Malgré des milliers de places vides, la municipalité de Puteaux propose de construire encore plus de parkings

41186956060_548f6379df_k

Lors du conseil municipal de Puteaux du 12 septembre 2018, je suis intervenu sur les difficultés rencontrées par les automobilistes pour se stationner dans notre ville. Constatant que des milliers de places étaient en fait inoccupées dans les grandes résidences privées, les tours de bureau et les parkings publics de la commune, nous avons proposé la mise en place d'une application sur mobile permettant à chaque Putéolien de trouver facilement un emplacement libre près de chez lui. 

Notre voeu Un Parking pour tou.te.s à Puteaux a malheureusement été rejeté par la majorité municipale. Cette dernière propose pour sa part d'investir dans la construction de nouveaux parkings payants ! Ce qui aboutira mécaniquement à une augmentation des coûts pour la commune, donc de nos impôts et des tarifs de stationnement. Et tout cela, avec encore plus de places inoccupées. Cette politique est incohérente... sauf bien entendu pour les quelques entreprises de BTP qui profitent de ces marchés publics.

Voici le texte de mon intervention en séance : 

"La modernisation de Puteaux se poursuit". C’est ce que vous avez affirmé récemment, en évoquant la nouvelle possibilité de payer son stationnement via une application sur mobile. Vous avez oublié de signaler que cette "modernisation" s'accompagnait d'une envolée des tarifs et des recettes des "droits de stationnement" dans la commune.
Alors que la majorité municipale affirme que "les impôts n'augmentent pas à Puteaux", le budget communal prévoit en effet 1.400.000 euros de recettes pour les droits de stationnement en 2018, contre 750.000 euros en 2017. On passe du simple au double !
Pour 2h de stationnement, le prix était de 2,40 euros l’an dernier. Il est de 4,20 euros cette année (et même de 10 euros dans le centre ville).
Dans le même temps, un rapport de la Chambre régionale des Comptes publié en juillet révèle que les parkings publics du quartier de la Défense ne font plus recette. Sur les 21.900 places disponibles, 54% sont inoccupées, soit 11.800 stationnements pour voiture vides aux portes de Paris !
La Sepadef, société qui exploite ces parkings de la Défense, affirme être en déficit, malgré 34 millions d'euros de chiffres d'affaires. Elle continue malgré cela de verser environ 20 millions d'euros de redevance annuelle à "Paris la Défense", ce qui constitue la principale ressource de l’établissement public afin de faire fonctionner le quartier d’affaires. Mais pour combien de temps ? Ce déficit "fait peser un risque sur la continuité d’exploitation de la délégation" des parkings, alerte la Chambre Régionale des Comptes.
Vous voulez ajouter une compétence territoriale sur le stationnement (CF. IMAGE CI-DESSOUS extrait de la délibération n°11 du conseil municipal du 12 septembre 2018). Mais pour faire quoi ? Pour créer de nouveaux parkings ? Alors que nous venons de voir que 11.800 stationnements étaient inoccupés sur notre territoire ? Ou alors pour gérer des parkings existants ? En contingentant de plus en plus de places en surface, afin d’obliger les automobilistes résidents ou de passage sur notre commune à payer de plus en plus chers des parkings souterrains placés sous délégation de services publics ? Faire payer encore et toujours plus les automobilistes ?

DelibTout cela alors qu’en fait des milliers places sont disponibles à la Défense, dans les parkings de la commune et dans les tours d’entreprises et les grandes résidences privées de la ville ? Certaines immédiatement et d’autres en faisant de simples petits aménagement d’accessibilité ?
C’est le sens de notre voeu que nous présentons aujourd’hui ”POUR UN PARKING POUR TOU.TE.S A PUTEAUX

TEXTE DE NOTRE VOEU "PUTEAUX FUTUR" REPOUSSÉ PAR LA MAJORITÉ MUNICIPALE :

Comme nous l'avons écrit dans notre tribune publiée dans le Puteaux infos de septembre, quand on a une voiture, se stationner est très difficile à Puteaux. Chacun a pu constater l’envolée des tarifs de stationnement. Les prix des parkings sont de plus en plus élevés. Le business du stationnement est très lucratif : la municipalité prévoit d’encaisser 1.400.000 euros de droits de stationnement en 2018, contre 750.000 euros en 2017, soit une hausse de 87% en 1 an.
Or, les faits montrent qu'il n'y a pas de raison à cela.
En effet, de nombreuses places sont inoccupées dans notre ville : 11.800 sont inutilisées dans les parcs publics de la Défense et des centaines d'autres sont disponibles dans les parkings communaux, des grandes résidences et des immeubles d'entreprises.
Des applications de partage, comme par exemple ZENPARK, se développent pour rendre accessibles ces emplacements libres.
Nous proposons que la ville, en partenariat avec ces applications, garantisse à chaque automobiliste putéolien un stationnement près de chez lui, à un prix abordable pour tou.te.s.
Cette solution gagnant/­gagnant permettra de libérer de l’espace dans les rues, pour réduire les pollutions, verdir notre commune et développer les mobilités actives.


Création d'une équipe féminine de rugby à Puteaux

41990944_2263838627224923_4069736423563984896_nUne équipe féminine de rugby est en cours de création à Puteaux.

3 types d'entrainement seront proposés :
-18 ans avec plaquages en rugby à X ou XV
+18 ans avec plaquages en rugby à X ou XV
+16 ans rugby à toucher sans plaquage

Les entrainements auront lieu chaque lundi et mercredi, de 20h à 22h, au stade de rugby de l'île de Puteaux

Contact : femininesputeauxrugby@gmail.com


Puteaux est parmi les villes les plus bruyantes d'Ile-de-France

8c66e51a-a86b-11e8-9fbc-c961685a78f3_1

On savait déjà que l'air de Puteaux était très pollué, on apprend maintenant que notre ville est aussi parmi les communes les plus bruyantes d'Ile-de-France, selon BruitParif

Une étude de l'observatoire du bruit en Ile-de-France, publiée par Le Parisien, révèle que Puteaux est particulièrement concernée par cette pollution sonore, provoquée principalement par le trafic automobile, ferroviaire et aérien, et que cela a des conséquences graves sur notre santé, en provoquant stress et fatigue.

La durée de vie en bonne santé des Putéoliens serait ainsi réduite de 9 à 12 mois, contre 6 à 9 mois pour nos voisins courbevoisiens, neuilléens ou suresnois.

Pourquoi tant de bruit spécifiquement à Puteaux ?

Bien entendu, il y a les grands axes autoroutiers de la Défense et du quai de Seine et les lignes de chemin de fer. Mais ceux-ci existent aussi dans les communes voisines.

Il y a surtout les travaux sans fin, et en particulier autour du quartier de la Défense : en ce moment, dans le quartier Bellini, pas moins de 3 nouvelles tours sont en chantier. Les habitants me disent qu'ils n'en peuvent plus du bruit des camions de 6h du matin jusqu'à 1h ou 2h la nuit.

Il y a aussi une nette préférence idéologique de la municipalité pour la circulation automobile en défaveur des mobilités actives : à Puteaux, la mairie fait la chasse... aux vélos, refuse de faire des pistes cyclables et construit une passerelle sur la Seine qui sera interdite aux cyclistes.

Comment réduire le bruit ?

Plein de solutions existent : aménager les voiries autrement pour apaiser les circulations, faciliter le stationnement automobile souterrain, utiliser des revêtements moins bruyants (les dalles calvaires qui recouvrent nos trottoirs réfléchissent et démultiplient le bruit et les pavés dans les rues sont non seulement dangereux pour les 2 roues et les personnes à mobilités réduite mais sont aussi très bruyants), modifier nos espaces publics très bétonnés pour remettre de la nature en ville, ne plus couper mais au contraire planter des arbres qui sont des murs sonores naturels... Et surtout stopper la bétonisation sans fin de notre ville : nous poser et réfléchir à ce que nous voulons vraiment pour le futur de Puteaux.

Malheureusement la majorité municipale ne s'intéresse pas à ces sujets. Elle vote d'ailleurs CONTRE toutes nos propositions pour améliorer notre bien être à Puteaux.