Charles Ceccaldi-Raynaud, alors président de l'Office, depuis remplacé à ce poste par sa fille Joëlle Ceccaldi-Raynaud, il est indiqué que les "locataires, employés par la mairie, ont été convoqués par leurs chefs de services respectifs". Ils auraient alors été avertis "qu'ils devaient voter pour la liste des candidats soutenus par Madame le maire de Puteaux (Joëlle Ceccaldi)".
Prévenu que les femmes de ménage de la ville étaient réunies dans le bureau de leur chef de service, Charles Ceccaldi s'y est rendu : "le bureau était rempli de femmes de ménage qui écoutaient le discours de leur chef. Certaines avaient dans les mains du matériel de vote".
Sur le procès-verbal, un autre fait est rapporté : Une employée du service de l'urbanisme de la ville a perdu son matériel de vote. Elle est venue à l'Office en réclamer un autre. Elle aurait déclaré : "si je ne vote pas conformément à la volonté de la mairie, je vais être renvoyée".
Le PV rend compte de plusieurs autres faits troublants, comme la venue de Joëlle Ceccalci-Raynaud dans la loge de la résidence Berthelot. Le maire était "accompagnée d'un cotège de partisans qui ont fait pression sur le gardien", est-il écrit.
Au final, la liste soutenue par le député-maire UMP a obtenu 1.518 voix sur 2.326 suffrages exprimés, soit un score de 65%, et 3 des 4 sièges de représentants (Luc Aït Aïssa, Brigitte Gavalda et Marie-Claire Lollierou). L'autre liste indépendante obtenant le reste, soit 808 voix et 35%, et 1 siège (Nicole Berlemont).
Il faut dire qu'à cette période, la Guerre des Ceccaldi battait son plein : Charles Ceccaldi, le père, menait la guerre à sa fille, Joëlle, depuis son bureau de l'Office HLM. Employés de mairie et locataires HLM étaient pris sous un double feu.

Espérons que l'élection 2010 se déroulera dans des conditions plus normales... Même si à Puteaux tout est toujours possible, souvent maleureusement en pire. Mais cette fois, la CNL veillera à ce que tout se déroule dans les règles.


Le débat public sur les projets de métro du Grand Paris passe par Puteaux

Metrograndparis Jusqu’au 31 janvier 2011, les franciliens sont invités à débattre sur le futur réseau de transport qui équipera notre région d'ici 10/15 ans. 2 projets sont en concurrence : Arc Express et le métro du Grand Paris.

- Arc Express est un métro automatique en rocade de 60 km reliant les terminus des lignes de métro en proche couronne. Ce projet est porté par la Région de gauche et le STIF (Syndicat des transports d’Île-de-France). Son coût serait d'environ 5 milliards d'euros. Mise en service envisagée en 2017.

- Le Réseau de Transport Public du Grand Paris est une double boucle automatique de 155 km reliant les pôles économiques existants ou futurs. Ce second projet est proposé par le gouvernement et la Société du Grand Paris. Coût estimé : 22,7 milliards. Mise en service : vers 2023.

Les différents tracés passent par La Défense, soit sur Puteaux, soit par Nanterre.

Plus de 70 réunions sont organisées dans toute la région. 2 d'entre elles vont se dérouler à Puteaux (La Défense) :

- Le jeudi 18 novembre, à la Grande Arche de La Défense : Réunion commune aux 2 projets + le prolognement du RER E à l'Ouest.

- Le lundi 13 décembre, au cinéma UGC des Quatre Temps : Réunion sur le projet Arc Express.

Et vous que pensez-vous de ces projets ?

(photo : projet du métro du grand paris)


La ville de Puteaux recrute un webmaster (sept. 2010)

6a00d8341c339153ef01156e8d4efe970c-500wi La ville de Puteaux, qui n'est pas vraiment en pointe sur le web, vient de diffuser une annonce pour se trouver un "Webmaster éditorial - Chef de projet". J'encourage tous les jeunes talents à postuler : tout est en effet à faire ! Sachez simplement que Madame le député-maire, Joëlle Ceccaldi-Raynaud, voudra tout contrôler. La carte de l'UMP n'est à priori pas obligatoire, mais c'est un plus.

"Rattaché(e) au Responsable du service Communication et manager d’un webmaster technique, vous aurez en charge la mise à jour éditoriale et la gestion des nouveaux projets du Pôle Internet".

Vos missions : "gérer et faire évoluer le site internet de la Ville", "rédiger les contenus au quotidien (news, actualisation des rubriques, recherche d’informations)". Vous serez "l’interlocuteur privilégié des prestataires extérieurs liés aux projets web, notamment dans le cadre des marchés publics".

Profil souhaité : "Diplômé(e) d’une formation supérieure en communication appliquée au web et aux nouveaux médias, vous avez une expérience significative sur un poste similaire au sein d’une collectivité territoriale ainsi qu’une expérience du management et des marchés publics".

Une expérience de 3 à 5 ans dans la gestion de projets est demandée, ainsi qu''"un très bon sens de l’organisation, des qualités relationnelles et pédagogiques".

"Passionné par les nouvelles technologies, vous êtes force de proposition pour faire évoluer le site internet en proposant de nouvelles fonctions et de nouveaux outils (rédaction des cahiers des charges, implication dans leur mise en oeuvre technique)".

"Doté de réelles capacités rédactionnelles, vous êtes autonome, curieux(se) et réactif(ve) dans les missions qui vous sont confiées".

Bon courage aux postulants ! Dans cette ville, il en faut : procès en série contre les blogueurs, harcèlement, homophobie, menaces, méthodes mafieuses, etc...


Pour une politique du "2 roues" à Puteaux

Publié sur le site collaboratif "Puteaux Ensemble" :

5035229743_ed2cc5c146 Lettre ouverte envoyée aux élus et à la Mairie de Puteaux :

Madame, Monsieur,

Depuis plus de 1978 je viens régulièrement sur Puteaux et depuis 10 ans j’y réside. J’ai vu évoluer cette ville tant sur la partie La Défense que centre ville. Depuis quelques années, le cœur de ville est enfin redevenu une priorité à l’égal du poumon économique de la ville qu’est La Défense.

Depuis peu je m’étonne d’une nouvelle politique de stationnement envers les deux roues motorisés. De nombreuses contraventions sont apposées sur des 2 roues qui, s’ils étaient sur Paris, n’auraient donné lieu à aucune contravention du fait du respect de la place laissée aux piétions (largeur de trottoirs), critère de tolérance communiqué et admis par la Mairie et la Préfecture de Police de Paris.

Comme vous le savez, le nombre de stationnements 2 roues est anecdotiques. Il y a un décalage énorme entre les places proposées et la réalité (avez vous procédé à un sondage urbain ?). Le meilleur exemple est celui face à l’église, proche de la Mairie. Moins de 10 places pour une trentaine de 2 roues sur cette zone chaque jour (garés sur le trottoir au passage) ! La politique de répression est, pour avoir discuté avec les agents municipaux, totalement incohérente et sujette à caution. La ville tolérant tels ou tels trottoirs mais pas un autre sans critères précis, sans indication pour les conducteurs. Visiblement le critère choisi est trottoirs neufs versus abîmés, les neufs étant interdits ! C’est absurde, dangereux pour les piétons et incompréhensible pour les conducteurs de 2 roues. Des critères rationnels sont pourtant évidents : la largeur du trottoir (pour laisser passer une poussette ou un fauteuil roulant), le respect des bâtiments (côté rue plutôt que côté habitation pour limiter la nuisance sonore), le respect des ouvrants (portes d'immeuble, de garage...), le respect des accès pompiers (pour information l'un d'entre eux était toléré pas votre police municipale).

Je rappelle que les conducteurs de 2 roues ne sont pas que des ados indisciplinés. Ce sont aussi des électeurs-consommateurs, qui de part leur autonomie sont vitaux pour les commerces de centre ville. Ces électeurs sont des consommateurs immédiats et récurrents qui participent à l’économie de la ville. S’ils ne peuvent plus se rendre dans cette ville, ils iront ailleurs ayant une liberté de mouvement avérée.

Aussi s'il est essentiel d’avoir une politique du « 2 roues » pour une ville, celle-ci doit se faire dans le respect de chacun : piétons, conducteurs de deux roues, commerçants.... A aucun moment il ne faut oublier que ces conducteurs sont aussi des électeurs, des résidents (propriétaires ou/et locataires) et qu’il est dangereux de faire une politique répressive arbitraire auprès d’une partie de ses concitoyens. Il serait dommage de voir sanctionner les décisions d'un conseil municipal pour cela. Je vous demande donc s’il est possible que vous suspendiez cette politique répressive, que vous lanciez un vrai débat constructif afin qu’une solution intelligente soit mise en place : une charte définissant les critères de tolérances, une politique de déploiement de zones de stationnement deux roues en surface car si les parkings sous-terrains peuvent être d’excellentes solutions pour les stationnements longues durées résidentiels (espaces privés réservés aux deux roues), le risque est trop grand pour les courtes durées car les revêtements sont glissants pour les deux roues ce qui n’incite pas les conducteurs à les utiliser. J'ai moi-même fait une chute dans un parking de ce type un jour de pluie quand je retirais le ticket alors que j'étais à l'arrêt. Faire de Puteaux une ville "remarquable" sur cet aspect ne pourrait qu'être profitable à son image de marque dans une région où les conducteurs de 2 roues sont nombreux. Il serait d'ailleurs souhaitable, si une telle charte était créée, qu'elle soit cosignés par une association de motard ou une mutuelle afin d'en faire une référence voir une "signature" à l'image des villes fleuries...

Vous remerciant par avance de prendre en considération mon courrier qui doit aujourd'hui être le reflet de nombreux concitoyens,

Bien sincèrement,

Christophe Lecomte

D'AUTRES CONTRIBUTIONS SUR LE SUJET DANS LA RUBRIQUE STATIONNEMENT A PUTEAUX

(photo : Flickr)


Les 3 questions orales du groupe Alternance Puteaux pour le conseil du jeudi 30 septembre 2010

Publié sur le site de Christophe Grébert :

6a00d8341c339153ef013484b85b95970c-800wi Voici ci-dessous les QUESTIONS ORALES qu'"Alternance Puteaux", le groupe des élus MoDem et Verts,  posera au maire lors de la séance du conseil municipal du jeudi 30 septembre 2010. Ces questions sont celles de Putéoliens. En tant que groupe d'opposition, nous avons en effet fait le choix de donner la parole aux citoyens pendant le conseil. C'est le moyen que nous avons trouvé, à notre niveau, d'introduire un peu de démocratie participative. Vous pouvez nous envoyer vos questions à notre adresse : alternanceputeaux@gmail.com

Voici les 3 questions :

- De 2 putéoliens demeurant boulevard Richard WALLACE :

Cet été, des travaux de rénovation des rues du « Vieux Puteaux » ont été réalisés (rue Colin, rue Saulnier, rue Pitois, etc). De beaux trottoirs bien larges ont été faits. Mais en contrepartie environ 60 places de parking ont été supprimées.
C'est un supplice de devoir utiliser la voiture, car c’est toujours la même question : "Comment vais-je faire pour me garer à mon retour et combien de temps vais-je mettre" ? En effet, on met souvent une heure pour se garer dans notre zone de stationnement résidentiel !
Qu'est ce que vous proposez Mme le maire comme solution de stationnement pour les résidents du secteur « Vieux Puteaux » et pourquoi vous n'autorisez pas les habitants du quartier à se garer dans le parking « Mars et Roty » au tarif résidentiel ?

- De Claudine :

Des escaliers permettent de passer sous le boulevard circulaire pour rejoindre le parvis de la Défense depuis le centre de Puteaux, en passant par le cours du Maréchal Leclerc et (ou) la rue E. Vaillant. Implantés entre le collège Anatole France et un atelier municipal, ils sont très empruntés par ceux qui vont de la Défense vers le centre de Puteaux et inversement. On peut penser qu'ils seront encore plus utilisés lorsque le groupe d'immeubles d'habitation en cours de construction le long du cours Leclerc et de la rue Vaillant seront achevés. Ce cheminement piétonnier est une réussite.
Cependant il pourrait être nettement amélioré s'il était  accompagné d'un escalier roulant, voire d'une rampe inclinée. Un investissement de ce type permettrait notamment à ceux qui se déplacent avec un caddy rempli ou avec une poussette d'utiliser également ce trajet (penser aux mamans de plusieurs enfants, qui vont avec un petit chercher un aîné à l'école de la République que fréquentent notamment les enfants de la tout Eve). Or c'est impossible actuellement en raison de la pente. Aujourd'hui, pour ces usagers, il est nécessaire de faire un détour et d'emprunter la voirie routière passant sous le périphérique, laquelle est peu agréable et de surcroît dangereuse, car les automobilistes ont tendance à y circuler trop rapidement.
Est-il question d' aménager  un escalier roulant ou un plan incliné ? Si non, cet investissement pourrait il être réalisé ? A quelle échéance ?

- De Karine :

Ancienne habitante de Puteaux, je vous écris car j'ai toujours une amie, mère de 2 enfants qui habitent Puteaux. Son aînée va effectivement sa première rentrée scolaire à l'école maternelle, et on lui a dit qu'elle ne pouvait pas inscrire sa fille à la cantine car elle ne travaille pas. Je trouve ce refus injuste, la mairie en a t-elle réellement le droit ?
Comment les mères au foyer qui souhaitent retrouver une vie active, font-elles ?
Je trouve que ce refus est une forte discrimination pour les femmes, car bien sûr plus rares sont les hommes qui iront chercher les enfants pour les faire manger à la maison.
Le prétexte de "manque de place" a été invoqué. La mairie ne doit-elle prendre les dispositions nécessaires pour répondre au besoin des enfants et des parents ?
Dans ma commune, les mères au foyer peuvent inscrire leurs enfants à la cantine. Si la famille en a les moyens financiers, il n'y a aucune barrière...
Je vous remercie d'aider les familles et mères putéoliennes dans cette situation.


Le MoDem des Hauts-de-Seine en force à l'Université de rentrée de Giens

Publié sur le site de Christophe Grébert :

5026592241_92d1c5d0d8_b

Ce week-end, avec d'autres militants du Mouvement Démocrate des Hauts-de-Seine, j'ai participé à l'Université de rentrée du MoDem sur la Presqu'ile de Giens, dans le Var. 3 jours de débats et de rencontres d'une qualité exceptionnelle.
J'ai trouvé le parti centriste rassemblé et des militants démocrates concentrés sur un objectif : "tirer vers le haut la politique", pour reprendre une expression de François Bayrou.
Dans son discours de clôture
, le président du MoDem a appelé de ses voeux "3 révolutions" pour changer la société française en 2012 : " Vérité, simplicité et démocratie".
"La vérité n'est pas une vertu, a-t-il dit, c'est une politique". "Nous avons choisi d'être du côté de la vérité et de considérer les citoyens comme des égaux", a-t-il ajouté. J'approuve !

Vous pouvez retrouver l'ensemble des plénières de l'#URMODEM 2010 sur le site du Mouvement Démocrate.

(photo : Flickr)