La mairie de Puteaux dépense près de 15.000 euros en frais de justice, en novembre 2006
A Puteaux, les bus pour handicapés attendront (5e partie du conseil du 7/11/06)

Homophobie : La maire de Puteaux, Joëlle Ceccaldi-Raynaud, m'invite... pour la Journée mondiale contre le SIDA

Img_5116

Hier, je trouve dans ma boite une lettre à l'entête de la ville. Sur le moment, je pense à un nouveau message d'intimidation du maire. Je me demande rapidement ce que j'ai bien pu écrire ces derniers jours qui aurait pu provoquer les foudres de Joëlle Ceccaldi-Raynaud.
Mais dans l'enveloppe, je découvre une invitation pour un vernissage qui aura lieu vendredi à l'Hôtel-de-ville de Puteaux. Il s'agit d'un exposition-vente de tableaux organisée à l'occasion de la journée mondiale contre le SIDA.

C'est bien la première fois que je suis invité par le maire... à l'exception de ses "invitations" au commissariat ou au tribunal ! Cette fois, il n'y aura pas de gros bras, Madame Ceccaldi ? Comment je dois prendre cela ? Certains me diront que c'est un "geste" de la députée-maire UMP... une manière de se rattraper après avoir détourné une campagne de AIDES (un procès est en cours, dont les frais sont injustement payés par les contribuables putéoliens). En même temps, il y a une chose assez gênante : pourquoi m'avoir invité justement à ce vernissage là ?
L'opération est montée en partenariat avec Jean Luc Roméro, Elus contre le Sida, Dessine moi un mouton et le Banana Café. J'espère au moins qu'ils savent où ils atterrissent ? Le dossier des Ceccaldi-Raynaud est particulièrement lourd.

J'espère que tout cela n'est pas qu'une opération de com' pour faire oublier certains faits indignes. Les auteurs de ces faits ont refusé de s'excuser et au contraire en rajoutent.

Prévenu seulement la veille, je ne pourrais de toute façon pas venir à ce vernissage. Dommage. La prochaine fois, Madame la maire, ayez la politesse de prévenir vos invités de marque un peu plus tôt ! Pour vos invitations au tribunal, en revanche, vous pouvez vous abstenir :o)
Christophe Grébert

Commentaires