Conseil municipal de Puteaux : les dossiers discutés le jeudi 29 janvier 2009
Cacophonie, Tohu Bohu et autres désordres : le Conseil municipal de Puteaux du 29 janvier 2009

Conseil municipal de Puteaux : Mon intervention lors du débat sur les orientations budgétaires 2009

Publié suir www.grebert.net :

60491869_21a3c1670f Lors du conseil municipal de Puteaux du jeud 29 janvier 2009, le maire UMP Joëlle Ceccaldi-Raynaud a présenté ses orientations budgétaires pour 2009. En réponse, j'ai fait l'intervention suivante au nom du groupe "Alternance Puteaux" qui regroupe les élus MoDem et Verts du conseil de Puteaux :

Téléchargement Intervention-29janvier09 (.MP3)

Madame le Maire,

En préambule de vos orientations budgétaires, vous soulignez 3 grands principes :

·        La maîtrise de la pression fiscale,
·        L’absence d’endettement
·        Le maintien d’un effort d’investissement

Sincèrement, je ne connais pas beaucoup de maires qui feraient d’autres choix. A Puteaux, par le seul mérite de notre emplacement géographique, avant même d’avoir un seul mérite de gestion, nous recevons en cadeau de quoi honorer ces 3 principes. Les rappeler vous honore. Mais comme c’est la moindre des choses que de les respecter, je les considère comme un cadre de travail, mais non comme une politique budgétaire en soi.

Vous évoquez ensuite le contexte économique que nous traversons :

- une crise grave, rendant l’année 2009 difficile, sans qu’on puisse dire pour autant que ce ne sera pas le cas aussi en 2010 et 2011. Mais la municipalité précédente vous a laissé une pelote de laine pour les jours mauvais : cela devrait permettre d’amortir les turbulences…

- une situation fiscale pour notre commune qui reste malgré tout favorable : la plupart des concours de l’Etat, dont la DGF, restent supérieurs à l’inflation ; le FCTVA augmente de 12% ; seule la DCTP (dotation de compensation taxe professionnelle) baisse : mais cela nous concerne-t-il réellement ?

- une revalorisation des bases fiscales globales d’environ 1%, qui entraînera, malgré une stabilité des taux, une augmentation du montant des impôts des Putéoliens.

Vous ne mentionnez par ailleurs que rapidement deux incertitudes qui pèsent lourdement sur notre avenir :

·        Les incertitudes sur la Taxe professionnelle : en tant que parlementaire, vous avez peut-être des informations à partager avec nous sur ce sujet. Au regard de notre train de dépenses, c’est un vrai souci.

·        Notre participation à l’EGPD , dont le montant reste encore très flou.

Donc un contexte difficile, des incertitudes fortes, mais un train de dépenses qui n’en finit pas de progresser.

Outre une politique clientéliste faite de cadeaux, de déjeuners, de goûters, de dîners, de cocktails, d’invitations aux spectacles, de voyages, etc. vous avez multiplié la construction d’équipements : palais des congrès, palais de la culture, palais de la médiathèque, palais des arts, palais de la danse, palais des sports… Des bâtiments utiles dans leurs fonctions, mais chers dans leur réalisation et leur entretien.

Parce que vous vous êtes crue riche, vous avez pris l’habitude de ne pas compter. Une gestion hasardeuse qui a été relevée à plusieurs reprises par la chambre régionale des comptes.

De mauvaises habitudes qui ne passent plus. Au premier tour de l’élection municipale de mars 2008, vous avez été mise en minorité : près de 51 pour cent des Putéoliens ont voté contre vous, contre votre politique, contre votre bilan.

Face à tout cela, vous continuez votre politique, comme si de rien n’était. Les dépenses clientélistes sont reconduites : le champagne a continué de couler à flot tout ce mois de janvier en mairie, certes loin de la presse et des caméras. La soirée des personnalités a été annulée, pas les autres.

En décembre, au cours d’un seul conseil municipal, votre majorité a voté pour 45 millions d’euros de dépenses en marchés divers, reconduisant à l’identique des dépenses de fonctionnement qui seront bientôt au-dessus de nos moyens, lorsque, Madame, vous aurez totalement épuisé la réserve de 228 millions d’euros laissée par votre père. Ce « trésor de guerre » qui est déjà largement entamé. Au rythme où nous allons, il en restera à peine la moitié au terme de ce budget. Et il ne restera plus rien à la fin de votre mandat.

Il est urgent de vous voir mener une autre politique. Il serait indécent de vous voir persister.

Oui, notre commune doit continuer à investir, mais investir pour préparer l’avenir et pour améliorer la vie de ses habitants.

 D’une politique du futile, il faut passer à une politique de l’utile. Chaque euro dépensé doit l’être dans l’intérêt de la collectivité, et non pas pour favoriser tel ou tel, avec des arrières pensées uniquement électoralistes.

L’éducation et le logement doivent être nos priorités.

- Il faut investir dans nos écoles primaires.

C’est la municipalité qui en a la charge, pas l’éducation nationale. Elles sont sous équipées. Elles manquent d’ordinateurs, m’a encore signalé récemment un parent. Elles manquent aussi de personnel. Nous devons développer le soutien scolaire et l’apprentissage des langues. Voilà des charges de fonctionnement et de l’investissement utiles. Nous faisons déjà, et bien nous devons faire plus. Nous en avons les moyens. Il suffit de rogner un tout petit peu dans vos dépenses de prestige.

- Il faut ensuite investir dans le logement.

Résorber totalement les logements insalubres et indignes dont la survivance est inacceptable dans une ville riche comme la notre. Nous devons mener une politique ambitieuse de construction. Faire du logement pour tous. Voilà de l’investissement utile.

Il faut aussi engager un vaste plan de réhabilitation de notre parc HLM vieillissant.

Réhabiliter les HLM, cela ne signifie pas envoyer des démarcheurs dans des appartements bien choisis pour proposer à l’un une nouvelle salle de bain et à l’autre un nouveau parquet. Là encore il s’agit de clientélisme. C’est ce que vous faites. Il s’agit plutôt de concevoir un programme global de réhabilitation des résidences, qui sera présenté dans la transparence à la population.

Pour chacune de nos réalisations, nous devons avoir le souci de l’excellence environnementale, et non faire, comme vous le faites trop souvent, de l’incantation écologiste. Un souci que je partage avec mon collège Vert, Bruno Lelièvre.

Plutôt que d’augmenter sans cesse la part de loisirs parfois stupides sur Puteaux, procédez, Madame, à une véritable réduction des dépenses inutiles et des impôts. Une réduction de la pression fiscale profitera mieux aux Putéoliens que toute distraction d’été ou d’hiver dispendieuse que vous pourrez imaginer pour les distraire.

Pour dépenser mieux, afin de donner plus aux Putéoliens, nous devons enfin orienter notre ville vers l’intercommunalité. Avec nos collègues conseillers municipaux de Courbevoie et Nanterre, nous avons créé un groupe des élus MoDem de La Défense ouvert à tous ceux que l’égoïsme de leurs édiles finit par indigner. Dès aujourd’hui et pour la suite de notre mandat, nous parlerons d’une voix commune dans nos assemblées respectives.

Juste un exemple : est-il raisonnable d’annoncer la réalisation d’un grand stade de rugby aux Bouvets sur le territoire de Nanterre, sans en avoir débattu auparavant avec les élus de Nanterre et de Puteaux ?  Nous ne pouvons plus fonctionner comme cela, en agissant sur notre territoire comme de petits seigneurs féodaux.

Les élus MoDem de Puteaux, Courbevoie et Nanterre font donc une 1ère proposition : nous demandons aux maires des 3 communes de créer un « réseau de villes » et de réunir 1 à 2 fois par an les conseils municipaux pour apprendre à travailler ensemble, présenter leurs principaux projets et identifier les priorités communes.

Concertation locale et intercommunale, rationalisation, évaluation, bonne gestion… doivent être nos maîtres mots.

Madame le maire, quittez votre habit de bonne fée. Il n’y a plus de baguette magique pour conduire le monde. En dépensant mieux et moins, vous témoignerez aux Putéoliens quelque chose qui ressemble à du respect et de la considération. Ce sera toujours mieux qu’un Palais vide de plus ou de moins…

Christophe Grébert

(photo : Flickr)

Commentaires