Next month:
mai 2004

avril 2004

Revue de Presse : perquisition dans le bureau de Joëlle Ceccaldi à l'Assemblée (AFP, Le Parisien, 20 minutes)

20minutesLa presse revient ce matin sur l'information sortie hier par Le Monde : la juge de Nanterre Prévost-Desprez a mené une perquisition au début du mois dans le bureau de Joëlle Ceccaldi à l'Assemblée nationale. La juge avait déjà perquisitionné au Sénat, à la mairie et aux domiciles de Charles Ceccaldi à Puteaux, Paris et en Corse.

- "Contactée, la maire de Puteaux n'a pas souhaité faire de commentaire", précise pour sa part Le Parisien (édition du 92) dans son article.

- L'Agence France Presse a aussi diffusé une dépêche jeudi 29 à 16h34 en reprenant l'essentiel de l'article du Monde.


La première semaine de la nouvelle reine... oups, pardon... de la nouvelle mairesse de Puteaux

Dans son premier discours de mairesse, Joëlle Ceccaldi avait assuré qu'elle ne gouvernerait pas comme son père. "Lui, c'est lui, et moi, c'est moi", avait-elle dit en substance. Pourtant ses premiers jours aux commandes de la mairie montrent tout le contraire : rien n'a changé... C'EST PAREIL...

Premier indice : depuis son élection, la photo de la nouvelle mairesse est affichée sur la première page du site de la mairie et n'en bouge pas. Les webmasters municipaux avaient osé l'a retirer au bout de quelques jours. Outrage ! Quelques heures après, la photo reprenait la première place sur la page d'accueil du site payé par nos impôts (rappelons ça à notre nouvelle mairesse) non pas pour faire la promotion des Ceccaldi, mais pour nous informer des actions menées par la municipalité !

Depuis l'élection de Joëlle Ceccaldi, toutes ses apparitions publiques sont rapportées par le site, avec photo à l'appui. A ce jeu là, le prochain "Puteaux infos" et les suivants risquent d'être mémorables ! Ecrira-t-elle des poèmes comme son père ?

A peine élue, Joëlle Ceccaldi abandonne son poste pour prendre des vacances !

La nouvelle mairesse ne s'est pas montrée cette semaine à l'Hôtel-de-ville. Il faut dire que la fille de son père fait faire des travaux dans ses nouveaux bureaux de mairesse... Tapissiers, menuisiers et décorateurs sont à l'oeuvre. On a vu aussi d'imposants cartons être déménagés entre la mairie et l'office HLM voisin. Le père déménage-t-il ses archives ?

Pendant ce temps, les employés de l'Hôtel-de-ville se demandent avec angoisse ce que leur réserve l'avenir... Resteront-ils ou pas ? La 1ère adjointe était connue pour ses manières de fifille gâtée à papa. Elle n'a jamais supporté qu'on la contredise, renvoyant untel ou untel dont la tête ne lui revenait pas. Un simple "bonjour" dit sur un ton qui ne lui plaisait pas a pu suffire parfois au bannissement définitif de telle ou telle secrétaire. Maintenant qu'elle est mairesse, les collaborateurs de son père craignent le pire !

Joëlle Ceccaldi aurait-elle fait un gros mensonge en promettant des relations appaisée avec l'opposition ???

L'un de ses premiers actes de mairesse a été de téléphoner à un élu de l'opposition pour lui ordonner sur le champ de lui présenter des excuses. Pourquoi ? pour avoir déclaré qu'il ne participerait pas à la mascarade de son élection ! L'interessé a bien évidemment refusé de s'exécuter. Joëlle Ceccaldi aurait dit-on l'intention pour se venger d'empêcher désormais l'opposition de se réunir dans les salles municipales comme l'entend l'esprit républicain. Ce n'est encore qu'une rumeur de couloir... On ne veut donc pas y croire. Ce serait un acte anti-démocratique bien condamnable. Mais comme la prochaine réunion de la section socialiste a lieu mercredi prochain (le 5 mai) à partir de 20h30, à la maison des associations, 40 rue Benoît Malon, ce sera facile pour tout citoyen, élu et journaliste intéressé par la question de vérifier lui-même si la rumeur est fondée ou non... Nous verrons si à Puteaux les choses ont changé ! La preuve sera faite, ce soir là.


Perquisition dans le bureau de Joëlle Ceccaldi à l'Assemblée

L'information est révélée cet après-midi dans Le Monde (daté du vendredi 30) : la juge de Nanterre Isabelle Prévost-Desprez a mené une perquisition le 9 avril dernier dans le bureau de Joëlle Ceccaldi à l'Assemblée nationale.
Cette perquisition intervient après celles effectuées dans le bureau au Sénat de son père, ainsi qu'aux domiciles de celui-ci et à leurs bureaux respectifs de la mairie de Puteaux.
La juge avait saisi notamment des agendas. Isabelle Prévost-Desprez enquête sur 2 dossiers qui touchent Charles Ceccaldi en tant que président du syndicat de chauffage urbain de La Défense (le Sidudef).
La première enquête pour "corruption" a été déclenchée à la suite d'un rapport de la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes. Elle rejoint la seconde pour "abus de biens sociaux".
D'après Le Monde, certains marchés passés par le Sicudef l'auraient été en contravention avec les procédures d'appel d'offres et pourraient avoir donné lieu au versement de commissions occules.

LIRE L'ARTICLE DU MONDE


MonPuteaux.com dans le peloton de tête sur Google

googleQuand on tape "Puteaux" dans le moteur de recherche Google, ma page est désormais classée aux 3eme et 4eme places, derrière le site officiel de la mairie et la page de la paroisse catholique. Cette excellente exposition de mon site permet à toutes les personnes qui font des recherches sur notre ville via le web de découvrir le fonctionnement anti-démocratique de l'actuelle majorité municipale. MonPuteaux.com vous donnera de nouveaux exemples dans les prochains jours sur cet épouvantable système. Des exemples qui vous montreront que Joëlle Ceccaldi fonctionne exactement comme son père. Malheureusement pour notre ville -vous le verrez- rien n'a changé...


En direct du conseil municipal

- Un car pour le Mont Saint Michel... Les aumôneries catholiques des collèges et lycées des Hauts-de-Seine organisent une marche au Mont Saint Michel. Des jeunes handicapés moteurs seront du voyage. Un car spécialement aménagé pour le transport des jeunes en fauteuil doit ête loué. Cette location, pour un coût de 3.000 euros, sera entièrement prise en charge par la ville de Puteaux. Une subvention votée à l'unanimité par les élus municipaux.

- La caisse des écoles augmentée... En 2003, la ville avait accordé un budget de 442.102 euros pour la caisse des écoles. Cette subvention est portée cette année à 500.000 euros. La caisse des écoles sert notamment à acheter les cadeaux de fin d'année.

- 3.850.000 euros pour le CCAS... La ville a accordé pour 2004 une subvention de 3.850.000 euros au centre communal d'action sociale. Cette somme sert notamment à acheter des cadeaux pour les 3.500 familles inscrites au centre communal, notamment des retraités (quels que soient leurs revenus).

- L'Office HLM recoit 6.000.000 d'euros de la ville... Pour 2004, l'Office HLM de Puteaux a prévu d'engager pour 8.030.000 euros de travaux, dont 6 millions seront financés par la subvention de la ville...
Plus de la moitié des dépenses concernent 3 chantiers : La pause de fenêtres double vitrage à Lorilleux pour 1.360.000 euros ; la rénovation des Halls des 4 tours des Rosiers pour 1.250.000 euros ; la mise en conformité des réseaux électriques sur l'ensemble des logements HLM pour 1.800.000 euros.
Pour la remise en état des logements à relouer, les HLM prévoient de dépenser 1.100.000 euros.

- La ville a demandé une subvention auprès du conseil général des Hauts-de-Seine pour l'aménagement des 2 salles de sport de la rue Eichenberger.

- Le budget primitif 2004 en chiffres : 159.312.936,70 euros en fonctionnement... et 108.004.455.23 euros en investissement... Petit rappel des principaux chantiers en cours : le palais de la médiathèque qui coûtera 16.330.000 euros ! et le palais des sports : 25.500.000 euros.

- La taxe d'enlèvement des ordures ménagères devra rapporter 3.350.000 euros, soit une augmentation de 100.000 euros par rapport à 2003.

- A la fin 2003, le section fonctionnement des comptes de la ville est excédentaire de 45.750.714,18 euros ! L'excédent a été affecté au budget investissement 2004. La section investissement 2003 est en excédent de 13.003.674,10 euros.

- Plus pour la fiesta, moins pour le social... En 2003, la ville de Puteaux a vu ses dépenses de "prestations de services" augmenter de 28% par rapport à 2002, pour atteindre 8.210.634 euros (Puteaux en plage, Puteaux en neige, village de Noël, etc...)
En 2003, les dépenses "fêtes et cérémonies" ont augmenté de 63% par rapport à 2002, pour atteindre 1.418.097 euros (banquets, galettes, etc...)
En 2003, les dépenses du CCAS et de la caisses des écoles ont baissé de 12% par rapport à 2002, pour atteindre 3.842.102 euros (contre 4.353.102 en 2002).

- Le trésor de guerre caché de notre ville rapporte toujours plus ! En 2003, les "produits financiers", c'est à dire les intérêts de notre argent placé, ont rapporté à la commune 14.031.068 euros, soit une hausse de 29% par rapport à 2002 !

à suivre...


Revue de Presse : Nouveaux remous à la mairie de Puteaux (Le Parisien)

Le Parisien, dans ses pages nationales, révèle aujourd'hui une nouvelle affaire trouble touchant la mairie de Puteaux. Cette fois, cela concerne les conditions d'attribution du marché de "Puteaux en neige". Rappelons que notre ville a dépensé environ 1 million d'euros l'hiver dernier pour cette manifestation ! et cela, rien qu'en prestations de services extérieures. C'est donc sans compter toutes les dépenses annexes engagées par les services municipaux.
Cette somme (considérable !) est bien supérieure aux manifestations équivalentes organisées par d'autres municipalités en France. Pourquoi ? Comment ? Nous avons peut-être un début de réponse dans cet article du Parisien :

Extrait de l'article du Parisien :

"La mairie de Puteaux (Hauts-de-Seine) est assignée devant le tribunal administratif par une ancienne employée. Cette dernière affirme que son licenciement est la conséquence de la dénonciation qu'elle a faite à ses supérieurs d'un marché public qu'elle estimait pour le moins sujet à caution. La mairie nie en bloc et avance l'incompétence de cette femme pourtant expérimentée. Les 19 et 20 avril derniers, l'ancienne salariée dit avoir reçu des menaces téléphoniques d'un homme lui conseillant « de laisser tomber » sans quoi elle verrait « comment ça se passe quand on touche aux amis ». Pour ces faits, elle a déposé une main courante puis une plainte auprès de la police".

Ayant moi même reçu ce genre d'appels téléphoniques (insultes et menaces que j'ai enregistrées et diffusées sur mon site !), vous pouvez imaginer mon choc en lisant ces lignes dans Le Parisien. Ce témoignage est à recevoir avec sérieux.

LIRE L'ARTICLE DU PARISIEN