Previous month:
août 2006
Next month:
octobre 2006

septembre 2006

Joëlle Ceccaldi-Raynaud se désolidarise de son père, au conseil municipal de Puteaux (1)


Conseil Puteaux, 28 septembre 2006 (1)
Vidéo envoyée par grebert
Le conseil municipal de Puteaux s'est réuni jeudi 28 septembre 2006.

L'opposition voulait que soit soumis aux élus un voeu pour protester contre l'utilisation de l'argent de la collectivité pour assurer la défense de Charles et Joëlle Ceccaldi-Raynaud qui ont été condamnés en 1ère instance pour diffamation.
La députée-maire UMP, Joëlle Ceccaldi-Raynaud a refusé de soumettre ce voeu au vote : "Il n'a pas lieu de se prononcer sur une affaire qui n'est pas close", a-t-elle déclaré. JCR et son père ont en effet fait appel de leur condamnation.

L'élu socialiste Nadine Jeanne a demandé des précisions sur le montant de la dernière facture réclamée par Maître Jean-Marc Fédida, dans l'autre affaire en cours "Mairie de Puteaux contre MonPuteaux et le Parisien" . 26.910 euros, confirme Joëlle Ceccaldi-Raynaud. Une somme qui a été prélévée sur le budget municipal pour attaquer un blog et un journal.

La conseillère d'opposition a également interrogé Joëlle Ceccaldi-Raynaud sur une autre facture d'avocat présentée au conseil : il s'agit d'un mémoire sur la "diffamation". "Il est important de savoir ce qu'il est possible de dire et de faire. Je préfère me faire assister de spécialistes pour savoir comment je dois me diriger", explique Joëlle Ceccaldi.

"Vous n'êtes donc toujours pas convaincue que le fait d'insinuer qu'un opposant a des penchants pédophiles, cela relève de la diffamation ?", lui demande Nadine Jeanne.

"La lettre (diffamatoire) a été mise sur le site et signée par mon père (..) Je suis responsable du site (..) A moi effectivement de ne pas l'avoir produite (..) Je n'ai fait que cela. On ne mélange pas tout", répond la députée-maire, avant d'ajouter "J'ai le sens de la famille".

Les déclarations de Joëlle Ceccaldi-Raynaud sont contradictoires : elle affirme avoir le "sens de la famille" et assumer ses "responsabilités", mais dans le même temps elle se désolidarise totalement de son père. Puisqu'elle affirme que c'est son père qui a signé et mis en ligne la lettre diffamatoire. Voilà qui intéressera peut-être les juges de la cour d'appel de Versailles. Si un maire-adjoint a diffusé un texte diffamatoire sur le site municipal, sans que le maire le sache préalablement, la logique voudrait que ce maire se retourne alors judiciairement contre son adjoint. En l'occurrence là, le "sens de la famille" ne doit pas aller à l'encontre des intérêts de la collectivité : les fautes doivent être exactement établies. Il serait intéressant d'entendre Charles Ceccaldi-Raynaud. A-t-il publié ce texte en cachette de sa fille ou était-ce avec son autorisation ? Cela pose aussi le problème de l'organisation de cette mairie : qui dirige qui et qui commande quoi ?

Nadine Jeanne fait enfin remarquer que les "consultations d'avocat" commandées par Joëlle Ceccaldi et payés par la mairie ne sont pas communiqués aux élus. La maire promet de communiquer une consultation sur le "conseil municipal" lors de la prochaine séance le 19 octobre. Chiche...

A suivre...


Forces de l'ordre, boxeurs et rugbymens au conseil municipal de Puteaux

Rugby01_1Très chaude ambiance, comme toujours, hier soir, au conseil municipal de Puteaux. Vous vous sentez vraiment très protégé : lorsque je suis arrivé, je suis tombé sur le président du club de boxe de Puteaux qui est posté à l'entrée de la mairie, en compagnie de 2 policiers municipaux. Dans le hall administratif, encore 2 policiers municipaux. Au pied de l'escalier qui mène à la tribune du public, 2 autres policiers municipaux. En haut de l'escalier, c'est le commissaire de la police nationale de Puteaux qui vous accueille ! Il est accompagné de plusieurs policiers en civil. Un peu plus loin, un policier des renseignements généraux est placé devant la porte d'accès à la tribune du Public, en compagnie de 2 autres policiers municipaux. Quand vous pénétrez dans la tribune du public, vous passez sous un détecteur de métaux. 2 policiers municipaux sont là. Vraiment ? On se sent en sécurité !
Mais ce n'est pas tout : dans la tribune, une demi douzaine de gros gaillards sont là aussi, aux premières places... des dirigeants et des joueurs du club de rugby de Puteaux (pas le vrai club, pas l'ancien, mais le nouveau créé par la mairie), qui ont préféré assister à la séance du conseil, plutôt que d'aller s'entraîner !

Saluons le grand sens civique de ces sportifs amateurs qui ne ratent jamais le conseil municipal !
Ahhh, si tous les citoyens étaient comme eux, aussi impliqués dans la vie locale !
:o))))
Christophe Grébert

(à suivre : les vidéos du conseil municipal)

(photo : les adieux du rugby de Puteaux, juin 2003)


La FCPE de Puteaux à la pêche aux candidats

Groslogo_1Votre enfant est scolarisé à Puteaux ? Devenez représentant des parents d'élèves. La FCPE recherche -pour boucler ses listes- des volontaires sur les écoles suivantes :

Ecoles Maternelles : République, Felix Pyat, Défense 2000, L'ancien couvent, Benoit Malon Maternelle
Ecole Elémentaire : Petitot

"Pour faire entendre la voix des parents FCPE, pour une école plus juste", contactez la fcpeputeaux@free.fr ou par téléphone 06.19.89.25.89

Cela semble urgent, puisque la date limite de dépot des listes est fixé à mardi prochain (4 octobre).

Qu'on se le dise ! :o)


Joëlle Ceccaldi-Raynaud a engagé plus de 27.000 euros pour assurer sa défense et celle de son père

Proces2facturefedidaL'opposition municipale présentera ce soir au conseil municipal de Puteaux un voeu sur les dépenses engagées par la députée-maire UMP Joëlle Ceccaldi-Raynaud pour assurer sa défense et celle de son père dans le procès dans lesquel ils étaient poursuivis pour diffamation et pour lequel ils viennent de faire appel. Plus de 27.000 euros ont été prelevés sur le budget municipal.

Lors du conseil municipal du 16 juin 2006, la suppléante de Nicolas Sarkozy a communiqué aux élus putéoliens de nombreuses factures d'avocats et d'huissiers. Vous pouvez toutes les consulter sur le site du PS, dans la question 4 : "communications". 2 concernent mon affaire :

- 26.910 euros à Maître Jean-Marc Fédida, chargé de la défense de Charles et Joëlle Ceccaldi-Raynaud, poursuivis pour diffamation,

- 162,75 euros à Maître Benzaken, huissier à Nanterre, pour une signification d'ordre de preuve dans le cadre de ce même procès "Grébert contre Charles et Joëlle Ceccaldi-Raynaud".


Des Putéoliens et des Neuilléens avec DSK

Alfortville

Les militants socialistes de Puteaux et de Neuilly soutenant la candidature de Dominique Strauss-Kahn viennent de créer un blog : DSK Neuilly-Puteaux. Ils expliquent leur choix :

"S’il est impératif de rassembler sa famille politique dès le premier tour, il convient aussi d’amener à soi une majorité des français sur son projet mais aussi sur sa personne au deuxième tour de l’élection. Nous ne saurions nous satisfaire, ni même prendre le risque de gagner en 2007 sur un simple rejet de la droite en général, et de Sarkozy en particulier. Aussi l’expérience de la vie politique sous la Ve République, le combat spécifique que représente l’élection présidentielle, nous obligent à ne pas nous tromper sur le choix de celui qui va porter nos couleurs. Une élection n’est jamais gagnée à l’avance. La campagne est longue et difficile. L’adversité y est rude. La démarche combative mais aussi pédagogique de DSK son des atouts précieux dans ce futur combat".

Je vous ai déjà dit que je soutenais DSK. Pour moi, les questions économiques et européennes sont très importantes. C'est d'elles que tout découle. Et dans ces domaines, Dominique Strauss-Kahn a démontré ses compétences. Ensuite, il répond selon moi le mieux à l'aspiration militante au renouvellement, tout en maintenant un solide ancrage dans le PS. Ce qui sera indispensable pour rassembler.
Cette primaire socialiste n'est pas une bataille de chiffonnier. C'est au contraire un formidable exercide de démocratie. Les 200.000 militants seront appelés à désigner, au mois de novembre, leur candidat, qui deviendra alors celui de tous les socialistes.
Christophe Grébert