2006 Flux

Il y a 1 an à Puteaux : sous la fontaine Bellini, on douche gratis

Notre maire, Joëlle Ceccaldi-Raynaud, aime les fontaines. Ce n'est pas toujours une réussite. Il y a 1 an, je publiais cette vidéo de la fontaine Bellini, dans le bas de Puteaux : dès qu'il y a du vent (et c'est souvent le cas à ce carrefour en bord de Seine), c'est la douche ! Le "balais brosse", comme l'appellent les habitants du quartier, a coûté un million d'euros. 1 an après, la situation est la même... Digne de "Combien ça coûte", non ?


Il y a 1 an à Puteaux : une piste cyclable qui ne sert à rien

Il y a 1 ans, en 2006, la ville de Puteaux annonçait fièrement la réalisation d'une piste cyclable sur le haut de la commune, résidence Lorilleux.
Généralement, une piste cyclable urbaine, on la réalise sur un axe où la circulation automobile est importante, afin de sécuriser les cyclistes.
Là, et comme je le montre sur cette vidéo, il n'y a aucune voiture ! Il n'y a pas de vélo non plus, d'ailleurs. En fait, il n'y a aucune circulation ! C'est une voie très tranquille.

Cette piste cyclable, qui ne mesure que quelques dizaines de mètres, ne mène nulle part et ne sert à rien. Voilà un exemple typique de gaspillage de l'argent public.

La séquence dure 5 minutes. Je précise, au cas ou, que le commentaire est... ironique.


Rétrospective de l'année 2006 à Puteaux : d'octobre à décembre (4e trimestre)

Voici la dernière partie de notre rétrospective de l'année 2006 à Puteaux, avec l'actualité du 4e trimestre, d'octobre à décembre :

Squareoffenbach_1

En octobre, voici (ci-dessus) à quoi ressemblait le square Offenbach, sur le haut de Puteaux. C'est l'une des histoires folles de cette année. La ville a détruit un ancien parc pour y réaliser un parking souterrain. Après avoir tout ravagé, la maire a lancé une consultation de la population ! Cette consultation est une provocation : cela fait plus d'un an que l'association SACSO se bat contre ce projet et la maire a toujours refusé de l'entendre.

En octobre toujours, ouverture du jardin du sud, rue Voltaire. L'aménagement de ce square a coûté pas loin d'un million d'euros.

Lors du conseil municipal d'octobre, de nouvelles insultes homophobes ("enculé !") sont lancés par des supporters du maire.

Citoyenvolontaire_1_1

En novembre, la mairie de Puteaux lance un appel au recrutement de "citoyens volontaires", la dernière idée sécuritariste de Nicolas Sarkozy.

Au conseil municipal de novembre, la police nationale assure le service d'ordre. Joëlle Ceccaldi ne contrôle plus rien. Son père, Charles, dénonce le "désordre permanent".
Pendant le conseil, la députée-maire UMP se moque d'un Putéolien dormant dehors. Au cours de la même séance, elle décide l'achat par la ville des locaux de l'église Evangélique de Puteaux. Elle cache aux élus que cette vente est contestée en justice.

Liste1_1

En décembre, l'élection des représentants de locataires au conseil d'administration de l'Office pubic HLM de Puteaux donne lieu à une incroyable guerre des clans ceccaldistes.
Le même mois, Joëlle Ceccaldi tente de prendre le contrôle de la communauté juive de Puteaux.

Comme chaque fin d'année, la députée-maire UMP dépense sans compter avec les impôts des autres : entre les illuminations, Puteaux en neige et les réceptions de l'Hôtel-de-ville, ce sont 150 euros par famille putéolienne qui seront gaspillés.


Rétrospective de l'année 2006 à Puteaux : de juillet à septembre (3e trimestre)

Voici la suite de la rétrospective de l'année 2006 à Puteaux, avec l'actualité du 3e trimestre (juillet, août et septembre) :

En juillet, Joëlle Ceccaldi-Raynaud inaugure le "palais" des sports. Cette piscine, avec bassins extérieurs ouverts toute l'année, a coûté une quarantaine de millions d'euros aux contribuables putéoliens, sans compter les énormes frais de fonctionnement. Je vous fais la visite ? 1ère et 2e partie. Mais la fête est gâchée : Charles Ceccaldi-Raynaud fait distribuer un tract dénonçant l'"usurpatrice". Il parle de sa fille.

Le 4 juillet, les 2 -Joëlle et Charles Ceccaldi-Raynaud- sont jugés devant le tribunal correctionnel de Nanterre pour diffamation. Ils ne viennent pas à leur procès. Le jugement est mis en délibéré au 5 septembre.

En Juillet toujours, on apprend que la section UDF de Puteaux est dissoute. Sa présidente, Anne-Marie Amsellem, maire-adjointe, est exclue du parti pour double appartenance : elle était aussi encartée à l'UMP !

178028910_6187737f1f_1

En Août, Joëlle Ceccaldi-Raynaud fait installer un peu partout dans la ville... des puits, qu'elle a elle même choisie, parce qu'elle "trouve cela joli". Sa nouvelle lubie coûte pas loin de 200.000 euros aux contribuables putéoliens.

Leparisien_1

En septembre
, Joëlle et Charles Ceccaldi-Raynaud sont condamnés pour diffamation par le tribunal correctionnel de Nanterre. Ils doivent solidairement payer 8.000 euros d'amendes et de dommages et intérêts pour avoir insinué que j'avais des "penchants pédophiles" (odieux !). Le procès est largement couvert dans la Presse.

Le numéro de septembre de "Puteaux infos" publie 29 photos de Joëlle Ceccaldi-Raynaud. Journal d'information ou de propagande ?

Le 12 septembre, le quartier de La Défense est victime d'une panne d'électricité géante.


Rétrospective de l'année 2006 à Puteaux : d'avril à juin (2e trimestre)

Voici la suite de la Rétrospective de l'année 2006, avec les événements survenus à Puteaux lors du 2e trimestre (avril, mai et juin) :

La ville de Puteaux a dépensé 1 million d'euros pour une fontaine, quartier Bellini, qui ne fonctionne pas : au moindre coup de vent, les piétons et les automobiles sont douchés. Or, communiqué après communiqué, la mairie affirme qu'il n'y a aucun problème. En avril, le diffuse donc un film qui démonte ce nouveau gros mensonge ceccaldiste.

Je diffuse une autre vidéo d'une piste cyclable réalisée résidence Lorilleux. Cette piste a pour particularité de ne servir à rien. Encore de l'argent dépensé inutilement.

3e vidéo diffusée en avril... sur la main courante aménagée rue de Brazza. Et nouveau gag : cette main courante est installée au milieu du trottoir neutralisant une partie de la chaussée.

141451645_bbf36408fa_1

En mai
, le stationnement payant est généralisé dans notre ville. 120 parcmètres sont installés.

C'est aussi au mois de mai que la Chambre régionale des comptes d'Ile-de-France rend public son rapport sur la gestion du SICUDEF (syndicat du chauffage de La Défense) pour la période 1998-2003, c'est à dire sous la présidence de Charles Ceccaldi-Raynaud. La Chambre dénonce une "gestion mal maîtrisée", un "contrôle insuffisant des concessions", un "suivi financier inexistant", une procédure de passation de délégation de service public en 2002 au profit de la société Enertherm reposant "sur un document programme imprécis". Un rapport "accablant", titre le Parisien.

34584159_b666513a08_1

En juin, les militants socialistes de Puteaux et de Neuilly désignent Nadine Jeanne comme candidate à la législative 2007 sur la circonscription. Le PS de Puteaux se renforce en accueillant plusieurs dizaines de nouveaux adhérents.
En juin, Joëlle Ceccaldi-Raynaud dépose une nouvelle plainte contre moi. Cette fois, elle m'accuse d'usurpation de fonction. Je suis convoqué à la gendarmerie. L'affaire sera finalement classée. De manière très cynique, la députée-maire UMP interpelle le gouvernement sur les menaces pesant sur la liberté d'expression... en Iran !


Rétrospective de l'année 2006 à Puteaux : de janvier à mars (1er trimestre)

Voici un résumé de l'année 2006 dans notre ville, avec -dans cette première partie- l'actualité des mois de janvier, février et mars :

Parisien270106_1
En janvier, Charles Ceccaldi-Raynaud, l'ancien maire, déclare au Parisien qu'il veut "remettre Puteaux sur les rails" et réaffirme qu'il a l'intention de se présenter contre sa fille aux élections municipales de 2008. C'est le premier épisode de la Guerre des Ceccaldi en 2006. Il y en aura bien d'autres.
Janvier, c'est le mois des réceptions à l'Hôtel-de-Ville. Joëlle Ceccaldi-Raynaud dépense un million d'euros en fêtes grandioses, auxquelles participent notamment Nicolas Sarkozy.
Dans le même temps, en ce mois de janvier, l'opposition dénonce un nouveau cas de saturnisme infantile rue Augustre Blanche. "Tout cela dépend de la préfecture. Ce n'est pas notre domaine", répond Joëlle Ceccaldi-Raynaud en conseil municipal, se montrant indifférente à ce drame.

95041998_c8042fa1f8_1
En février, a lieu le procès "Mairie de Puteaux contre MonPuteaux.com" devant la 17e chambre correctionnelle de Paris. Joëlle Ceccaldi-Raynaud déclare, par la voix de son avocat, qu'elle souhaite par ce procès m'"humilier" ! Avant et après le procès, je suis très sollicité par les médias. Mon blog reçoit 30.000 visiteurs en une semaine ! Le jugement est mis en délibéré au 17 mars.
Dans le numéro de février de "Puteaux infos", Joëlle Ceccaldi-Raynaud affirme qu'il n'y a pas de caméra de vidéosurveillance sur la voie publique à Puteaux. C'est évidemment faux. Je publie sur MonPuteaux la photo du gros mensonge de la députée-maire.
En février, pour la première fois, je vidéoblogue le conseil municipal, en vertue de la "jurisblogence" définie par Moris Dia.

108174841_ed402e1c88_1
En mars, la ville de Puteaux commence la construction d'un mur sur l'île pour marquer la frontière avec sa voisine, Neuilly-sur-Seine ! J'écris : "Le projet est idiot : il ne répond à aucune nécessité et il va coûter cher aux contribuables putéoliens".
Le 17 mars, le tribunal de Paris rend son jugement dans l'affaire "Mairie de Puteaux contre MonPuteaux.com" : Joëlle Ceccaldi-Raynaud est déboutée de toutes ses demandes et je suis relaxé. La maire a fait dépenser à la ville des dizaines de milliers d'euros en frais d'avocats... pour rien.
Lors du conseil du 28 mars, la maire annonce une hausse des impôts locaux. Pour financer ses fêtes et réceptions ?