Revue de Web : le Forum Putéolien s'offre un nouveau nom de domaine
Revue de Presse : "Charles Pasqua triplement mis en examen" (Libération.fr)

L'internet à Puteaux : un nouveau média de masse qui exige de la transparence

L'Internet est devenu dans notre commune un véritable média de masse : déjà en mai 2003, France Telecom annonçait que 4.000 foyers putéoliens étaient abonnés au Haut débit via l'adsl, soit 1 foyer sur 5. Un an et demi après, on peut facilement imaginer que ce chiffre a plus que doublé.

Et il n'y a pas que l'adsl : il y aussi le câble et les nombreuses personnes encore connectées par RTC (ligne téléphonique bas débit) et tous ceux qui se connectent depuis leur bureau, à l'école ou dans les nombreux cybercafés. Si la fracture numérique existe bien et malgré tous les obstacles (formation technique, prix encore trop élevè de l'équipement informatique ou de l'abonnement internet), ces différents modes possibles d'accès permettent au plus grand monde de consulter les sites et de recevoir ou d'envoyer des mails. Sociologiquement, tout le monde se met à internet : jeunes, vieux, actifs, cadres, ouvriers, femmes, hommes... Le net est même devenu, pour certaines personnes, le principal média, la principale source d'information. Il a remplacé en partie la télévision ou les journaux.

L'Internet a aussi modifié la manière de "consommer" de l'information : le lecteur n'est plus limité financièrement à la consultation d'un seul quotidien ou d'un seul magazine. Sur le Web, il peut multiplier ses sources. Surtout, ce même lecteur, via les forums et les "commentaires" des blogs, n'est plus passif. Désormais, il participe au contenu, il a son mot à dire et il n'accepte plus que quelques uns - "prescripteurs", "responsables", "experts", "spécialistes", "élus"- s'accaparent tout l'espace de la parole et des idées. Par ses commentaires, ses corrections, ses demandes de précisions, ses alertes, il prend part activement à la rédaction des nouvelles.

A Puteaux, depuis l'ouverture de MonPuteaux.com, il y a bientôt 3 ans, plusieurs autres sites se sont créés. On a vu comment les nombreux non-dits, les opinions dispersées, mais sous-jacentes, ont pu enfin s'exprimer ouvertement, publiquement et avoir un fort écho.

MonPuteaux.com reçoit actuellement 20.000 visiteurs par mois. Quel média local peut se prévaloir d'avoir 20.000 lecteurs ? Quel parti politique peut distribuer chaque mois 20.000 tracts ou avoir un contact direct avec 20.000 citoyens ? Avec Internet, un simple citoyen peut développer un média indépendant, et acquérir une influence indéniable grâce à une audience forte. C'est à la porté de tous.

Quand la concurence créée l'émulation !

Les opposants à la majorité municipale UMP ont été les premiers à sauter sur cette occasion : communiquer facilement avec le plus grand nombre. Tout cela leur était auparavant inaccessible.
Lancé en 2002, le site de la section socialiste de Puteaux est un pionnier (www.ps-puteaux.com). Plus tard, sont arrivés le site de la conseillère socialiste Nadine Jeanne (www.nadinejeanne.com) et dernièrement le blog du militant UDF Franck Lévêque (www.franckleveque.com). Les Verts sont aussi présents sur le web putéolien (http://vertsneuilly.puteaux.free.fr).

Des associations ont suivi : Village Puteaux (www.villageputeaux.com) et le Forum Putéolien (www.puteauxforum.com) qui permet à chacun de s'exprimer sur les sujets locaux.

Des particuliers ont enfin ouvert des sites pour parler d'eux ou de leurs passions, comme "Bonjour de Puteaux" (www.bonjourdeputeaux.com) animé par un collectionneur de cartes postales anciennes.

L'audience de tous ces sites est très variable. En cumulé, cela représente plusieurs milliers de visites ! Le Forum Putéolien annonce 3.000 visites par mois et déjà plusieurs centaines de messages publiés. Seulement 2 mois après son lancement, le blog de Nadine Jeanne reçoit 80 visiteurs chaque jour !
C'est considérable, si l'on considère que ces sites ciblent une audience limitée à 40.000 Putéoliens. Même si bien entendu, beaucoup de visiteurs viennent de l'extérieur de Puteaux, attirés par une coupure de presse ou par un moteur de recherche. Ces sites font connaître Puteaux bien au-delà de ses frontières.

Quelles sont les vertues de cette véritable Webmania putéolienne ?

En s'exprimant très librement et en invitant les visiteurs à laisser des messages, les auteurs de ces sites -responsables politiques, militants associatifs ou simples citoyens- jouent la transparence et l'ouverture aux autres. Ils acceptent en cela de s'exposer aux critiques, d'être contredit, mais dans l'espoir d'en tirer des leçons et des idées, de partager et d'apprendre. Ils font le pari d'une communication qui va désormais aller et de plus en plus dans les 2 sens.

Mais, vous me direz : et la majorité municipale dans tout cela ?

La mairie a son propre site, mais l'"UMPuteaux", dont on ne sait pas très bien s'il s'agit d'une sorte de parti local ou d'une véritable section déclarée de l'UMP, est absent sur le Web. Le fils du maire, Vincent Franchi, a acheté un nom de domaine (www.putéolien.com), mais cette page est inactive. S'exprimer "noir sur blanc", en s'exposant au jugement direct des autres, est-ce plus difficile lorsqu'on se trouve dans la majorité ? Pour qui n'accepte pas la critique et qui était habitué à un sytème avec un diffuseur unique et des recepteurs passifs, intervenir sur Internet est très délicat : ici, la censure est impossible : mentir ou manipuler, c'est risquer d'être immédiatement dévoilé. Et la réaction est aussi instantanée que puissante.

Il existe bien des sites de personnes revendiquant leur soutien au maire de Puteaux, mais ils sont systèmatiquement anonymes ou utilisent des prêtes noms, avec des adresses en déhors de Puteaux, voir à l'étranger ! Est-ce cela qui les pousse à tous les excès : insultes haineuses, menaces et appels clairs au lynchage public y sont légions ! C'est pourquoi, je ne peux donner leur adresse (vous les trouverez ailleurs). Car en les citant, je me ferais légalement complice de leurs propos diffamatoires. Peut on malicieusement en conclure que la majorité municipale a les soutiens qu'elle mérite ? Sans jamais ouvertement les encourager, la mairie de Puteaux n'a jamais condamné ces sites de supporters agressifs. Elle a en revanche engagé plusieurs actions contre www.monputeaux.com et contre le www.forumputeolien.com. Des actions qui pourraient être vues comme des atteintes à la liberté d'expression.

C'est là aussi une vertue du Net : à travers l'utilisation que les uns et les autres en font, de la manière dont ils se l'approprient ou non, de la façon dont ils approuvent ou rejettent ce nouveau média, on peut deviner leur esprit et leur idéologie. Le Net comme révélateur du degrés de démocratie d'une personne, d'une institution d'une population ?

Le Net est clairement un outil pour la démocratie. Un outil providentiel pour une ville comme Puteaux, qui en manquait. Et croyez-moi, nous ne sommes qu'au début de l'histoire...

Commentaires