Previous month:
avril 2010
Next month:
juin 2010

mai 2010

La Zac des Bergères, les expropriations et l'attribution des logements à Puteaux

Publié sur le site de Sylvie Cancelloni, élue démocrate de Puteaux :

2209230126_46cc3e2e72Depuis que nous siégeons au conseil municipal de Puteaux, nous sommes très attentifs à un dossier qui revient à chaque séance : celui des "communications du maire". C’est un bijou de concision dans lequel s’égrènent, sur un ton parfaitement impersonnel, toutes les affaires pendantes de la ville, parmi lesquelles les actions en justice et les affaires d’expropriation de la ville.

La ZAC des Bergères, dans sa phase actuelle de conquête des parcelles, fournit l’essentiel du triste contingent régulier.

Bien sûr, les expropriations sont au service d’une cause plus grande que les cas particuliers que nous évoquons. Ce sera, dans le futur, un quartier moderne d’habitations, dont quelques HLM. Un tel projet suppose des sacrifices. Il faut accepter d’y consentir.

Cela donne toutefois des responsabilités, surtout dans une ville riche comme Puteaux. Car qui dit expropriation (et parfois même expulsion), dit à chaque fois arrachement, exil et douleur. Car derrière les pavillons, les petites entreprises et les immeubles modestes, il y a des vies, des histoires de famille, des situations uniques, des désespoirs que personne, et surtout pas nous, n’a le droit d’ignorer ou de contourner.

L’opération de ZAC aux Bergères, déclarée en 1971, a démarré méthodiquement à partir de 1998. Entre temps, 17 années se sont écoulées où l’épée de Damoclès tendue sur le quartier a gelé sa valeur et contraint locataires et propriétaires à vivre dans un temps bizarre entre pas-encore et déjà-là. Rien n’a été entretenu, pour cause, et s’est délabré peu à peu.

A partir de 1998, avant que les procédures ne commencent, nombreux sont les témoignages qui remontent faisant part de « pressions honteuses », de « destructions organisées » de grilles, boîtes aux lettres, de « harcèlement » … Les 10 dernières années sont riches, semble-t-il, de mouvements de protestation éteints dans l’œuf, de démêlés, de surenchères, de pétitions … et d’indifférence ! Une seule élue locale s’est engagée tout au long  de ces années aux côtés de tous ceux qui menaient la lutte du pot de terre contre le pot de fer et les a soutenu dans des conditions parfois très difficiles. Je tiens à lui rendre hommage : il s’agit de Madame Nadine Jeanne.

Depuis le début de notre mandat il y a deux ans, nous sommes effarés par le nombre de "communications" d’expropriations et le caractère très angoissé des demandes de soutien qui nous parviennent discrètement, faisant état d’une grande solitude face à l’administration. Nous avons demandé en conseil municipal au maire de Puteaux quelle était sa politique d’accompagnement et si une cellule existait pour tous les cas difficiles.

Sur le ton acide de maîtresse d’école qu’elle nous réserve toujours, elle nous a répondu qu’elle ne « laissait personne sur le carreau » et qu’il y avait une cellule de longue date pour cela.

C’est faux. Totalement. Vous pouvez toujours partir à sa recherche dans les services communaux… Non seulement elle n’existe pas, mais les effectifs du service d’urbanisme ont été réduits à leur plus simple expression. Depuis que le maire est en place, l’accompagnement se situe au niveau zéro, et même pire, malgré, il faut le souligner, l’évidente humanité des employés municipaux qui n’ont aucune marge de manœuvre et ne sont soutenus par personne.

Nous sommes quand même dans une terre de droits. Une procédure d’expulsion a ses règles. Chaque départ est bien sûr indemnisé : sous forme de relogements pour les locataires, et d’indemnités pour les propriétaires. Cela rassure tout le monde. Mais ce langage de droit ne dit rien de tout ce qui se passe à la marge. Les compensations versée au propriétaire, sur la base des Domaines qui sont toujours sous-évaluées, surtout dans un quartier qui a perdu toute valeur depuis 1971, ne lui permettent pas souvent de se reloger, tant s’en faut ! Quant aux locataires, en général âgés et de revenus très modestes, ils attendent sans fin l’attribution d’un logement. Sans horizon, sans perspectives, dans un quartier en ruine et aujourd’hui très isolé, où traverser le dernier hiver a souvent été un martyr…

Alors que fait-on quand tout est bloqué ? Les prix proposés, les logements à espérer ? Je vous le donne en mille ? On appelle notre déesse Shiva-aux-1000-bras, Joëlle Ceccaldi-Raynaud, pour lui demander le secours de son âme affligée par le spectacle de tous ces désespoirs… Mais il parait qu’elle ne veut plus entendre parler des Bergères, elle serait saturée. C’est même si difficile d’expulser des gens qui ne veulent pas qu’elle a délégué ce droit à l’EPAD pour l’autre ZAC, celle de Charcot. Au moins, l’EPAD n’aura pas à redouter d’être pris à parti par des électeurs. Ce sont tous des fonctionnaires !

Notre maire est présidente des HLM de Puteaux. Mais il n’y a pas d’HLM disponibles, tout le monde le sait, ou presque. Du moins pas pour eux. Mais il reste le contingent des HLM de la Préfecture ou la loi Dalo, dit le maire, ce sera bien suffisant… A l’attente sans fin s’ajoute donc le désespoir !

Pourquoi est-il si difficile à Puteaux d’obtenir un HLM quand on a des revenus modestes, qu’on est exproprié ou retraité sans moyens ? Difficile de répondre : nul ne sait ce qui se passe dans le Saint des Saints de la commission d’attribution. Présidée par le maire, sans présence d’aucun représentant de l’opposition, son secret rend le soupçon facile.

D’autant que les rumeurs vont bon train sur les rotations d’HLM et que tout le monde ne semble pas obligé d’attendre 20 ans. N’évoque-t-on pas 60% de personnes à Puteaux dont les revenus ne justifieraient vraiment pas un logement en HLM ? N’évoque-t-on pas aussi de grands appartements pour 1 seule personne, obligée de faire des certificats d’hébergement de lointaines cousines bretonnes pour justifier le maintien de leur avantage ?

Le silence et l’opacité qui couvre les dossiers de logements est aujourd’hui insupportable, surtout au regard de la ZAC. La loi n’oblige pas le maire à ouvrir la commission à des élus de l’opposition. Mais sincèrement, lorsqu’on a rien à cacher, pourquoi ne pas choisir la transparence ? Si vous trouvez une seule bonne raison, donnez-la nous ! L’ancien Préfet  du 92, Pierre Bousquet de Florian, ne condamnait-il pas lui-même, lors d’une visite à Puteaux pour expliquer la Loi Dalo, la gestion HLM de la ville ? Et n’expliquait-il pas qu’il avait retiré de la responsabilité de Puteaux le contingent HLM de la Préfecture pour une meilleure « fluidité » de leur attribution.

A Puteaux, malgré les apparences, rien n’a changé : père et fille, qui connaissent leur ville sur le bout des doigts puisqu’ils ne font que cela et que c’est l’outil de leur survie, appliquent les mêmes méthodes depuis 40 ans. Puteaux continue à tricoter sa propre conception du droit. Cela fait 40 ans aussi que les consciences putéoliennes le savent. Et pourtant, les files d’attente devant le bureau du maire ne désemplissent pas. Quelle tristesse de nous voir tous devenir complices d’un tel système !

Notre ville aurait dû être exemplaire sur la ZAC des Bergères qui aurait du donner lieu à une gestion humaine et respectueuse, comme cela se fait dans d’autres communes. Anticiper avec sagesse et avec respect la transformation de ce quartier depuis  30 ans était notre devoir. Au lieu de cela, nous avons semé la désolation, l’incertitude, l’angoisse et l’injustice. Au lieu de cela, nous avons un maire qui, devant le défilé des protestations de la ZAC, déclare devant témoins en avoir « ras-le-bonbon » des Bergères ! Quant on n’a rien prévu, c’est sûr qu’on peut avoir cette réaction.

Tard, bien trop tard, nous demandons à la ville de faire face aujourd’hui a ses responsabilités et de traiter dès aujourd’hui tous les  dossiers en instance, avec le respect dû à des personnes qui ont souffert,  sans les bousculer ni leur imposer des décisions qui ne leur conviennent pas.

C’est pour nous une question d’honneur et de décence. C’est pour nous la moindre des choses.

Sylvie Cancelloni
Conseillère municipale MoDem de Puteaux

(photo : Flickr)

L’extension de La Défense revue à la baisse, seulement côté Nanterre

Carte-ladefense


A l’occasion de son "plan de renouveau" de La Défense, le président de la République, Nicolas Sarkozy, voulait élargir le périmètre du quartier d'affaires, jusqu'à placer sous la seule décision de l'Etat l'aménagement de la moitié de la superficie de la commune de Nanterre ! Selon le même scénario qui vaut depuis toujours à La Défense : zéro consultation des élus, une décision tombant du ciel olympien, zéro discussion commune puisque nous sommes dans le cadre d’une Opération d’Intérêt National (OIN)…
L’EPAD, l'aménageur pubic côté Puteaux/Courbevoie jusqu’à la Grande Arche, présidé par le maire de Puteaux Joëlle Ceccaldi-Raynaud, et l’EPASA, aménageur de l’autre côté de la Grande Arche jusqu’à la Seine et présidé par le maire de Nanterre, Patrick Jarry, étaient priés de s’aligner en bon ordre de marche.

Mais voilà que ce plan vient d’être révisé (légèrement) à la baisse : l'extension aura bien lieu sur La Garenne-Colombes et Courbevoie, mais pas au-delà des limites actuelles de l'OIN sur Nanterre (note : les secteurs des «Guilleraies» et des «Hautes Pâtures» à Nanterre, soit 170 hectares, ne seraient plus concernés). En revanche la fusion des 2 établissements publics EPAD/EPASA aura bien lieu et n'est plus qu'une question de jours. L’information, lapidaire, révélée par Le Monde, n’est accompagnée d’aucune explication. L’Etat a changé d’avis. Point. Il pourra en changer demain. Question de conjoncture…

Dès l’annonce de la nouvelle, Patrick Jarry s’est multiplié auprès des médias, avec une communication triomphaliste, de type : « j’ai gagné… ! ». Il réfléchit, prend la pose et se répand partout : "Le gouvernement a échoué dans sa tentative de réquisitionner, de manière autoritaire, une partie majeure de notre territoire. La volonté d'imposer à toute une ville un modèle d'aménagement exclusivement financier, au mépris des besoins économiques, des urgences sociales et des exigences écologiques a été mise en échec. La question qui se pose maintenant est : quel développement pour ce territoire ? Il faut que l’Etat entende les attentes des élus et de la population et ne redevienne pas sourd".

Depuis le début, il est de toutes façons le seul maire à prendre la parole et à défendre une certaine idée du « territoire ».

Mais que pensent donc, à défaut de le dire, les autres maires ? Celui de Courbevoie, qui est un « taiseux » prudent ? Celui de La Garenne-Colombes, qui est le bras armé du sarkozisme des Hauts-de-Seine ?

Et que nous dit donc la députée-maire de Puteaux et présidente de l’EPAD ? C’est vrai, quoi : c’est bien, c’est mal, c’est bon pour nous ou pas ? C’est ce que vous souhaitiez ? C’est mieux comme ça ? Que deviennent vos promesses de belles tours facteurs de richesse pour nos villes ? Quelles sont les conséquences pour la vile de Puteaux ?

Parce que, Madame la députée-maire et présidente de l’EPAD, il parait que le directeur général de l’EPAD pourrait être muté sur d’autres fronts… Il ne serait plus là, en ce cas, pour vous chuchoter à l’oreille ce qu’il faut dire ! Dépêchez-vous de vous faire une philosophie qui tienne la route. Nous grillons d’impatience d’entendre enfin votre pensée.

Sylvie Cancelloni
Conseillère municipale MoDem de Puteaux
groupe des élus démocrates de La Défense


La Fête des Voisins, vendredi 28 mai à Puteaux

Affiche40x60 La fête des voisins célèbre cette année ses 10 ans. Lancée à Paris en 1991, elle s'est étendue depuis à toute la France et même à une partie de l'Europe.
L'idée d'origine est restée : créer un moment convivial avec ses voisins, pour rompre l'anonymat et l'isolement qui règnent parfois dans nos quartiers.

A Puteaux, les résidences privées fêteront l'événement le vendredi 28 mai au soir. Les résidences du parc HLM municipal étendront ce rdv festif jusqu'au 1er juin.

Partagez dans les commentaires les fêtes organisées dans votre immeuble ou dans votre rue !


Le 7e Festival BD de Puteaux, du vendredi 28 au dimanche 30 mai 2010

Bd2010Le palais de la médiathèque accueille la 7e édition du Festival BD de Puteaux, vendredi 28 à partir de 17h et samedi 29 et dimanche 30 mai 2010, entre 10 et 18h.

Une soixantaine de dessinateurs dédicaceront leurs albums, parmi lesquels Vincent Mallié, dessinateur de La quête de l’oiseau du temps, Franck Giroud, scénariste de la nouvelle série à succès Destins, le papa de Cédric, Laudec ou encore Olivier Vatine pour Cixi de Troy, belle-soeur du célèbre Lanfeust.

Des ateliers, des animations et des expositions sont aussi au programme de ce week-end.

Téléchargement du dépliant du festival (pdf)

Les dessinateurs présents :
Audrey Alwett, François Amoretti, Virginie Augustin, Aurore, Balak, Bruno Bellamy, Francis Bergese, Berik, Dominique Bertail, Eleonora Bietolini, Jean-Luc Biville, Marc Bourgne, Olivier Brazao, Eric Buche, Didier Cassegrain, CED Jean-François Charles, Maryse Charles, Chhuy-Ing Ciia, Coco China Girls, DAV, Lucien de Gieter, Thibaud de Rochebrune, Jean-Christophe Derrien, Dim.D, Elliam, Giroud, GOS, Graza, Virginie Greiner, Iah-Hel, Alain Janolle, Alain Julie, Jacques Kamb, KAS, Laudec, Yves Lecossois, Patricia Ly Foung, Vincent Mallié, Nina Moretti, Nephyla, Philippe Ogaki, Ol Tichit, Peral, Jean-Michel Ponzio, Renaud, Rucksthul, Yang Song, Béatrice Tillier, Ciryl Trichet, Alex Tuis, Claude Turier, Olivier Vatine, Fred Vervish, Vignaux, Virgino Vona, Yannick...

Histoire de Puteaux : Quand Puteaux produisait de la bière

Peters1

A plusieurs reprises, nous avons vu dans l'Histoire de Puteaux que notre ville avait un passé industriel important : on a fabriqué ici des voitures, des avions et même des ballons dirigeables ! Mais saviez-vous qu'au 19e siècle Puteaux abreuvait les parisiens de bière ?

"Maison fondée en 1835", la brasserie Peters, installée quai Impérial (ensuite quai National et aujourd'hui quai Dion-Bouton), fabriquait des bières "exemptes de tous produits chimiques", comme l'affirmait une publicité (voir ci-dessous).

4306317752_da4b8dba1e

Peters3 En 1860, le médecin Julien Turgan commence son histoire des "Grandes usines" de France. Grâce à lui on en sait plus sur la brasserie putéolienne. Son livre est disponible en version numérique sur le site de la bibliothèque du CNAM. On y apprend comment l'orge, apporté en charrettes de Picardie, de Champagne ou de Beauce, était préparé et additionné au houblon de Bavière ou d'Alsace, pour être brassé et donner une bière qui fournira durant plusieurs décennies les limonadiers parisiens.

Jusque dans les années 1930, Puteaux compte plusieurs autres brasseries. Le site des amis de la bière d'Ile-de-France les recense : la Brasserie du Croissant et la Brasserie de la Défense, rue de la Défense, la Brasserie KALBFREIS, 7 rue Gerhard, la Brasserie MOKLIN & CIE, la Brasserie du Nord, 167 rue de la République, la Brasserie de Puteaux... Il y avait aussi Bondu et Costes, 22 rue Saulnier.

La municipalité de Puteaux a investi récemment dans une vigne... mais c'est plutôt une brasserie qu'elle aurait dû réaliser.

A quand "la bière de Puteaux" ?

A la bonne votre !

Richemond20194

Peters4
 
(source des images : le site brasseries de Moselle et flickr)


Les dernières décisions du maire UMP de Puteaux

4551274110_be91849d42 Lors du dernier conseil municipal de Puteaux, le 8 avril, le maire UMP Joëlle Ceccaldi-Raynaud a notamment annoncé les décisions suivantes :

- 6.279 euros de frais d’avocat engagés pour envisager une attaque contre le blog satirique meliz.org. Encore du gaspillage d’argent public et une menace à la liberté d'expression.

- 600.000 euros HT par an pour l'impression du magazine "Puteaux infos" et 400.000 euros HT par an pour l'impression des suppléments, soit 1 million d'euros HT par an rien que pour l'impression des revues municipales, soit 55 euros par famille putéolienne.

- 200.000 euros par an pour la "mise en peinture du mobilier urbain".

- 600.000 euros HT par an pour le contrat d’entretien des fontaines de la ville, soit 35 euros par famille putéolienne.

- Décompte général de l’équipement petite enfance des rues Godefroy/Saulnier : 21.548.628 euros, contre un marché de base de 17.656.965 euros, soit 4 millions d’euros de dépassement.

- Plus de 750.000 euros d’achat de spectacles sur l’année (hors rencontres musicales, puteaux neige et puteaux plage).

- Voyage pour les jeunes de 15 à 17 ans cet été en Louisiane et en Floride. Prix du voyage : 2.900 euros par enfant.

- Le budget pour la construction du futur "palais du conservatoire", zac de Pressensé, double et passe à 30 millions d'euros, contre 12 millions d'euros envisagés l'an dernier... la surface du palais passant de 3.000 à 7.000 m2. Le maire est incapable d'expliquer la soudaine nécessité de passer d'un équipement de 3 à 7.000 m2.

(photo : Flickr)